Tropiques amers (II et III) de Jean-Claude Flamand-Barny, par Edouard Boulogne.

Publié le par Edouard Boulogne

Tropiques amers (II et III).

(Voir sur le premier épisode l’article du Scrutateur en date du 16 mai 2007).Trop-amers-II-et-III.jpg



Diffusion ce 21 mai des épisodes II et III du téléfilm de Jean-Claude Barny, sur RFO-Guadeloupe.
Tandis que la Révolution bat son plein en France, la vie continue en Martinique et sur la plantation de l’impitoyable Théophile de Bonaventure, où les esclaves connaissent les affres du malheur et de l’humiliation.
Une révolte de « marrons » échoue ; Olympe de Bonaventure trompe son mari avec un colon chassé de St-Domingue, dont elle a un enfant qu’elle fait passer pour le produit de ses amours avec Théophile dont elle ré-honore, pour l’occasion, la couche, avec la complicité active de l’esclave Rosalie.
A Paris, la Convention décrète l’abolition de l’esclavage (1794). Pour échapper à la ruine, quelques colons, sous l’impulsion de Théophile, décident de livrer la Martinique aux Anglais.
Mais survient le Traité d’Amiens, et la Martinique retombe dans le domaine français. Bonaventure se retrouve en prison pour sa complicité avec l’envahisseur.
Olympe, gérante d’habitation, pour faire face à la situation, et à des dettes de jeux qu’elle avait accumulées, vend une partie des esclaves, dont la concubine du maître (Adèle) qui avait retrouvé des raisons de vivre en découvrant que son père, Amédée, n’avait pas tué le petit garçon qu’elle avait eu de Kobaya et qui est élevé dans un orphelinat religieux.
Quelques longueurs dans ces épisodes, dont l’intérêt se maintient pourtant. Mais, même en tenant compte des excès inhérents à ce genre de téléfilm, plus engagé que proprement historique, force est de constater que le spectacle proposé justifie le titre. Certes l’amertume est au rendez-vous.

Edouard Boulogne.

Publié dans Télévision.

Commenter cet article

hannukahharry 22/05/2007

hello, j'ai étudié cette histoire au Capes l'année dernière... si tu veux passer sur mon blog, je parle d'écologie... à bientôt