Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Une semaine à la loupe.



a_la_loupe.jpeg
1. Le nouveau Président…

Dimanche soir à 20h, les Français ont découvert le visage de celui qui va les diriger pendant 5 ans. Ils ont donné à Nicolas Sarkozy une large majorité pour réformer la France en profondeur. Élu avec 53,06% des suffrages et une participation record de 85%, le nouveau président a reçu un mandat clair pour effectuer la "rupture tranquille" qu’il a prôné. Sa stratégie a été de faire le pari gagnant que les Français avaient envi d’ordre, de sécurité, d’autorité mais aussi de réformes. Il faut maintenant lui donner les moyens pour mettre en place la politique qu’il a annoncé dans son programme durant la campagne. Il sera donc important de voter pour les candidats à la députation qui se recommanderont de la majorité présidentielle.

2. Il n’est pas trop tard !

Les experts climatologues réunis la semaine dernière à Bangkok pensent qu’il n’est pas trop tard de prendre des mesures contre le réchauffement climatique. Selon ce groupe d’experts, il va nous falloir moins consommer d’énergies fossiles (gaz, pétrole et charbon) en utilisant moins la voiture ou l’avion, en isolant mieux nos habitations et en concevant mieux les villes de façon à moins se déplacer. Nous devrons agir très rapidement, avant 2015, si nous voulons limiter la hausse de la température de 2°C. En effet les options des technologies nouvelles demeurent largement spéculatives avec des risques collatéraux importants. Le message est clair : Il n’est pas encore trop tard mais nous devons agir sans délai et de façon concertée !

3. L’hydroptère !

Non ce n’est pas un oiseau mais cela lui ressemble. L’hydroptère : c’est un bateau qui vole. Il est constitué d’une coque centrale comparable à celle d’un trimaran et d’une poutre transversale supportant deux skis et deux petits flotteurs latéraux. A partir d’une certaine vitesse, le bateau se "hisse sur ses skis" jusqu’à ce qu’il n’y ait plus qu’un bout de gouvernail et deux petits bouts d’ailes au contact de l’eau. L’hydroptère n’est pas freiné puisqu’il ne touche plus la mer. L’intérêt d’un tel engin est qu’il navigue à distance de l’eau et échappe ainsi à l’impact des vagues. Il peut ainsi optimiser sa vitesse de déplacement. Mais ce "joujou", qui a battu le record mondial du mille marin, reste encore un concept dont les limites restent encore à dépasser.

4. "L’élection présidentielle, c’est le combat d’une vie"…

"Ce que l’on vous donne n’a pas la même saveur que ce que vous avez gagné", ainsi s’exprimait Nicolas Sarkozy le 19 mars dernier devant les cadres de l’UMP. De la mairie de Neuilly, en 1987, à l’Élysée en passant par la présidence de l’UMP, il aura tout pris sans rien demander à personne. Il sera passé par des phases très noires comme en 1995 lorsqu’il aura fait le choix d’Édouard Balladur contre Jacques Chirac. Mais il saura capitaliser sur ses périodes difficiles pour réfléchir, écrire et lire. Il passera du temps à étudier les biographies des 5 présidents qui se sont succédés durant les 50 ans de la 5ème République et compte bien être un président différent, d’un genre inédit : organisé, direct, moderne et plongé dans l’action, lui qui dit "mon travail, c’est plus de décider que de faire campagne". "Je crois qu’il y a des choses à faire et que ce n’est pas si difficile". Nicolas Sarkozy a présenté, pendant toute sa campagne, un plan d'action d'une très grande clarté et un travail constant et dynamique. C'est incontestablement un message très fort qui ressort de ces deux tours. Nicolas Sarkozy ne s’est contenté de mettre en avant le travail, il nous a surtout démontré que le travail est une valeur sure. Cette élection présidentielle, décisive entre toutes, s’est jouée autour de la réforme de la France. La polarisation du débat et la cristallisation des passions autour de la personnalité de Nicolas Sarkozy pouvaient prendre la tournure d'un référendum pour ou contre lui. Nicolas Sarkozy doit prendre en compte la violence des réactions d'hostilité qu'il a suscitée. Son mandat réformateur est impératif, et il n'aura pas le choix de s'en écarter sauf à courir le risque d'un désaveu très violent des Français. De l'autre, il lui faudra s'adjoindre des personnalités modérées, venant d'horizons divers, pour tenter d'équilibrer et de compenser les inquiétudes qu'il provoque chez nombre de Français.
Monsieur le Président, nous croyons que vous pouvez relever la France, ne nous décevez pas.

5. La machine à parler.

C’est un boîtier rectangulaire qui est un peu plus gros qu’une calculatrice qui a raflé le premier prix du concours Lépine de 2006 à la Foire de Paris. Son inventeur, Fabrice Lebat un chef de Ventes dans une société de vérandas du Nord, a passé 13 ans à peaufiner son prototype qu’il commercialisera à l’automne. Cet appareil s’adresse à tous ceux qui ont perdu l’usage de la parole ou qui sont aphasiques. Cet ingénieux autodidacte, dont la fille est née sourde, a reconstitué les 110.000 mots du dictionnaire avec le moins de touches possibles, en faisant abstraction de l’orthographe. L’appareil possède une autonomie de 2 jours et se recharge comme un portable. Il envisage par la suite de construire des appareils dans différentes langues comme l’Espagnol ou l’Italien. Depuis plus de 100 ans le concours Lépine a permis de grandes inventions. Citons : le réchaud portable, le moteur à 2 temps, le lave vaisselle, l’appareil récepteur TSF, le lave linge, le stylo à bille, machine à écrire en caractère BRAILLE le fer à repasser à vapeur, aspirateur électrique, la semelle de crêpe, four électrique, la tondeuse à gazon, Moulinette presse-purée, appareil pour la transfusion sanguine, le cœur artificiel, verres de contacts, le jeu de Mille Bornes, vélo électrique à énergie solaire, le bac à réserve d’eau, et… la machine à parler à qui nous souhaitons beaucoup de succès.

6. La prime à la démocratie et la valeur travail…

L’élection présidentielle de 2007, restera dans l'histoire celle du renouveau de la démocratie et de la valeur travail. Elle est caractérisée par une participation record des électeurs et un score sans appel pour le vainqueur. La victoire de Nicolas Sarkozy n'est pas seulement celle d'un camp contre l'autre, mais surtout le résultat de convictions fortes, d’idées précises et surtout la démonstration que, même en politique, le travail paie. Le "bla-bla" médiatique a fait place à l'écoute, au pragmatisme et à l'évaluation de l’ensemble des idées. Nicolas Sarkozy a pris une très nette avance dans la compétition, en faisant preuve, dans l'élaboration de son projet comme dans la constitution de ses réseaux, d'un professionnalisme qui tranchait avec l'amateurisme des autres candidats. Il s’y est préparé pendant très longtemps. Les Français se sont passionnés pour la campagne et ont voté massivement à plus de 80% pendant les deux tours. Pour retrouver le plein emploi et réduire l'endettement public, pour redonner à l'économie française son dynamisme et sa compétitivité, pour remettre sur les rails notre "modèle social", Les Français ont su faire tri dans toutes les diabolisations misent en avant par les autres candidats de droite : La démocratie en sort grandie et la France peut espérer retrouver son rang en Europe et dans le monde.

Henri Pauvert.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article