Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Sarkozy-Royal : le choc ! n_sarkozy..jpegnsmail-1.jpg

Le débat devait durer deux heures. Il a duré 2h39.
Il a donné ce qu’on était en droit d’attendre quand on a analysé  ces dernières années la personnalité des deux candidats.
Nicolas Sarkozy, vif, mais se maîtrisant, précis, compétant, roué, bénéficiant de l’expérience patiemment acquise à des postes de haute responsabilité, aux ministères du budget, des finances, de l’intérieur.
Ségolène Royal, un instant Secrétaire d’Etat délégué auprès du ministre de l’éducation nationale du gouvernement Jospin, son collègue Claude Allègre qui l’a jugée d’ailleurs, légère et parfaitement incompétente à ce poste.
Une femme belle, mais à la beauté froide, au glacial regard métallique, dont on percevait les reflets implacables quand Sarkozy parlait et que, la caméra surprenait la candidate au naturel, ne se sachant pas observée.
Une Ségolène fuyant les arguments précis, se réfugiant derrière la dignité outragée de la femme « de gauche », propriétaire de la justice et de l’amour des pauvres. Une candidate agressive s’en prenant  avec des mots de haine à son concurrent imperturbablement calme et poli, presque trop. Une candidate évasive sur toutes les questions importantes et précises qui lui étaient posées. Par exemple sur le chômage qu'elle promet de résoudre si elle est élue, sur la croissance qui renaîtra sous son impulsion. Comment? Pas de réponse, ou plutôt "parce que je le veux" dit-elle avec un culot monstre et une impudence rare.
Bref, la politique réduite à l'incantation.
Une candidate arrogante, au perpétuel sourire insolent de supériorité affectée, sans doute pour cacher son vide intérieur, et la crainte de voir révéler une réelle incompétence.
Un débat qui, pour le spectateur calme, et objectif, devrait assurer à Nicolas Sarkozy la victoire le 6 mai.
Mais y a-t-il beaucoup de tels téléspectateurs ? Sans doute pas à ce stade d’une campagne électorale où les positions sont prises et déclarées pour le plus grand nombre
Si le choc de ce jour déplace des voix ce ne devrait pas être de beaucoup plus d’un pour cent du corps électoral. Sans doute au profit du président de l’UMP.
Wait and see !

Edouard BOULOGNE.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Arawak 04/05/2007 12:59

Oui, Sarkozy a de sérieuses chances de l'emporter. Mais tout ne sera pas gagné pour autant. Ségolène Royal ne lâchera rien. Aujourd'hui elle appelle à se mobiliser contre le "danger" que représente Sarkozy. Je doute qu'elle y parvienne. Mais ensuite, après l'élection, elle sera encore au combat, à coups de bâtons dans les roues, de poignées de sable dans les engrenages, de manifs organisées à la moindre réforme utile ... Ces gens-là se moquent de la France et ne pensent qu'au pouvoir pour le pouvoir. Ne pas avoir de projet ne les rend même pas honteux. Pourvu qu'à force de démagogie ils parviennent à tromper, à détruire le camp adverse. Les Jack Lang et les Ségolène Royal sont de cette race qui se permet tous les coups bas, qui savent manipuler et feindre l'indignation. Il va falloir du courage à ceux qui veulent agir et de l'imagination à ceux qui veulent démontrer. De la force à ceux qui veulent éveiller les consciences. Et je ne parle pas seulement de politique.
Mais que vaudrait un combat s'il était gagné d'avance ...

Patrick 04/05/2007 05:24

Je partage l'analyse d'Edouard Boulogne sur ce débat et ses effets. Cette confrontation directe, sans les questions complaisantes de journalistes asservis, aura permis aux regards objectifs de vérifier ce que tout le monde savait déjà : Mme Royal est une enveloppe vide. 8 minutes de "saine colère" pour refuser d'aborder des thèmes essentiels, plus d'une heure de formules au tampon, un sujet (le nucléaire) sur lequel on l'a sentie "heureuse" de donner la leçon (manque de pot elle était 3 fois plus dans l'erreur que lui) et le nectar des nectars : un bodyguard derrière chaque femme fonctionnaire le soir. Il est vrai que dans le privé on a le droit de se faire agresser. Qu'une telle rosse capitalise autour de 47% d'intentions de vote, ça me laisse rêveur ...