Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Une semaine à la loupe.


1. Le profit est-il moral et à quoi sert-il ?


Nous vivons actuellement dans une société régie par un maximum de concurrence. Les choix imposés par les Etats-Unis et la révolution de l’Internet entraînent un chamboulement plus important que l’avènement de l’électricité à la fin du XIXème siècle. On peut distinguer 2 types de profits. Celui de Bill Gates, le patron créateur de Microsoft, l’homme le plus riche du monde qui, par son intelligence et son travail, influence le monde entier mais à côté gère des fondations dans le domaine de la santé et de la culture : C’est le profit conforme à l’éthique telle que nous reconnaissons. Parallèlement, il y a le profit des "patrons managers", revenus sécrétés par un capitalisme débridé qui n’a aucun rapport avec le profit précédent. Certains des excès développés par ce système doivent être encadrés par une loi mais il aura toujours quelques excès qui ne concernent que quelques managers du CAC40. Les patrons pour la très grande majorité ne se reconnaissent pas dans ces excès et c’est très bien. Il est indispensable que les médias et la gauche arrêtent de les stigmatiser et de généraliser les excès !

2. On n’arrête pas le progrès !


Méfiez vous du Mestra 1200 : C’est le top du top des radars qui fera bientôt son apparition sur les routes de tous les départements. Le Mestra 1200 est totalement indépendant et peut surveiller quatre voies de circulation. Grâce à une connexion wifi, il n’a pas besoin d’être relié au véhicule par un câble et permet donc d’être beaucoup plus discret car la voiture banalisée peut être garée à distance. Deux photos s’affichent à l’écran : la plaque d’immatriculation, l’intérieur de la voiture et la vitesse enregistrée. Il ne reste plus alors qu’à transmettre les informations au centre automatisé de Rennes et vous aurez la chance de recevoir... votre billet doux !

3. Une perle du donnant-donnant…

"Sa France est celle des notables et de l’immobilisme. La gauche n’a rien à faire avec quelqu’un comme lui. Bayrou vote à droite, gouverne à droite, s’allie avec la droite". Ainsi s’adressait officiellement le PS à ses militants avant le premier tour à propos de François Bayrou. Certes entre le PS et sa candidate ce n’est pas la joie mais tout de même ! La danse du ventre de Ségolène Royal vis-à-vis de François Bayrou et le grand écart entre l’extrême gauche et le Centre dans lequel elle se complait montre sa capacité à faire n’importe quoi pour être élue : bonjour les dégâts si les Français lui accorde leurs suffrages !

4. Circulez… ya rien à voir.


François Bayrou est un mauvais perdant et Ségolène Royal indigne de figurer au second tour. Les Français aiment les perdants, alors François Bayrou a ses chances comme Jacques Chirac en son temps. Dimanche prochain, nous ne voterons pas en 2012 mais en 2007 et ce ne sont pas encore les élections législatives de juin. Alors que chacun reprenne sa place et que François Bayrou arrête de polluer la campagne du second tour. Il a critiqué Nicolas Sarkozy et s’est permis, sur RTL, d’énoncer des contre vérités qu’il est incapable de justifier. A quoi a servi le débat entre les deuxièmes et troisièmes candidats ? Nous n’avons rien appris de plus que nous ne sachions déjà. Cette campagne aura été, pour François Bayrou, un moyen de tailler un costume à la presse écrite, aux médias, aux grandes écoles, à l’ENA et maintenant aux candidats du second tour. Il a une fâcheuse tendance à l’amnésie car il focalise ses attaques plus spécialement envers celui dont le parti lui a permis d’exister jusqu’à maintenant, ses amis députés ne s’y trompent pas puisqu’ils rallient tous Nicolas Sarkozy ! Il nous fait croire qu’il était "vierge" mais il a trempé dans le système depuis de nombreuses années : Monsieur Bayrou, ce n’est pas bien de cracher dans la soupe qui vous a nourri. Alors circulez... il n’y a plus rien à voir pour l’instant.

5. La relance de la France.

Contrairement a ce qui nous est expliqué de façon permanente, le monde ne fait pas face à une crise économique. La croissance mondiale est actuellement très forte. L’Asie a une croissance de 8%, les Etats-Unis de 5%, l’Europe croit de plus de 3% l’an et la France se traîne à moins de 2%. Plus préoccupant, la croissance mondiale devrait se poursuivre au même rythme en 2008 et 2009. La France aurait besoin d’une croissance de 1% de plus, soit 3%, pour pouvoir résoudre tous ses problèmes et notamment le chômage. Hélas, nos dirigeants ont, depuis plus de 20 ans, gaspillés les fruits de la croissance en mentant au bon peuple de France. Un certain nombre de mesures doivent être prises à court terme, 3 ans, et à plus long terme, 7 ans. Seul un des deux candidats est en mesure de les prendre et de faire bénéficier la France de la croissance mondiale actuelle, qui ne sera pas éternelle.

1. Pourquoi dimanche 6 mai je voterai pour Nicolas Sarkozy.

L’élection présidentielle est très importante. Elle constitue une chance pour la France car elle permettra d’adapter notre pays à la nouvelle donne du XXIème siècle. A y bien regarder Nicolas Sarkozy est le plus construit et le mieux préparé pour assumer la fonction. Il a conquis la compétence, la capacité d’action et la légitimité tout au long de ces années de gestion ministérielle. Sa connaissance du droit, son expérience de l’entreprise et du marché, sa maîtrise de l’appareil d’État et des négociations internationales sont autant d’atouts pour lui permettre de conduire les réformes nécessaires et indispensables pour le développement harmonieux de la France. Son programme est le plus complet et le plus conforme aux exigences du redressement de la France. Certes, nul ne peut affirmer que Nicolas Sarkozy réussira à moderniser la France. En revanche, je suis sûr qu’il a la volonté de tout mettre en œuvre pour essayer de le faire et d’y parvenir. J’ai aussi la certitude qu’il est le seul des candidats à disposer des qualités, de la légitimité et du projet politique qui lui donnent la chance d’y parvenir :
Alors le 6 mai, je voterai, sans état d’âme, pour Nicolas Sarkozy.

Henri Pauvert.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article