Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Scrutateur.

Blog destiné à commenter l'actualité, politique, économique, culturelle, sportive, etc, dans un esprit de critique philosophique, d'esprit chrétien et français.La collaboration des lecteurs est souhaitée, de même que la courtoisie, et l'esprit de tolérance.

Le centriste Philippe Bilger va-t-il voter pour Marine Le Pen. ?

 Le centriste Philippe Bilger va-t-il voter pour Marine Le Pen. ?

M.Philippe Bilger est un ancien magistrat (Avocat Général). J'apprécie souvent (pas toujours) ses chroniques dont je publie ici les meilleures, à mes yeux.

Monsiur Bilger avait en 2007 voté pour N. Sarkozy avant, très vite (il ne fut pas le seul) de déchanter.

Il fut souvent dans la ligne du Scrutateur sous la présidence calamiteuse du président « normal » !

Et il faut lui reconnaître un assez bon parcours édirorial pendant les cinq années de la présidence Macron.

Pour qui a-t-il voté au premier tour du challenge en coursL Ce ne fut pas pour Zemmour ou Le Pen, car il l'avait dit. Alors pour qui ? Sans doute pour Valérie Pécresse. Car M. Bilger appartient par l'âge à ceux récemment encore qui concevaient le parti de « la droite » (RPR, LR) comme un parti gaulliste.

Or ce n'est plus le cas depuis au moins la mort de Pompidou en 1974. Et l'erreur est profonde et grâve pour l'avenir de la France en route vers sa désintégration en tant que grande nation indépendante. Moi, j'ai voté au premier pour Eric Zemmour, qui n'est nullemùent d'extrême droite comme le prétendent les pervers et les niais qui les rallient en toute naïveté. Zemmour n'a probablement pas cru un instant qu'il serait élu président. Il a travaillé pour acquérir suffisamment de légitimité pour pouvier fonder un nouveau parti de droite de mouvance gaulliste aux élections législatives.

Au deuxième tour, je voterai pour Marine Le Pen avec moins de sympathie (politique) que je l'ai fait pour Zemmour.

Cela dit l'élu de la meute sera Macron, disons-le sans illusions.

Mais M. Bilger si l'on lit attentivement l'article que je reproduis ci-dessous pour qui votera-l-il?

Logiquement ce devrait être pour Le Pen.

Oui, lo-gi-que-ment.

Mais … allez savoir.

Le Scrutateur.

 

 

Constat accablé avant l'heure...

Marine Le Pen (MLP) a été traitée par des minorités violentes, aux antipodes de la démocratie, comme si elle avait volé sa qualification au soir du premier tour et qu'elle était donc illégitime à participer à la campagne pour l'élection du 24 avril.

Emmanuel Macron (EM) sera réélu, j'en fais le pari, et il ne me viendra pas à l'esprit de contester sa légitimité, quelle qu'ait été ma décision finale. En revanche, depuis le 10 avril, je ne peux me défaire du sentiment qu'on n'a pas assisté à une compétition républicaine qui sauvegarderait au moins en principe l'égalité politique et médiatique entre les deux candidats mais à une véritable "chasse à la femme", résumée par le contraste entre le populisme qu'elle incarnerait et la démocratie dont EM serait le dépositaire.

En effet, qu'on fasse le compte et on aura du mal à relever, tant elles ont été nombreuses, variées et péremptoires, les injonctions à faire barrage au RN - responsables européens, politiques de droite comme de gauche, médias prescripteurs et obsessionnels dans le même sens, groupes, associations, syndicats (y compris le Syndicat de la magistrature), avocats, sociologues, artistes, sportifs, animateurs, personnalités réellement ou prétendument influentes (dont l'inénarrable Mourad Boudjellal inventant un racisme génétique chez tous les électeurs du RN !), manifestants, une justice sans excès en France mais opportunément déchaînée en Europe, une multitude composite donnant des leçons de République au moment même où au lieu d'attendre sereinement le résultat du 20 avril, on déséquilibre la joute présidentielle en mettant sur un plateau, au détriment de l'autre avec des soutiens exsangues, une charge exclusive d'hostilité et même de haine. Tout est pardonné à EM, rien à MLP. Les élites viennent au secours du premier et le peuple est méprisé au travers de la seconde.

La victoire comblera EM qui est, répète-t-on, le plus décent.

J'ai toujours été incompris dans ma volonté de distinguer mes choix partisans ou éventuellement mon indécision délibérée des modalités mêmes de la démocratie. Ce n'est pas parce qu'on s'affirme hostile à la cause de MLP qu'on doit tolérer toutes ces transgressions par rapport à l'équité civique. On n'est plus dans la liberté de damer le pion, sur un plan politique, à un adversaire qu'on désapprouve mais dans une sorte de partialité omniprésente se constituant tel un immense instrument de pression pour empêcher l'électeur de base d'arbitrer en faveur de ce que paresseusement, absurdement sur le registre historique, on qualifie d'extrême droite, de fascisme ou de dictature à venir.

Comme si, faute d'avoir été interdit officiellement, il convenait que le RN le fût systématiquement dans la quotidienneté politique et médiatique.

Pourtant, pour une communauté nationale qui se serait imposée le devoir d'une intelligence mesurée et lucide, il y aurait eu de quoi maintenir, au moins dans la manière de faire campagne pour l'un comme pour l'autre, une balance égale entre EM et MLP.

Chez cette dernière, confusion, approximations et revirements reliés au pouls de l'opinion. Avec l'envie de réviser certaines positions (voile dans l'espace public, éoliennes notamment) parce que leur caractère impraticable et coûteux est dénoncé.

Du côté d'Emmanuel Macron, un processus qui avait commencé, à la fin du mandat, avec des opérations désespérées de rattrapage sur le régalien, la police et la justice pour s'enfler, entre les deux tours, en une spoliation cynique et si peu fiable par rapport au bilan, du projet désavoué de peu de Jean-Luc Mélenchon (JLM), en particulier pour la planification écologique. Le candidat devient vert, le référendum ne lui fait plus peur, et après avoir copié sur Valérie Pécresse, il a un peu pillé MLP avant de n'éprouver aucune honte à faire la danse du ventre devant JLM.

La majorité des électeurs de JLM n'a pas été dupe puisqu'elle s'oriente vers le vote blanc ou l'abstention. Pour LFI - principe de précaution idéologique ! - on n'avait pas le droit de s'égarer vers MLP !

On ne peut pas soutenir, déjà en l'état, que la démocratie française a bien fonctionné. Imparfaite, hémiplégique, plus désireuse d'ostraciser que d'intégrer, comme si la division en trois camps politiques de notre pays impliquait nécessairement qu'on portât atteinte à la dignité de TOUS nos compatriotes, si elle a été un zeste moins médiocre qu'en 2017, cela a été dû à un affaiblissement quantitatif du barrage contre MLP plus qu'à un réel progrès républicain.

Pourtant, malgré la certitude que j'ai exprimée plus haut, j'attends avec une impatience infinie le débat du 20 avril. D'abord parce qu'il pourra influer favorablement sur tous ceux qui n'auront pas encore tranché en les déterminant pour ce qui leur semblera le meilleur pour notre pays.

Mais surtout parce que cette confrontation sera enfin à armes égales, visage contre visage, personnalité contre personnalité, bilan contre analyse critique, programme contre programme.

Oui, c'en sera terminé avec tous ces défenseurs paradoxaux et pervers de la démocratie : ils s'en servent, contre l'ennemie exclusive, en l'étouffant.


 


 

Philippe Bilger.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Une ballade à Notre-Dame de Paris ne vaut pas le fond de commerce révolutionnaire avec tous les insoumis qui s'agenouillent devant l'islam dont le fer de lance est la soumission de la France. Les woke ,les indigénistes, les antiracistes préfèrent voter pour le traitre et le vendu, de Mac Kinsey à Macfly et Carlito.<br /> De la dissolution dans l'Europe : pourquoi un corps diplomatique, puisque la souveraineté donc la diplomatie sera européenne? A l'oumma, de l'Afrique à l'Arabie Saoudite et au Quatar ..Qu'on aimerait voir les Obono,(Bonobo?) Diallo et autre Salamé, légères et court vêtues, revêtir la burqa et le voile ! <br /> Bizarre qu'on n'entende pas la satisfaction des féministes de voir enfin une femme consacrée par les suffrages du peuple souverain à la tête de la France ? <br /> <br /> Une façon enfin de terroriser les électeurs en leur donnant un "avant gout" de ce qui pourrait se passer en cas de victoire de Marine Lepen. 1792, nous voilà ?
Répondre