Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Scrutateur.

Blog destiné à commenter l'actualité, politique, économique, culturelle, sportive, etc, dans un esprit de critique philosophique, d'esprit chrétien et français.La collaboration des lecteurs est souhaitée, de même que la courtoisie, et l'esprit de tolérance.

L'enjeu de la guerre en Ukraine, par delà les fumées des propagandes. Par Alastair Crooke

L'enjeu de la guerre en Ukraine, par delà les fumées des propagandes. Par Alastair Crooke
L'enjeu de la guerre en Ukraine, par delà les fumées des propagandes. Par Alastair Crooke

Dans Le Scrutateur, quand il a fallu évoquer la guerre en Ukraine, j'ai tenté sans prendre partie trop catégoriquement, de montrer que le « camp » occidental n'etait pas comme il le prétend tout « blanc-bleu ».A écouter nos politiciens, et le BIDEN en ^particulier, se livre là-bas le combat du BIEN contre le MAL.

Je crois que ceux qui me connaissent ne peuvent pas douter de mon peu de sympathie, c'est un euphémisme, pour le communisme qui a tant nui au siècle dernier à partir de l'URSS.

L'URSS a dû s'effacer pour rendre à la Russie un peu de son âme et de son humanisme Orthodoxe.

L'effondrement du communisme fut une bonne chose, mais cela ne signifie pas que ses adversaires étaient porteurs d'humanisme chrétiens.

C'est pourtant ce que semblent prétendre ceux qui s'en réclament, notamment Biden et la finance internationale. Il faut essayer de garder sur toutes ces questions, un peu de bon sens et le désir d'équilibre.

C'est la raison pour laquelle je propose à vôtre réflexion, chers amis, cet article qui rement à l'heure certaines pendules.

Le texte que je porte à vôtre connaissance, je l'ai moi-même lu avec prudence. Mais pour éviter d'être des moutons nourris de propagande, il faut multiplier les sources.

Vôtre Scrutateur.


 
Les guerres du « tout ou rien » Par Alastair Crooke.

 

 

 

La position radicale adoptée par l’Occident à l’encontre de la Russie risque de faire s’effondrer l’ensemble du système économique avec lequel il a imposé sa domination sur la planète.

Par Alastair Crooke
Publié le 11 avril 2022 sur al-mayadeen

Ces « guerres » sont de plus en plus considérées en Occident comme des événements existentiels – c’est-à-dire des événements « tout ou rien » – et leur portée est en train de s’élargir. Pourquoi des guerres au pluriel ? Eh bien, l’affrontement militaire en Ukraine est sur le point d’atteindre son paroxysme ; la guerre concernant les changements drastiques apportés par la Russie à l’ordre monétaire mondial plonge les États occidentaux dans un tourbillon sans voix ; l’Europe est au bord du gouffre économique ; et la « guerre » opposant les occidentaux à la Russie et la Chine visant à remodeler les « règles » mondiales arrive également à son paroxysme (bien qu’elle voyage à un train légèrement plus lent).

Cependant, la guerre des PSYOPS de l’Occident est vraiment d’une catégorie à part. Le mur de toxicité qui gonfle, s’élève et s’écrase sur les rivages de la Russie représente une tempête marine comme nous n’en avons jamais vue. Son intention est clairement de faire du président Poutine un personnage plus que diabolique, d’en faire un démon satanique si tordu que tout oligarque russe sain d’esprit se précipitera pour le remplacer par une personnalité plus docile, semblable à Eltsine.

Seulement, cela ne fonctionne pas. Les responsables occidentaux derrière le « rideau » des PSYOPS ne savent pas quand il faut arrêter. Ils tirent encore plus fort sur les leviers et tournent les cadrans toujours plus vers le haut, jusqu’à ce que le déferlement de haine viscérale à l’encontre de tout ce qui est russe ait créé l’effet inverse : non seulement Poutine est plus populaire, mais il a déclenché une violente réaction en Russie contre l’Occident dans son ensemble.

Le problème est que ce faisant l’Occident, conduit à un tel point culminant de lumière ou d’obscurité, de « tout ou rien », qu’il risque aussi de n’être « rien ». En effet, il est clair qu’il ne peut y avoir de dialogue avec les forces démoniaques « maléfiques » : Aucun dialogue politique donc. Tout ou rien.

Le corollaire évident de cette confrontation en termes binaires de bien et de mal est que le reste du monde doit être soumis à un grand mécanisme d’inquisition pour découvrir, puis forcer, les hérétiques à abjurer tout manquement à leur soutien à l’Ukraine contre la Russie, sous peine de se retrouver sur le bûcher. Les inquisiteurs se répandent dans le monde entier : Les euro-récidivistes sont les premiers (les Orbàns) ; le Pakistan, l’Inde, la Turquie, les États du Golfe, etc. suivent.

Seulement, une fois de plus, ça ne marche pas. Le non-Occident sent dans l’air un empire qui décline, qui vacille, qui s’agite, comme Hercule descendant armé de son épée dans l’Hadès (les enfers) pour aller chercher le chien tricéphale Cerbère, dont l’une des têtes répand la peur humaine de ce qui nous attend au prochain coin de rue. (La peur, en effet, monte.)

Et c’est ce qui motive cette peur du « tout ou rien » : Le changement drastique présagé par l’insistance de la Russie à être payée en roubles (pour l’instant, uniquement pour les livraisons de gaz), et par un rouble déjà en hausse, désormais lié à l’or et aux matières premières.

En jouant sur les deux tableaux de l’équation, c’est-à-dire en liant le rouble à l’or, puis en liant les paiements énergétiques au rouble, la Banque de Russie et le Kremlin modifient fondamentalement l’ensemble des hypothèses de fonctionnement du système commercial mondial (en remplaçant les transactions volatiles en dollars par des transactions solides en devises, adossées aux matières premières), tout en déclenchant une réorientation du rôle de l’or en tant que rempart du système monétaire.

Si une majorité du système commercial international commence à accepter les roubles pour l’approvisionnement en matières premières, cela pourrait propulser ce que le gourou de Wall Street, Zoltan Pozsar, prévoit comme étant la mort du pétrodollar et l’arrivée de Bretton Woods III (c’est-à-dire un nouvel ordre monétaire mondial).

Le monde observe attentivement. Il peut voir le paysage se modifier. Lorsque l’Occident dans so ensemble a confisqué toutes les réserves de change de la Banque centrale de Russie, cette dernière a décrété que les réserves souveraines russes en euros, en dollars et en bons du Trésor américain n’étaient plus de la « bonne monnaie ». Ils étaient sans valeur en tant que « monnaie » pour payer les dettes envers les créanciers étrangers.

Le message était assez clair : si même un État important du G20 peut voir ses réserves annulées en un tour de main, alors pour ceux qui détiennent encore des « réserves » à New York, allez les chercher ailleurs ( pendant qu’il en est possible ! Car les monnaies commerciales de demain seront adossées à des matières premières, et non plus à des dollars constants.

Bien sûr, parmi ceux qui observent un autre aspect (les prix du pétrole sur le marché), les plus attentifs seront la Chine (avec ses énormes réserves d’or) et les grands producteurs de brut qui percevront que les actions de la Russie – si elles se poursuivent – pourraient conduire la Russie non seulement à soutirer la détermination du prix de l’or au LBMA et au COMEX (bourses de lingots), mais qui sait, en combinaison avec d’autres producteurs, à soutirer la détermination du prix du pétrole aux bourses de matières premières américaines également ?

Dans un sentiment très réel, l’Occident ressent un danger existentiel. Nous ne parlons pas seulement de dédollarisation, mais de quelque chose de plus fondamental. Le système financier occidental est constitué d’une pyramide inversée d' »instruments » de papier-monnaie à fort effet de levier (dont beaucoup sont connus sous le nom de produits dérivés), reposant sur la plus petite base, le sommet de la pyramide inversée. C’est ce qu’on appelle « l’argent interne ».

Il est d’une magnitude supérieure à celle de ses supports collatéraux à sa base – parfois appelé « argent extérieur ». L’argent externe représente quelque chose de réel : pétrole, gaz, énergie, nourriture, métaux, etc. Une garantie qui est réelle.

Enlevez l’argent étranger de la base de la pyramide renversée… et (potentiellement), crash.

Et bien, c’est ce qui se passe. Poutine éloigne le gaz russe de la pyramide en insistant pour que l’ensemble du processus de paiement, et la valeur de la garantie, restent dans la sphère du rouble. Et, si beaucoup d’autres États suivent l’exemple et l’étendent à d’autres produits de base… Crash.

L’ironie, c’est que l’Occident a créé cette situation. Ce n’est pas Poutine qui l’a fait. Ils l’ont fait. Ils l’ont fait lorsque les « faucons » russophobes de Washington ont stupidement déclenché un combat avec le seul pays – la Russie – qui possède les matières premières nécessaires pour diriger le monde, et pour déclencher le passage à un système monétaire différent – un système alternatif, ancré dans autre chose que la monnaie fiduciaire, soutenue par rien d’autre que la capacité de la Réserve fédérale à imprimer des dollars à l’infini.

Et ensuite ils ont détruit la « pleine foi et la promesse » du Trésor américain de s’engager à un paiement contractuel en volant les réserves russes.

Alastair Crooke

Source : al-mayadeen

(Traduction Arrêt sur info)



 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article