Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

1) André Quidal.
1) André Quidal.

1) André Quidal.

André Quidal est un ami de longue date quim'a jadis fait l'honneur de collaborer au journal que je dirigeais : Guadeloupe 2000.

Je lui emprunte cet article publié sur son site facebook. En toute liberté, comme au temps de Guadeloupe 2000. (Le Scrutateur).

 

Antillais, QUI SOMMES NOUS ?

 

En écho à la lancinante question que se posa un jour l’Américain Samuel Huntington l’ auteur du célèbre « Choc des Civilisations » dans son brillant Qui sommes-nous , publié le 20 novembre 2004.

Qui sommes-nous, nous de Guadeloupe ?

Nous sommes Guadeloupéens et Français, l’un n’empêche pas l’autre, cela devrait aller de soi. Mais l’un n’oblige pas l’autre non plus ; cela aussi devrait aller de soi.

On est l’enfant d’une terre et d’une culture ; notre terre c’est la Guadeloupe, notre culture c’est la culture française dans ses diversités locales. Et le créole dont nous sommes si revendicatif n’est que du vieux français, n’est que la langue que le colon a appris aux esclaves : à chaque fois il fallait lui montrer l’objet convoité : « chaise-là, là, là. Et Don Diègue dans le Cid qui demandait à Rodrigue s’il avait un cœur : « Rodrigue as-tu cœur » comme si tout le monde n’avait pas un cœur, me disais-je, collégien de 5ième ? Il a fallu que mon père me demanda « si ou ni coè fais ça » pour que je comprenne que cœur signifiait courage comme en créole. D’ailleurs un créole n’était qu’un blanc né aux colonies : la plus célèbre est Joséphine « La Créole », impératrice de France.

A coup sûr cela ne fait pas de nous des Africains. Ni des Indiens, ni des Européens, mais des Français d’Amérique et si l’on veut des Européens d’Amérique pour ne fâcher personne et comme le dit le passeport dont nous profitons sans vergogne.

Nous ne sommes pas des descendants d’esclaves comme aiment à se dire des nostalgiques d’un passé qu’ils n’ont jamais connu, qui vivent non au passé mais au passé antérieur, c’est à dire le passé avant le passé. Dans un pays où on n’apprend pas l’Histoire mais où on se raconte des histoires, sur « L’Édit de Mars 1685 pour Les ISLES d’AMERIQUE » dit Code Noir, qu’ils n’ont jamais lu mais ont entendu parler. Dont ils attribuent la publication à COLBERT, le fameux ministre de Louis XIV décédé en 1683. La paresse intellectuelle et le psittacisme leur autorisent tout, à étaler surtout leur ignorance sur les radios et les réseaux sociaux.

Ils se prétendent autochtones, oubliant que les premiers habitants de cet archipel étaient les Arawaks paisibles agriculteurs décimés par les Caraïbes, farouches guerriers que les colons n’ont pu réduire en esclavage, qui ont mangé les hommes et conservés les femmes arawaks, je ne sais pour quelle raison. Sans doute pour la cuisine ou le repassage. Christophe Colomb le découvreur de « Karukéra » du latin discovery qui veut dire « lever le voile sur », avait remarqué que les femmes et les hommes ne parlait pas la même langue. Il n’a jamais su qu’il avait découvert un nouveau continent, lui qui cherchait les Indes.

Les Guadeloupéens sont des colons venus d’Europe, d’Afrique, forcés au début mais à l’abolition de l’esclavage librement arrivés comme les Indiens, les Syro-libanais ect… Lorsque Mille blancs débarquaient aux colonies, il y avait 100 femmes et 900 hommes. Devinez avec qui les 800 autres ont fait des enfants ? Nous sommes les descendants lointains de ces esclavagistes et de ces esclaves. Mais un idolâtre de Taubira m’a informé que le Code Noir, dixit Taubira, n’avait pas été aboli, nous ne sommes donc pas, en vertu de l’article 13 du Code Noir, des descendants d’esclaves : « Tu es esclave si ta mère est esclave quelque soit la condition de ton père » . Comme aucun Guadeloupéen n’a de mère esclave… Appliquons donc le Code Noir. Si Napoléon s’était contenté de rétablir l’esclavage comme à l’origine, ni Ignace, ni Delgrès ne se seraient révoltés ; ni même Toussaint Louverture en Ispagnolia en vertu du Code Noir… Mais il a décidé que tout ce qui n’était pas blanc de blanc devrait être esclave. Le mulâtre Ignace dont la statue débute le boulevard des héros était un esclavagiste, un libre de couleur à qui sa mère avait offert 3 esclaves pour son mariage, cf. « Esclavage, Métissage et Liberté » de Frédéric Régent. Surtout qu’on imite pas les Martiniquais, qu’on n’aille pas déboulonner sa statue, d’autant qu’elle est magnifique. Que voulez-vous, tous les Héros ont leur part d’ombre.

L’esclavage a été aboli en France hexagonale en 1315, aucune stèle ne rappelle aux jeunes métropolitains qu’ils sont et seront descendants d’esclaves jusqu’à la nuit des temps. Tandis que les enfants de l’outre-mer français sont soumis à une litanie calendaire qui commence le 10 mai dans l’Hexagone et s’achève le 20 décembre à La Réunion. Tout homme qui pénétrait en territoire français, comme l’étaient devenues les colonies, étaient libres de facto. C’est Louis XIII, anti-esclavagiste notoire qui a inspiré le Code Noir. Il a cédé à l’insistance des colons qui lui ont fait valoir que face aux Anglais, Espagnols, Portugais et Hollandais qui eux, pratiquaient l’esclavage, la France n’avait aucune chance de garder ses possessions où les Engagés, ces « esclaves d’Europe » étaient décimés par la chaleur et les maladies tropicales. Il céda donc aux insistances des colons mais leur imposa Le Code Noir qui ordonnait entre autre, le baptême des esclaves, faisant d’eux leurs frères en Jésus Christ et les laissant face à leur conscience. Le Code interdisait surtout la séparation des familles... Les colons soudoyaient les procureurs pour empêcher l’application du Code Noir.

Dois-je rappeler que si nos ancêtres africains n’avaient pas été vendus à nos ancêtres Européens mais aux arabo-musulmans qui les auraient castrés et auraient pratiqué des infanticides sur les enfants qu’ils avaient des femmes noires, nous les métis n’existerions pas ?

Dois-je rappeler que ces millions d’Africains expédiés dans ces pays musulmans n’ont pas laissé de fait des descendants alors que la traite arabo-musulmane a prélevé 17 millions d’hommes à l’Afrique et a duré 13 siècles contre 3 pour la traite occidentale?

Dois-je enfin rappeler que c’est la colonisation occidentale qui a mis fin à la traite arabo-musulmane ?

Dois-je pour finir, rappeler, n’en déplaise à Madame Taubira, candidate inutile de témoignage aux prochaines présidentielles, ce cruel adage que nous ont transmis nos anciens : « Cé Nègs qui ven’n Negs ». Il se pourrait que la vérité fût triste. Sa loi sur « l’esclavage crime contre l’humanité » est une véritable escroquerie intellectuelle qui passe à l’as complètement la traite arabo-musulmane et aussi, la traite intra-africaine.

Guadeloupéens et Français : l’un n’oblige pas l’autre. Les habitants des 13 colonies américaines qui étaient des Britanniques ont bien pris leur indépendance vis à vis des Anglais. Il n’est pas interdit à une majorité de Guadeloupéens d’avoir envie de se détacher de la France. Mais cela doit être le choix d’une majorité, aussi exiguë soit-elle, de Guadeloupéens, pas d’un groupe de Tonton-Macoutes à la retraite assurés de toucher leur pension française surévaluée par la chute du niveau de vie dans la Guadeloupe livrée à la misère et aux gangs comme en Haïti, Haïti qu’évoque avec un humour triste, un grand écrivain, Denis Lafferière : « Je vis dans un pays, Le Québec, qui a tout sauf l’indépendance. Je viens d’un pays, Haïti, qui n’a rien, sauf l’indépendance ».

Le nouveau président de La République sorti des urnes en 2022, qu’il soit ZEMMOUR, Le PEN , ou PECRESSE, devrait consulter la population par un référendum sur l’indépendance tous les 30 ans afin de sortir de l’ambiguïté où se complaisent les Guadeloupéens et les indépendantistes qui se gargarisent de mots, assoiffés de pouvoir.

Mais nous entrons dans l’ère quinaire, ère de réchauffement climatique inéluctable, après l’ère quaternaire , ère de refroidissement ; toutes ces préoccupations seront vaines dans quelques temps, seront rien : l’indépendance de la Guadeloupe, l’islamisation de la France, aujourd’hui république bananière, demain république islamique, le Covid 19, ses variants et ses vaccins à ARN messager pour peut-être tenter de limiter ou diminuer l’augmentation de la population mondiale qu’on juge responsable du réchauffement climatique , surtout pour ceux de ma génération… Car tout cela n’est qu’addenda, post-scriptum et superfétatoire. Alea jacta est.

 

Voir aussi :

 

http://www.lescrutateur.com/2017/01/le-cri-du-coeur-d-andre-quidal.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Voilà un homme qui voit clair et dit les vérités que beaucoup ne veulent pas entendre
Répondre