Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Alors jésus rendit la vue et l'ouie aux aveugles et aux sourds.

Alors jésus rendit la vue et l'ouie aux aveugles et aux sourds.

Cet article publié par une universitaire que je connais, et qui a enseigné plus de six ans à la Martinique, peur être considéré comme un remède efficace contre certaines formes de cécité et de surdité inexplicables quand on connait le profil de ceux qui en sont atteints (Le Scrutateur).

Publié il y a 47 minutes, Mis à jour il y a 31 minutes

«Ce n’est tout de même pas la faute de Paris ni du préfet si une grande partie de la population insulaire refuse de se faire vacciner», estime Anne-Marie Le Pourhiet. FC

TRIBUNE - La professeur de droit public à l’université de Rennes-I Anne-Marie Le Pourhiet, qui a enseigné à l’université des Antilles et de la Guyane pendant six ans, porte un regard sans concession sur la situation de la Guadeloupe et de la Martinique.

Anne-Marie Le Pourhiet est vice-présidente de l’Association française de droit constitutionnel.

Faits & GestesNewsletter

Le dimanche

Ivan Rioufol vous propose une analyse percutante des détails de l'actualité de la semaine écoulée, les coulisses de son célèbre Bloc-Notes.


Le 27 mars 2020, sur recours en référé de l’Union générale des travailleurs de Guadeloupe (UGTG), le président du tribunal administratif de Basse-Terre avait rendu une bien étrange ordonnance enjoignant l’ARS et le CHU de l’île de «passer commande des doses nécessaires au traitement de l’épidémie de Covid-19 par l’hydroxychloroquine et l’azithromycine comme défini par l’IHU Méditerranée infection», le tout en nombre suffisant pour «couvrir les besoins présents et à venir de la population» de l’archipel guadeloupéen! L’ordonnance s’appuyait explicitement sur les déclarations du professeur Raoult et se basait sur le «droit à la vie» de la population insulaire. Cette décision loufoque, heureusement annulée en appel par le Conseil d’État, résume la tyrannie et le chantage qu’exerce de longue date sur les pouvoirs publics, y compris judiciaires, un syndicalisme insulaire irrationnel et infantile, dont on ne trouve l’équivalent qu’en Corse.

Les statuts de l’UGTG lui assignent de «prendre toutes les mesures nécessaires pour défendre les intérêts des travailleurs, de défendre la liberté syndicale et les libertés démocratiques, de réaliser l’unité de tous les travailleurs de la Guadeloupe et de lutter pour la suppression des rapports d’exploitation coloniale, des rapports de production (sic)». L’étendue et l’esprit de cette «raison sociale», étrangement conçue pour une organisation prétendument professionnelle, permettent de comprendre pourquoi la situation insulaire, plus encore en Guadeloupe qu’en Martinique, se caractérise par des comportements syndicaux extrémistes et violents, accompagnés d’un clientélisme aux méthodes douteuses, dont les conséquences, notamment au CHU de Pointe-à-Pitre, ont parfois tourné au drame.

À lire aussiCrispation autour de la vaccination du personnel soignant dans les outre-mer

Cela fait des décennies que ce syndicalisme calamiteux ruine les maigres chances de développement économique de territoires insulaires privés de toute réelle compétitivité par un système social extravagant et une fonction publique surrémunérée et pléthorique. Prétendument indépendantistes, ces syndicats n’ont jamais rien fait d’autre, à coups de revendications irresponsables, que d’enfoncer ces territoires dans toujours plus d’assistanat et de dépendance. Chaque crise déclenchée n’a pour but et pour effet que d’ouvrir davantage le robinet de la perfusion publique.

La mauvaise foi que traduit l’incrimination permanente de l’État atteint des sommets quand il s’agit de compétences appartenant notoirement aux collectivités ultramarines

Cette fois-ci, l’on commence par favoriser dans la partie de la population prompte à croire les remèdes de guérisseurs et de quimboiseurs un mouvement de colère anarchique, et l’on met ensuite en cause l’État «colonialiste», responsable de tous les maux. Mais ce n’est tout de même pas la faute de Paris ni du préfet si une grande partie de la population insulaire refuse de se faire vacciner et provoque ainsi une accélération des contaminations à fort potentiel toxique chez ceux des habitants qui sont diabétiques ou en surpoids. Imagine-t-on les critiques acerbes des médias nationaux si une partie de la population de deux départements métropolitains refusait de se faire vacciner et recourait à la violence pour faire plier l’État?

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Ce sont néanmoins ces médias qui, Samedi après Samedi, nous rapportaient et nous montraient les "faits de gloire" des Gj anti- fascisés et qui relayaient les moindres "effets secondaires" passagers des vaccins, par souci, soi-disant, d'information. Des plumes folles, au vent de molécules miraculeuses, nous en vantaient les effets . Les quimboiseurs étaient largement concurrencés par les nombreuses chaines de télévision, par les réseaux sociaux et par les "radios bois-patate" des indépendantistes, dans un déchainement de passion et de peur irraisonnée.

Ainsi, selon ces "syndicalistes" itinérants dans une Guadeloupe barrée, l'île de Cuba, modèle s'il en était de la Caraïbe, et ses habitants se porteraient comme un charme sans avoir jamais été vaccinés.
Manque de pot pour nos grands épidémiologistes, Cuba a produit un vaccin, injecté avec obligation à toute la population dès l'âge de... 2ans !

Pendant qu'ils "déboulaient" sans masque, près de 300 soignants de plus se faisaient vacciner. Les guadeloupéens lucides, protégés par les deux premières injections, viennent maintenant RECLAMER la 3e...Mais chut...sé moun en nou-là pa sav ça...En attendant la 4e ou 5e vague de non-vaccinés au CHU ?
Répondre
C
Et c’est reparti pour un tour, nos élus Guadeloupéens refilent la patate à d’autres en réaffirmant que la domiciliation locale du pouvoir de décision devrait etre abordée en temps et en heure, en concertation avec la population ; Nous assistons, actuellement, à un effondrement généralisé de la sociabilité et ce n’est certainement pas la classe politique actuelle, à l’origine en grande partie de cette débâcle, qui sera en mesure d’agir. Nos élus de Guadeloupe ont réclamé la venue d’une délégation interministérielle au sujet des compétences de l’état et même si la contestation est née du refus de l’obligation vaccinale des soignants et des pompiers, les contestataires ont embrassé des revendications qui partent dans tous les sens, il semble bien que sur les trente deux points revendiqués, hormis cette obligation vaccinale, trente et un points soient du ressort de nos élus locaux…Même s’il semble évident qu ‘en réclamant une délégation ministérielle, ils disqualifient de facto nos représentants locaux, ce qui, tout de même, par rapport à l’opinion locale, ressemblerait à une victoire. Et pourtant, point marquant, on a entendu des manifestants sur les barrages dénier le droit aux syndicats de les représenter…
On est aujourd’hui dans un schéma ou une défiance s’est installée au niveau de la classe politique. Dans le cadre de la décentralisation, il appartient aux élus d’assumer les responsabilités, le ministre doit intervenir pour rétablir la loi ,pas d’ordre pas de négociations . On doit bien comprendre qu‘il est impossible d’abroger une loi votée par le parlement. Comment faire une exception pour 10000 individus au détriment de 60000000 déjà vaccinés, chez les soignants la majorité est vaccinée idem chez les pompiers ou même certains syndicalistes ( honte suprême), vaste hypocrisie… Quand à l’autre excité du bocal, le syndicaliste à la sauce ché…domota, maintenant qu’il a fait tomber le masque ouvertement, qu’il se présente aux prochaines élections et à partir de là gagnera t il une certaine crédibilité …
Répondre