Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Scrutateur.

Blog destiné à commenter l'actualité, politique, économique, culturelle, sportive, etc, dans un esprit de critique philosophique, d'esprit chrétien et français.La collaboration des lecteurs est souhaitée, de même que la courtoisie, et l'esprit de tolérance.

Un miracle sortira-t-il du « conclave » des LR ?

Un miracle sortira-t-il du « conclave » des LR ?

Congrès Les Républicains souviens-toi, titre Le Point, rappelant (désespérément ?) qu’en 2016 les prétendants de la dérive opportuniste s’étaient affrontés et déchirés en direct à la télévision et qu’ils pourraient bien recommencer ce soir sur LCI.

 

Les « LR » feraient surtout bien de se souvenir que leur vrai nom c’est RPR et que leur vraie colonne vertébrale c’est l’appel de Cochin, où Jacques Chirac, alors bien conseillé, choisit une attitude digne, par anticipation de celle, actuelle, d'un Zemmour.

Depuis, sur le radeau de la bêtise, le RPR a beaucoup dérivé et flotte de moins en moins. Alors s’il leur reste une chance, une toute petite chance, c’est, disent les optimistes, de se rassembler autour de Michel Barnier, le seul qui ait, dit-on, des convictions, une compétence et l’honnêteté qui fait tant défaut à une classe politique pourrie jusqu’à la moelle. 

 

Lui, Barnier, l’ambassadeur de L'Europe en La république ? 

 

Si certains le prétendent, ou l'espèrent c'est que Zemmour est passé par là, ne l’oublions pas. Et il a remis l’église au milieu du village. Alors la conversion de Saint Paul - enfin de Michel Barnier - est possible. Certes, le RPR est malade du cerveau, et pire encore, tout au veau d’or, il est dans l’apostasie de la France. Mais Zemmour est passé par-là multipliant prodiges et miracles. Les sourds entendent, les aveugles voient. Le premier miracle serait naturellement que Farine Le Pen se ralliât à son panache de résurrection, mais elle n’est pas de la farine dont on fait le pain. Alors, l’autre miracle, de substitution, serait que le RPR ressuscitât tel qu’il prétendit être et non tel qu’il servit la candidature du décoré de la Francisque en 1981 : qu’il trouvât enfin le chemin de l’intelligence, de la raison, et de l’honneur. Et ses électeurs aussi, bien sûr, qui furent le plus souvent davantage des poires que des gaullistes authentiques.

 

En ne choisissant pas Barnier, le RPR n’aurait plus qu’à trouver pour la énième fois un nouveau nom : celui de C.O.N. serait parfait (Coalition des Organisateurs de Naufrage) compte tenu de son historique.

 

Depuis 1974, le RPR - qui s’appelait alors UDR - est un parti de" grands stratèges" qui, depuis 1988 s’est installé dans le rôle de phénix des hôtes du bois socialiste, et s’illustre surtout par sa qualité de parti chauve-souris tantôt montrant ses ailes, tantôt s’écriant « Vive les rats ». Mais on sent Michel Barnier prêt à scander vive la France plutôt que vive L'europe et on sait l’homme certes borné mais fidèle et loyal et surtout authentique serviteur de ce qu’il croit être le bien commun. Zemmour guérissant les écroulements, (comme autrefois le roi guérissait les écrouelles), tout est donc possible. Pour les « LR », en tout cas, il n’y pas d’alternative autre que Barnier ou de profundis.

 

Bertrand et Pécresse (qui ont tous les deux déserté le radeau des triples buses, en plus) incarnent l’impasse en stéréophonie : si l’un ou l’autre venait à l’emporter, cela reviendrait à certifier la disparition définitive du RPR. Il ne resterait plus qu’à adresser de charitables condoléances à tous les naïfs qui ont si longtemps cru pouvoir s’éclairer à la vessie - en klaxonnant parfois.

 


 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article