Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Le MODEM Guadeloupe face à la crise.

Je vous prie de trouver en pièce jointe le communiqué de presse du MODEM
relatif à la crise que connaît la Guadeloupe.

Il nous apparait essentiel de rappeler à tous que l'article 73 de la
Constitution, qui régit la Guadeloupe, permet de consulter,
préalablement à l'adoption des décrets lois et ordonnances, les
exécutifs départementaux et régionaux des DOM.

Sauf erreur, nos exécutifs ont bien été saisis préalablement pour
l'adaptation éventuelle de l'obligation vaccinale de soignants dans le
cadre de la loi 2021-1040 du 5 août 2021.

Ils n'ont pas fait usage de leur prérogative, ils se sont tus et leur
effacement nous a conduits aux conflits sociaux actuels qui
s'accompagnent maintenant d'inutiles surenchères statutaires.

Louis DESSOUT, Président MODEM Guadeloupe

ldessout@hotmail.com
06.90.73.40.17

Antony BERNARD, Délégué Départemental MODEM Guadeloupe

antony@bernard.pro
06.90.93.97.95

 

28 novembre 2021

 

Pour la responsabilité et la démocratie

 

A la Guadeloupe, des leaders syndicalistes, tous fonctionnaires et déjà vaccinés bloquent le pays et encouragent l'insurrection civile.

Certains demandent, implicitement, une réforme statutaire ni souhaitée, ni souhaitable, ni demandée par la population.

En décembre 2003, après la venue du seul élu national, François BAYROU, nos concitoyens ont refusé à 73%, cette revendication déguisée dans un référendum d'apprentis sorciers.

Aujourd'hui, le MODEM Guadeloupe, invite nos responsables à sortir de l'ambiguïté et à assumer leurs responsabilités constitutionnelles face aux souffrances de notre communauté ultramarine : Ambiguïté, Abstention, Légitimité, Autorité.

 

AMBIGUITE

Nos élus apparentés LREM, MODEM, le sont à Paris mais pas localement.

 

ABSTENTION et Absence de Leadership (ni Légitimité, ni Autorité)

Le 12 juillet 2021, le Tribunal Administratif de Basse Terre, invalidait, pour non-respect et méconnaissance du Code électoral, les élections des binômes départementaux au premier tour des candidats maires de Petit-Bourg, Baie-Mahault et de l'adjoint au maire des Abymes.

Le 7 novembre 2021, lors de leur réélection, l'abstention battait tous les records:

  • 88,30 % pour le maire de Baie-Mahault et remplaçant à cette fonction, le Président LREM de la Région
  • 85 % pour le maire de Petit-Bourg, Président du GUSR, apparenté LREM
  • 81 % pour l'adjoint au maire des Abymes (plus grand nombre d'électeurs de la Guadeloupe)

 

ABSENCE D'AUTORITE

L'article 73 de la Constitution permet de consulter, préalablement à l'adoption de tous décrets, lois, ordonnances ou règlements, les exécutifs départementaux et régionaux des départements d'outremer, concernant leur domaine de compétences.

La préservation de l'héritage colonial dans la Constitution de la 5ème République, des "franchises” des conseils généraux des "4 vieilles colonies”, Guadeloupe, Martinique Guyane, La Réunion, avait été demandée et obtenue du Général De Gaulle par le député SFIO guadeloupéen, Paul Valentino, ancien dissident, compagnon gaulliste et unique parlementaire d'outremer, ancien conseiller général de la colonie.

Aujourd'hui, seules La Réunion et Mayotte exercent ce droit constitutionnel, conforté par l'article L 4433-3-1 du Code général des collectivités locales (CGCL).

Dans le délai de 15 jours ou 1 mois, selon l'urgence, les commissions permanentes départementales et régionales répondent, à la saisine régulière et obligatoire du préfet, sur tous projets législatifs et réglementaires.

Sauf erreur, nos exécutifs locaux ont bien été saisis, préalablement pour l'adaptation éventuelle de l'obligation vaccinale des soignants, dans le cadre du vote de la loi 2021-1040 du 5 août 2021, relative à la gestion de la crise sanitaire.

L'exercice effectif de leurs compétences par nos collectivités aurait évité les désordres sociaux actuels ainsi que les intempestives surenchères statutaires.

 

 

Le MODEM Guadeloupe exprime sa désapprobation et ses réserves face à cette situation équivoque.

 

Il refuse la manipulation de notre population souffrante et traumatisée.

 

Le MODEM Guadeloupe refuse toute réforme statutaire inédite, inutile et inopportune. Il invite les élus à exercer et à assumer sans faux semblants leurs responsabilités constitutionnelles.

 

Louis DESSOUT, Président MODEM Guadeloupe

ldessout@hotmail.com

06.90.73.40.17

 

Antony BERNARD, Délégué Départemental MODEM Guadeloupe

antony@bernard.pro

06.90.93.97.95

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Pas plus les Z'émeutiers que les Z'élus n'ont le minimum de connaissance sur les domaines de compétences respectives de l'Etat et des collectivités locales, si l'on en croit la rencontre écourtée de ce Lundi matin. Par contre d'oser réclamer, en préalable à toute discussion, l'annulation des poursuites judiciaires contre ceux qui bloquent la Guadeloupe et tirent sur les forces de l'ordre, relève du scandale et montre à quel point ces gens s'estiment au-dessus des lois..

Il est nécessaire de rétablir la vérité, face aux mensonges de M Domota, appelant hier les guadeloupéens à "maintenir" les piquets de grève devant les entreprises....
Il n'y a jamais eu de piquets de grève devant aucune entreprise, restaurant ou hôtel parce que la Guadeloupe n'a jamais été en grève. Seulement un faible pourcentage de fonctionnaires hospitaliers, refusant l'obligation vaccinale mais exigeant de continuer à percevoir un salaire à 40% supplémentaire.

Tous le autres guadeloupéens, empêchés de se rendre sur leur lieu de travail ou à la poste ou l'hôpital ,par les barricades, en sont les victimes, qu'ils soient chefs d'entreprise, salariés .ou au RSA.
Espérons encore que les entrées des hôpitaux seront dégagées et protégées pour que la population puisse être normalement soignée, par un personnel libre de se déplacer sans être agressé ni insulté.
D'autant plus que la situation médicale reste sérieuse.
Répondre