Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

1) M. G. Cotellon, directeur du CHU de Pointe-à-Pitre.
1) M. G. Cotellon, directeur du CHU de Pointe-à-Pitre.

1) M. G. Cotellon, directeur du CHU de Pointe-à-Pitre.

Ce communiqué dénonce au public l'action d'un syndicat qui bloque le fonctionnement du CHU de Pointe-à-Pitre mettant en danger la vie des patients, pas seulement ceux atteints de COVID. Et je pourrais en attester pour la santé, peut-être la vie de personnes qui me touchent de près. L'UGTG, sous la direction de son maître absolu depuis de nombreuses années, continue son action de terrorisme, notamment sur les personnels dont les membres ne sont pas tous des héros prêts à risquer leur tranquilité face à des trublions jouissant de la passivité des autorités politiques légitimes. Ce constat ne désigne pas la majorité du personnel médical, et en tout cas pas le directeur du CHU. ( Le Scrutateur)

 

La direction du CHU de Guadeloupe a annoncé avoir déposé plainte pour "mise en danger de la vie d’autrui" après que des agents des cuisines se sont déclarés grévistes, ce lundi 8 novembre, pour protester contre l’obligation vaccinale. Elle accuse les syndicats "d’affamer les patients".

 

https://www.egora.fr/actus-pro/hopitaux-cliniques/69809-greve-des-cuisines-au-chu-de-guadeloupe-la-direction-accuse-les


 

La tension monte encore d’un cran au CHU de Guadeloupe . Touché depuis plusieurs semaines par un important mouvement de contestation à l’obligation vaccinale des agents hospitaliers, la direction a accusé les syndicats de vouloir "affamer les patients", ce lundi 8 novembre, en raison d’une grève des agents des cuisines. Dans un communiqué, elle a annoncé avoir déposé plainte pour "mise en danger de la vie d’autrui".

"Ce jour, le pôle logistique a été bloqué, comme quasiment tous les jours depuis le 15 septembre, empêchant l’entrée des agents de la FAM, blanchisserie, cuisine et magasin, mais aussi des fournisseurs alimentaires du CHU. Comme tous les jours, un constat d’huissier a été dressé […] car ces blocages ont fait l’objet d’une condamnation par le Tribunal judiciaire de Pointe à Pitre par jugement du 13 octobre 2021", explique la direction.

"A la différence des autres jours, le CHU a fait intervenir les forces de l’ordre pour dégager l’accès, opération qui s’est déroulée avec succès. Malheureusement, le CHU a constaté que les agents de la cuisine se déclaraient grévistes", poursuit-elle. "Des assignations ont été délivrées aux personnels intéressés", et une plainte pour "mise en danger de la vie d’autrui" a été déposée.

"Cette prise en otage des patients par des agents hospitaliers est inqualifiable", a dénoncé la direction de la structure hospitalière, présentant ses excuses aux patients et à leurs proches pour la "livraison tardive" des repas.

Environ 30 suspensions pour non-respect de l’obligation vaccinale ont été prononcées, sur une centaine d’agents du pôle logistique, indique l’AFP. Selon les tenants du piquet de grève, d’autres agents sont en congés, en arrêt maladie ou grévistes. "Nous ne sommes pas en contact avec les patients, nous ne voyons pas pourquoi [l’obligation vaccinale] s'applique pour nous", a expliqué le délégué syndical du pôle, Tony Saint-Charles, affilié à la branche santé de l'Union générale des travailleurs de Guadeloupe. Ce dernier promet de lancer des procédures devant les juridictions administratives.

Il y a une semaine, la direction du CHU avait déjà dénoncé le "taux d'absentéisme massif" parmi ses personnels, soupçonnant "des arrêts de complaisance", qui la conduisait à envisager de "saisir le Conseil de l'Ordre des médecins". Selon l’hôpital, à ce jour, 81% des agents sont vaccinés contre le Covid-19.

[avec AFP]


 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article