Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

C'est par la tête que le poisson pourrit, et en France nous pourrissons. Voici pourquoi.

C'est un proverbe éblouissant de vérité que je cite en titre de cet article d'un jour de Toussaint. Un psychologue disait fort justement que « la pensée fait le langage en se faisant par le langage ». Beau sujet de dissertation, et plus que cela : un sujet de salut public pour ceux qui s'inquiètent de l'avenir de la civilisation, particulièrement chez nous en France où le parler français dégénère de plus en plus vite. Il suffit de lire ce qu'écrivent nos enfants sur les réseaux « sociaux », et préciserai-je, pas seulement les jeunes mais leurs parents et, pis que tout, les journaleux qui jacassent sur les radios et télés, pas seulement en Guadeloupe ou en Martinique mais sur les antennes les plus réputées de France et de Navarre : LCI, BFMTV, et si je ne parle pas de France Culture, c'est simplement pour ne pas m'effondrer de rage, en pleine capilotade.

Les exemples ne manquent pas et je n'en citerai qu'un pour ne pas épuiser la capacité de mon blog en termes d'espace disponible.

Ecoutez les radios, les TV, et contentez vous de guetter les liaisons « mal t'a propos ». Dans les compte-rendus de propos minitériels, ou dans les flashes publicitaires.

Par exemple « les mille Zerreurs ». D'erreurs pareilles on récolte à foison chaque jour , à condition d'être capable de les discerner.

Nom de Dious ! Je me demande ce qu'il fut devenu de nous, petits garcons et petites filles des classes de 8ème et de 7ème du temps jadis si nous nous étions permis de telles horreurs en présence de mademoiselle Suzanne. J'imagine le flot de colère et, arme efficace, de postillons dont elle nous eut noyé. Elle, (et ses confrères et consoeurs du primaire et du secondaire) tenait beaucoup à la prononciation, à l'élocution, et … au ton !

Or dans les séries télévisées que d'acteurs sont incapables d'ar-ti-cu-ler pour se faire comprendre.

Et le mal chemine, il s'avance, de bouche en bouche il est porté. C'est pourquoi chers amis je suis heureux de porter à vôtre connaissance un texte remarquable que nos ministres de l'éducation devraient publier en millions d'exemplaires, et se donner la peine d'en faire appliquer les principes.

Rappelez vous lecteurs amis (et je l'espère MILITANTS :

  • C'est par la tête que le poisson pourrit.

  • La pensée fait le langage en se faisant par le langage .

Allez, la cloche sonne : Récrée !

(Le Scrutateur).

 

__________________________________________________________________________

 

"La disparition progressive des temps (subjonctif, passé simple, imparfait, formes composées du futur, participe passé…) donne lieu à une pensée au présent, limitée à l’instant, incapable de projections dans le temps.

La généralisation du tutoiement, la disparition des majuscules et de la ponctuation sont autant de coups mortels portés à la subtilité de l’expression.

Supprimer le mot «mademoiselle» est non seulement renoncer à l’esthétique d’un mot, mais également promouvoir l’idée qu’entre une petite fille et une femme il n’y a rien.

Moins de mots et moins de verbes conjugués c’est moins de capacités à exprimer les émotions et moins de possibilité d’élaborer une pensée.

Des études ont montré qu’une partie de la violence dans la sphère publique et privée provient directement de l’incapacité à mettre des mots sur les émotions.

Sans mot pour construire un raisonnement, la pensée complexe chère à Edgar Morin est entravée, rendue impossible.

Plus le langage est pauvre, moins la pensée existe.

L’histoire est riche d’exemples et les écrits sont nombreux de Georges Orwell dans 1984 à Ray Bradbury dans Fahrenheit 451 qui ont relaté comment les dictatures de toutes obédiences entravaient la pensée en réduisant et tordant le nombre et le sens des mots.

Il n’y a pas de pensée critique sans pensée. Et il n’y a pas de pensée sans mots.

Comment construire une pensée hypothético-déductive sans maîtrise du conditionnel? Comment envisager l’avenir sans conjugaison au futur? Comment appréhender une temporalité, une succession d’éléments dans le temps, qu’ils soient passés ou à venir, ainsi que leur durée relative, sans une langue qui fait la différence entre ce qui aurait pu être, ce qui a été, ce qui est, ce qui pourrait advenir, et ce qui sera après que ce qui pourrait advenir soit advenu? Si un cri de ralliement devait se faire entendre aujourd’hui, ce serait celui, adressé aux parents et aux enseignants: faites parler, lire et écrire vos enfants, vos élèves, vos étudiants.

Enseignez et pratiquez la langue dans ses formes les plus variées, même si elle semble compliquée, surtout si elle est compliquée. Parce que dans cet effort se trouve la liberté. Ceux qui expliquent à longueur de temps qu’il faut simplifier l’orthographe, purger la langue de ses «défauts», abolir les genres, les temps, les nuances, tout ce qui crée de la complexité sont les fossoyeurs de l’esprit humain. Il n’est pas de liberté sans exigences. Il n’est pas de beauté sans la pensée de la beauté".

 

Christophe Clavé

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Comme se plaisait à rappeler le poète provençal Frédéric Mistral :"La langue de ma mère est la langue de Dieu"
Dans tout le cursus scolaire, la parfaite maîtrise du français conditionne toutes les acquisitions dans les autres disciplines, y compris scientifiques.

Que les "femen" enragent, à cet extrait d'un talentueux et courtois hommage d'Alfred de Musset :

A mademoiselle

Oui, femmes, quoi qu’on puisse dire,
Vous avez le fatal pouvoir
De nous jeter par un sourire
Dans l’ivresse ou le désespoir.

Oui, deux mots, le silence même,
Un regard distrait ou moqueur,
Peuvent donner à qui vous aime
Un coup de poignard dans le coeur.
- - - -
Rien n'égale votre puissance
Sinon votre fragilité.
Répondre
C
Bonjour Mr Boulogne,

Comme d'habitude, merci.

Je relève et je confirme votre remarque suivante :

" Or dans les séries télévisées que d'acteurs sont incapables d'ar-ti-cu-ler pour se faire comprendre."

Effectivement, dans les séries télévisées, non seulement s'est mal articulé, mais mourant à chaque fin de phrase ; mais aussi mal sonorisé, surtout les productions françaises ( Des adeptes de Démosthène qui ne prennent même pas le temps de rincer leur bouche après l’entraînement )...

Conséquences:

Un mal pour un bien, nous pouvons noter, que les prothèses audio sont devenues gratuites et que les audioprothésistes sont en augmentation, tout comme les "psy" génériques, et on nous serine à longueur de journée que tout va bien !!!

Plus loin dans l'article de Mr Clavé :

Si cette affirmation est vrai...

"Supprimer le mot «mademoiselle» est non seulement renoncer à l’esthétique d’un mot, mais également promouvoir l’idée qu’entre une petite fille et une femme il n’y a rien. "

Je compléterai en exprimant une affirmation , si , si il y a quelque chose que j'identifie de plus en plus et qui terrorise certains enseignants , je m'explique :

J'observe, et c'est en progression, il existe entre ces deux ages et de plus en plus tôt (les perturbateurs endocriniens ?), une nouvelle engeance de petites "Sa... pes" qui, avec la complicité de leur mère ou non, s'ingénient à tenter le pauvre Diable et ainsi approvisionner Prétoires et Avocats en pédophiles qui s'ignoraient et n'imaginaient même pas le devenir un jour !

Bonne journée, Cdlt Cjj
Répondre