Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

1) Robert Badinter. 2) Symbole célèbre de la peine de mort.
1) Robert Badinter. 2) Symbole célèbre de la peine de mort.

1) Robert Badinter. 2) Symbole célèbre de la peine de mort.

Bonjour Mr Boulogne,

Ce matin, je ressens l'irrationnalité du verbe, la propagande
journalistique et le sentiment faux cul de plusieurs intervenants sur
CNEWS...

J'ai horreur que la colère et le sentiment d'injustice me gagne, j'ai
besoin de votre recul de philosophe pour calmer mon envie de tuer … le
verbe propagandiste en ce jour de commémoration de la suppression de la
peine de mort ; juste au moment ou la mort est distribué de façon
gratuite à travers le Monde, par idéologie ou autres causes déterminant
cet acte réprouvé par une majorité, mais distribuée sans restrictions
par d'autres, certes de façon plus masquée dans des officines.

Le bal des hypocrites est ouvert...

Moi, je ressens une très grosse différence entre, neutraliser en toute
innocence  la vie emergeante de 200 000 bébés en devenir jusqu'à bientôt
14 semaines réclamées , et / ou neutraliser un assassin par la peine de
mort votée par un Tribunal populaire pour la sécurité du peuple, ou
appliquée sur ordre par des spécialistes...

Merci pour votre éclairage et votre surface médiatique grandement
appréciée, bonne journée, Cdlt Cjj.


 

Cher ami,

 

Je comprend votre sentiment, et la montée de pulsions heureusement contrôlées. Ce jour, les médias propulsaient l'image de monsieur Robert Badinter prononçant un discours ( rhétoriquement superbe il est vrai) pour l'abolition de la peine de mort.

Mais que penser de l'avortement de dizaines et dizaines de milliers d'enfants dans le ventre de leurs mères  alors qu'une loi parlementaire vient d'être promulguée permettant l'allongement du remboursement des frais médicaux bien au-delà des dates autorisées jusqu'alors. La France ne fait plus d'enfants. Sans doute compte-t-on sur l'immigration pour combler le déficit. Comme je comprend vôtre colère.

(LS).

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article