Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Visage tourné vers l'intérieur. Discrétion du sourire. Et pourtant homme déterminé et d'action.

Visage tourné vers l'intérieur. Discrétion du sourire. Et pourtant homme déterminé et d'action.

Un nombre important d'amis et de relations étaient rassemblés hier après midi en l'église de St-Claude en Guadeloupe, pour accompagner M. Louis Pauvert en sa dernière demeure. Louis, ou Loulou pour ses parents et amis. Il avait 97 ans. Ancien assureur (Le Nord), planteur, commerçant, membre actif du Rotary, ancien dirigeant de l'Assobag Louis était une personnalité guadeloupéenne d'envergure, et pourtant remarquable par sa simplicité et je dirai par sa bonté. Il me semble l'avoir toujours connu, car il avait épousé  Paulette Boulogne, une cousine germaine de mon père Albert Boulogne.

Mais c'est paradoxalement à Paris (il s'y occupait alors des affaires de l'Assobag) au début des années 1960 que je les ai plus régulièrement fréquenté au temps où étudiant j'ai trouvé dans leur foyer le bonheur, dans la grande capitale, de retouver l'ambiance de la famille guadeloupéenne, chaude et désintéressée.

Revenu en Guadeloupe le contact parisien si fructueux fut poursuivi entre nous sans interruption. Paulette mourut il y a trois ans. Loulou avait pris sa retraite, mais il gardait, malgré le grand âge toute son agilité intellectuelle, son goût de suivre l'actualité et d'essayer de la comprendre.

Hier, auprès de la tombe ouverte, deux de ses fils me disaient que leur père était passionné par l'expérience du scrutateur, et que sa première lecture du matin, en prenant le café était celle du Blog.

Les misères du grand âge ne provoquaient pas de sa part de plaintes ou de récriminations.

Il aurait été un stoîcien s'il n'avait d'abord été, et sans affectation, un chrétien, catholique. Envers et contre tout.

Puisse cet exemple continuer à inspirer ses enfants et petits enfants, dans l'époque difficile et ingrate que nous traversons.

Edouard Boulogne.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article