Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

 Tribune libre : Imaginer l'après covid en Guadeloupe !  Par Jean-Marie NOL.

La Guadeloupe se retrouve de nouveau dans la mouise avec le couvre feu et un confinement qui ne saurait tarder vu la progression de la pandémie et la pression qu'elle fait subir au système hospitalier. La triste réalité s'impose désormais à nos yeux, car comment imaginer un tel scénario il y a encore peu de temps ? Ne rêvons pas à un retour à la normale de sitôt. La crise provoquée par le coronavirus n'est pas un mauvais moment à passer, c'est un changement d'ère pour la Guadeloupe. Nous voici une nouvelle fois immergés dans le présent par des crises sanitaires, identitaires, économiques, sociales, qui se superposent et se répètent dirait on à l'infini et ce sans que ayons la moindre prise sur les événements … A tel point d’ailleurs qu’on ne peut plus vraiment parler de crises, mais d’un état permanent qui nous plonge dans la déprime et rend difficile toute projection dans l’avenir. 

A l’heure où la pandémie met en lumière les fragilités de la Guadeloupe c’est, indirectement, le modèle social français qui se trouve aujourd’hui réhabilité.La crise de la COVID-19 a en effet montré la nécessité de l’intervention de l’Etat sur l’urgence, humaine et sanitaire, et économique dans le déblocage de fonds de soutien aux divers secteurs d'activités . Mais nonobstant ce caractère très protecteur du modèle social français qui a empêché l'effondrement économique et social , les risques demeurent très présents,  car la crise du commerce local avec la croissance exponentielle de l'e commerce , l'arrêt de l'activité touristique, la déconfiture de l'agriculture et de la pêche, la disparition probable de nombreuses entreprises actuellement en survie (entreprises zombies) , les nécessités d’adapter le niveau de l’emploi au niveau de l’activité réelle ou à venir engendrent déjà un déséquilibre de la croissance qui créera une énorme pression sociale et, en conséquence, financière pesant sur le futur de la Guadeloupe  .

 

L’après-Covid-19 ne constituerait-il pas un moment propice – vis-à-vis de l’opinion publique – pour ouvrir de nouvelles voies économiques et sociales dans une perspective de développement durable et exogène c'est à dire une production de haute valeur ajoutée à partir de produits importés des pays de la Caraïbe à bas coût. Le libéralisme financier a conduit à la désindustrialisation du pays Guadeloupe et, en conséquence, à sa forte dépendance vis à vis de l’Hexagone et de l'étranger pour des productions primordiales. Où en est-on des études d’économie alternative ? N’est-il pas temps de considérer comme réaliste un système de revenu universel, pendant du partage du faible nombre d'emplois disponibles actuels et surtout à venir ?

Au-delà du conservatisme propre à 75 ans de départementalisation avec une classe moyenne attachée à ses avantages matériels découlant directement des 40% de vie chère , et une classe populaire très dépendante des transferts sociaux, il apparaît maintenant nécessaire de réaliser le sauvetage de ce qui peut encore être préservé sur le plan de l’économie et penser l'après covid. 

S’en tenir aux certitudes du passé revient à occulter deux aspects significativement différents de la crise COVID-19 par rapport à la crise sociale de 2009 : tout d’abord l’environnement des entreprises s’est considérablement digitalisé avec la montée en puissance du Big Data, des outils numériques et technologies rapides de communication et du développement des objets interconnectés, entraînant déjà des différences dans les niveaux de capacités d’innovation et d’adaptation aux évolutions ; deuxièmement, la crise COVID-19 est une crise sanitaire qui a vu la mise en place du confinement et des couvre-feux, nécessitant l’adoption de nouvelles pratiques au sein des entreprises, et le développement de nouveaux comportements des consommateurs, et troisièmement la pandémie a concurrue à accentuer la dépendance de la Guadeloupe aux aides financières et transferts publics de l'Etat. 

 

Dans ce  contexte délétère de fragilisation économique et de dépendance accrue à la dépense publique des collectivités locales , il convient d'imaginer les modèles futurs de développement de la Guadeloupe. Depuis le début de la crise liée à l'épidémie de coronavirus, l'économie  est grippée dans de nombreux pays et la Guadeloupe n'y fait pas exception. Il faut savoir anticiper un autre modèle économique,  et tourner la page du développement endogène qui n'est qu'un vœux pieux. 

La politique à mettre en œuvre ne peut pas être réformiste. Il faut des ruptures, car cette pandémie ébranle nos certitudes, notre économie basée sur une politique  keynésienne , notre rapport aux autres et tout notre quotidien.C'est une occasion unique d'opérer une véritable transition économique. Pour mieux s’adapter à l’après, il est temps de changer les critères avec lesquels on lit, formule et projette la réussite économique de la départementalisation.Toutefois, cela ne signifie pas qu'un business model ne peut pas évoluer ou être modifié. Une stratégie économique n'est pas figée. Elle s'adapte au marché, à la concurrence, aux aléas conjoncturels et aux besoins des entreprises et consommateurs .Seul hic : la Guadeloupe souffre d’une crise d’imagination qui l'empêche, pour l’instant, de mettre en place un nouveau modèle économique et social et d’implémenter à petite échelle des chaînes de valeur qui montrent l’exemple au reste de l'outre-mer. Pour cultiver d’autres imaginaires, sans doute faut-il, aussi, interroger notre rapport au monde notamment sur le plan identitaire . Selon moi , il faudrait réfléchir à  la manière dont on peut changer les mentalités, faire taire les errements idéologiques et réévaluer l’échelle des comportements de façon à éviter d’emblée les tensions sociales et aussi circonscrire les activités économiques mauvaises pour le climat, la biodiversité et la santé. J'ai remarqué que les consommateurs guadeloupéens s'intéressaient de plus en plus aux activités locales, mais sans pour autant que cela se traduise par une prise de conscience de la nécessité d'un changement de modèle . Ce mode de fonctionnement pourrait être renforcé pour l’avenir, sans tomber dans un protectionnisme trop fort. La crise semble avoir ouvert un espace de réflexion pour repenser le modèle de développement emprunté jusqu'à aujourd'hui  par le  pays Guadeloupe . Ce ne sont pas les quelques clapots du moment émanant de syndicalistes ou de politiciens qui doivent nous aveugler et interdire le changement de stratégie économique et social. Sans réponse forte pour l'après  crise, nous prenons le risque d'une anomie c'est à dire une désintégration des normes qui règlent la conduite de l'humain et assurent l'ordre social. Au fil du temps ,nous allons devoir apprendre à faire porter nos réflexions  sur l’aliénation de l’homme Antillais contemporain, la question du travail à l’époque de l’automatisation, la libération de la vie tandis que s'imposeront l’urgence écologique et la nécessaire décroissance, la précarité et le dépassement du salariat avec le revenu universel de base de 1000 euros pour tous. 

 

 

Les hommes n'acceptent le changement que dans la nécessité et ils ne voient la nécessité que dans la crise.... Jean Monnet 

 

Jean marie Nol économ

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

HOUEL 31/07/2021 00:26

Se débarrasser des transferts sociaux en réclamant le revenu universel? OK mais qui paye?Le contribuable local ?
Une économie endogène ,certainement la solution mais sur quels produits ?
Notre marché est beaucoup trop petit pour fabriquer des produits pour sa seule consommation et l'environnement caribéen n'est pas solvable mais concurrentiel sur les productions agricoles.
Le tourisme est le seul produit d'avenir à l'attraction réelle, à condition d'offrir un produit amélioré et de résoudre le problème des Sargasses et de la distribution d'eau, entre autre.
Quant au manque d'ambition et d'idées sur place,il faudrait, pour y intéresser nos jeunes talents qui sont nombreux et les convaincre de rester au pays, qu'un certains nombre d'archaïsmes et de freins comme la capacité de nuisance de certains syndicats et le manque de compétences de certains élus disparaissent et que nous soyons tournés vers un avenir,même difficile,plutôt que vers des revendications identitaires et sectaires stériles.
Tant que l'horizon restera bouché par une crispation peureuse nous n'avancerons pas.