Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Des étrangers comme çà, on en voudrait plein en France. (LS)

Passionnée de musique, violoniste internationale Zhang-Zhang, d'origine chinoise est passionnée de la France. Elle nous dit pourquoi, et cela me ravit. D'autant plus que nous avons en commun la haine et le mépris de de la culture woke, de la cancel-culture, et de leurs promoteurs.

Ecoutez ce message roboratif. (LS).

(https://www.causeur.fr/zhang-zhang-violoniste-chine-anti-woke-205437 )

 

Il y a encore peu, le nom de Zhang Zhang, violoniste star d’origine chinoise, n’était connu que des amateurs de musique classique. Née en Chine pendant la révolution culturelle, cette musicienne hors pair a bien plus qu’une corde de violon à son arc. Militante universaliste, chef d’orchestre de la lutte contre le racialisme woke, la « cancel culture » et les assignations à résidence identitaire, Zhang Zhang est naturellement devenue la tête de turc des racistes-antiracistes, dont Ibrahim Maalouf. Rencontre avec une artiste courageuse, aussi à l’aise au sein d’un orchestre philharmonique que pour défendre la culture française, son pays d’adoption et de cœur.


Causeur. Comment avez-vous découvert la France ?

Zhang Zhang. A travers les livres et la musique classique. Enfant j’ai lu Le Comte de Monte-Cristo d’Alexandre Dumas, dans une traduction chinoise. J’avais cette vision de la France en 1815, Edmond Dantès, le château d’If… Je pensais que c’était une histoire contemporaine ! La France me paraissait tellement magnifique et exotique.

Quel est votre Panthéon de la culture française ?

La première musique française que j’ai découverte, c’était celle de Debussy. Enfant, je m’endormais en écoutant mes parents, musiciens, jouer la sonate pour violon et piano. Pendant mes années universitaires, j’ai découvert d’autres styles de musique française, comme Serge Gainsbourg, Brassens, Barbara, puis Les Négresses Vertes, groupe sur lequel nous avions l’habitude de danser. Le cinéma est venu plus tard, quand j’ai pu mieux comprendre la langue et l’argot. Mes films français préférés sont assez anciens, surtout ceux dont les dialogues sont signés Michel Audiard. J’ai adoré « Les tontons flingueurs », « Les barbouzes » — qui a clairement inspiré « OSS 117 » !—, « L’aventure c’est l’aventure », « Ne nous fâchons pas », etc… J’ai vraiment une fascination pour la créativité folle et la liberté de ton de cette époque, de ses acteurs, et de ses artistes français en général. La scène d’exposé politique sur Staline “chauffard de la révolution” dans « L’aventure c’est l’aventure », quelle merveille !

J’ai bourlingué dans différents pays d’Asie, d’Amérique du Nord et d’Europe… et la France est pour moi l’un des meilleurs pays que je connaisse

J’imagine qu’il n’était pas possible d’accéder à tout cela en Chine, même si vos parents étaient des artistes célèbres?  

Non, ils vivaient très modestement, dans une seule pièce. Dans un dénuement total. Seuls les dignitaires du Parti Communiste vivaient bien. Je suis tombé amoureuse de la culture française tardivement, aux États-Unis puis en arrivant en Europe. Je voue un culte à Jean Gabin, j’ai presque tous ses films dans ma collection. Dans « Le Pacha », il y a cette scène mémorable où il entre dans un studio d’enregistrement pendant que Serge Gainsbourg joue « Requiem pour un con », ce superbe morceau. J’aime ces films car la musique y joue un rôle majeur. Je pense aussi à Louis de Funès dirigeant Berlioz à l’opéra Garnier dans « La grande vadrouille », à la danse cosaque des serveurs dans « Le grand restaurant »…

A lire aussi, Aurélien Marq: La trompette et le violon

Quel est votre film français préféré ?  

Sans hésitation « Les tontons flingueurs ». J’ai quasiment appris le français grâce à Audiard. C’est vraiment le film parfait. La nourriture, autre passion française, est partout dans le film. D’ailleurs il n’y a que dans le cinéma français où la gastronomie est si présente, même dans les films de gangsters comme « Les Tontons » ou « Touchez pas au Grisbi ». Je connais par cœur la scène dans la cuisine des « Tontons Flingueurs ». Quelle bande d’acteurs incroyable ! Et la bande-son était fantastique. Oui, c’est vraiment mon film culte.  

Vous avez d’ailleurs un côté tata flingueuse dans votre manière humoristique et piquante de défendre la France et les valeurs républicaines. Comment expliquer les attaques dont vous faites l’objet alors que vous défendez l’universalisme, la laïcité et la liberté d’expression?

L’intolérance, au nom d’une pseudo-tolérance, gagne du terrain. Au cours des derniers mois, j’ai été attaquée par toutes sortes de personnes représentant l’extrême gauche woke et parfois l’extrême droite. Certaines personnes veulent décider pour moi ce que devrait penser une femme d’origine étrangère. Je ne rentre pas dans la case qu’ils m’ont désignée, basée sur les stéréotypes, souvent racistes et sexistes, venant à la fois des progressistes militants et des conservateurs extrêmes. Je les agace.

Star du violon, vous passez pourtant beaucoup de temps à débattre avec des inconnus qui vous agressent sur Twitter. Pourquoi vous infliger cela ?

J’aime convaincre et débattre. Je suis ouverte aux échanges rationnels et courtois. Ceux qui ont tenté d’influencer mes opinions par l’intimidation ont appris que la capitulation n’est pas dans ma nature ! Quand on a passé toute son enfance à faire des gammes pendant des heures depuis l’âge de trois ans, dans un appartement familial minuscule, on a tendance à avoir une certaine ténacité ! Je suis née pendant la révolution culturelle, les trolls enragés et les petits « gardes rouges » version Playmobil des réseaux sociaux ne m’impressionnent pas.

A lire aussi, Mathieu Bock-Côté: La France contre les dingos

Avez-vous souffert du racisme anti-asiatique?

Chacun a été confronté au racisme, c’est-à-dire à la bêtise. Les blancs aussi. Ma récente prise de position en soutien de la jeune Mila m’a ouvert les yeux sur le degré d’ignorance et d’intolérance qui existe dans la société. L’éducation est le plus grand défi que doivent relever nos sociétés. La tendance croissante de la « cancel culture » n’est pas la solution aux problèmes sociétaux. Aucune discrimination ne peut être qualifiée de positive. Aucune censure d’artiste n’est acceptable. La promotion de l’universalisme et les projets caritatifs que je mène sont des engagements cruciaux pour moi. La musique peut être une force très puissante pour le progrès social ! La musique est un langage universel, accessible à tous les humains, et faisant partie de toutes les cultures du monde. Même lorsque nous ne parlons pas la même langue, nous pouvons jouer et partager la musique ensemble. Si tous les enfants avaient la possibilité de chanter et de jouer de la musique ensemble, de partager de la beauté, le monde serait beaucoup plus serein et joyeux.

Qu’est-ce qui vous agace en France?

J’ai bourlingué dans différents pays d’Asie, d’Amérique du Nord et d’Europe… et la France est pour moi l’un des meilleurs pays que je connaisse. Son histoire, sa culture, son humanisme et ses valeurs républicaines sont pour moi des réussites remarquables. Bien qu’aucun pays ne soit sans défaut, tout comme aucun individu n’est parfait, j’aime ce pays tel qu’il est. Je suis souvent déçue par la façon dont beaucoup de Français rejettent leur propre pays et ses valeurs. Je n’ai jamais vu un tel phénomène d’autodénigrement ailleurs dans le monde, même dans des régions où les conditions sont autrement plus difficiles ! La mode qui consiste à attaquer et à ridiculiser ceux qui expriment leur amour pour la France ne cesse de me surprendre, comme s’il était honteux ou fasciste de dire « J’aime la France ». Je chéris ce pays démocratique qui aime le débat et la liberté d’expression, où il est encore possible de tout dire. Si je pose parfois mon violon pour m’exprimer dans les médias et les réseaux sociaux, c’est pour défendre cette liberté unique au monde aujourd’hui menacée. On l’a vu avec Charlie Hebdo, Samuel Patty et l’affaire Mila. Il ne faut rien lâcher car ces acquis sont fragiles.


 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Ch.Etzol 23/07/2021 01:07

L'humour ne gâchant rien, la violoniste remit à sa place Assa Traoré qui avait déclaré, à Jeune Afrique que « les hommes noirs et arabes [n’étaient] pas en sécurité en France ».
A quoi la musicienne a répliqué : « C’est gentil à elle de se souvenir de la communauté asiatique de France, qui comme elle l’a dit, ne se sent pas en sécurité en raison de la criminalité croissante qui les vise; mais cette violence anti-asiatique ne vient pas de la police."

Pas de genou en terre !

castets 22/07/2021 07:00

Bonjour Mr Boulogne,
Quelques hommes politiques avec cet amour pour la France , mais aussi de la vie simple et de bon goût, les pieds ancrés sur cette vieille Terre de France et nous serons sauvés... Excusez moi, je rêvais éveillé !
Bonne journée, Cdlt Cjj

HOUEL 22/07/2021 00:10

Le milliardaire et le bouffeur de blancs

Merci ZHANG ZHANG, chinoise de ne pas avoir honte de la France.
Ils sont beaucoup plus nombreux que l’on croit ces étrangers qui ,chez nous comme chez eux, nourrissent une admiration , peut-être pas toujours méritée , pour notre vieux Pays.
Merci à l’Alliance Française, entre autres, pour entretenir la flamme.
Il est vrai que l’on ne peut compter sur nos « élites » pour ce faire.
Dernier avatar de la woke et autre cancel culture. Ces mêmes « élites » veulent en faire plus que leurs instigateurs et homologues américains dans le déni ,l’injustice et la haine de soi.
On avait vu loréal retirer le mot blanc de toute référence de ses produits qui indiquaient la couleur blanche pour ne pas vexer ceux qui , pourtant ,n’en demandaient pas tant.
Par une sorte de compétition dans la soumission et la repentance un nouveau pas a été franchi.
Le pauvre patron de lvmh, bernard Arnaud vient de se payer une marque emblématique, sinon par la qualité de ses vêtements, du moins par le thème porteur.
Il s’agit de OFF WHITE, spécialisé par le streetwear .Pas besoin d’être Shakespeare pour traduire par « en dehors du blanc » ou « dehors le blanc » , au choix.
Le fondateur de la marque, virgil abloh, avait déjà été embauché, comme styliste, par bernard, histoire d’intégrer la diversité à défaut d’un style éblouissant.
Le dit bénéficiaire s’est en effet longtemps cherché sa voie comme Dj, designer, compositeur de rap, modéliste et…ingénieur civil.
Il est aujourd’hui directeur artistique chez Louis Vitton.
Il a sans doute un incomparable don artistique qui aurait pu s’épanouir sans le recours à une démarche qui ressemble fort a du racisme.
Imaginons un instant un créateur blanc inventant un style OFF BLACK, pas certain que l’Inpi aurait accepté son dépôt de marque ni qu’il ait été embauché par bernard.
Il existe une infinité de talents, de toutes les couleurs qui ne demandent qu’à s’exprimer mais qui n’ont aucune chance si il manient leur stylo avant de promouvoir la woke ou la cancel.
Voilà notre pays défendu par de courageux étrangers et que de valeureux milliardaires s’empressent de déconstruire.
Mais peut-être que l’analyse est fausse que le gentil Arnaud , se parant de l’air du temps, n’est en fait qu’un vulgaire raciste qui vient de déposséder ,comme un vulgaire néo colonialiste, un pauvre noir du fruit de son labeur.
Allez savoir ce qui se cache derrière tout cela.