Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Covid . Sur la question difficile de la validité des vaccins, où est la Vérité ?

(Merci au lecteur qui m'adresse ce document. Je le publie sans m'engager personnellement, n'ayant pas la compétence pour cela. Mais dans le déluge médiatique il faut entretenir l'esprit critique. C'est capital. (Le Scrutateur).


 

« Les singes de la sagesse (aussi appelés « les trois petits singes ») est un symbole d'origine asiatique constitué de trois singes, dont chacun se couvre une partie différente du visage avec les mains : le premier les yeux, le deuxième la bouche et le troisième les oreilles. Ils forment une sorte de maxime picturale : « Ne pas voir le Mal, ne pas entendre le Mal, ne pas dire le Mal ». À celui qui suit cette maxime, il n'arriverait que du bien. »Wikipédia.


 

Effectivement, en ces jours de pandémie, de mensonges avec des informations  quotidiennes contradictoires où nous sommes  contraints et forcés de vivre dans «  la peur d’avoir peur ». Cette maxime citée plus haut pourrait être aussi  le reflet du Déni soit ; «  l'attitude de refus de prendre en compte une partie de la réalité, vécue comme inacceptable par l'individu. En psychanalyse (Verleugnung) c'est un mécanisme de défense, par lequel le sujet refuse de reconnaître la réalité d'une perception ressentie comme menaçante et/ou traumatisante. » wikipédia.

En fait, l’un dans l’autre, la résistance aux « fake -news bombardés dans les médias» ne contribue-elle pas à dresser les Français l’un contre l’autre ?

C’est le règne de  la manipulation «  Diviser pour mieux régner »

Aujourd’hui je viens de visionner une vidéo de plus d’une heure  et je dois tout d’abord dire Bravo à France Soir qui a osé publier un article et vidéo débat de haute importance sur la vérité à propos des vaccins

"Ne faisons pas un remède pire que le mal" : l'entretien essentiel, avec Christian Vélot « Publié le 29/06/2021 »

Extraits :

« Il se montre surpris de voir que pour lutter contre un virus qui nous réserve beaucoup d’incertitudes, on ait recours à des technologies pour lesquelles on n’a pas de recul. Il revient sur les traitements précoces, notamment ceux préconisés par le professeur Didier Raoult, un virologue d’une pointure exceptionnelle et regrette qu’on ait balayé l’hydroxy chloroquine qui n’a jamais tué personne pour lui préférer le Remdesivir, une molécule toxique et mutagène.»

Si vous prenez le temps  de  visionner ce débat qui au début semble difficile  à suivre vous serez tout comme je l’ai été, fasciné, emballé  par la vérité sous-jacente enfin dévoilée.

 

Cliquer ci-dessous :

 

https://www.francesoir.fr/videos-lentretien-essentiel/ne-faisons-pas-un-remede-pire-que-le-mal-entretien-essentiel-avec

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Décidément les virus [et bactéries] sont les grains de sable dans les rouages du bel ordonnancement Darwinien et ses prolongements . Lors d'un entretien au "Point", pour la parution de son livre" Dépasser Darwin", Didier Raoult expliquait comment certains dogmes Darwiniens étaient en train de voler en éclat.

Tous les êtres vivants passent leur temps à s'échanger des gènes, pas seulement au cours de la reproduction au sein d'une même espèce, mais aussi par l'intermédiaire des virus et des bactéries. [ 8 à 10% de l'ADN humain]
L'échange est probable aussi dans le passé puisque l'Homo sapiens présente 1 à 4 % de gènes de l'Homme de Néandertal, dont la rencontre aurait permis le métissage.

L'idée d'un tronc commun dans l'arbre darwinien, d'où partent des branches divergentes ne tient pas. Si leur séparation était définitive, il ne subsisterait aucune espèce, qui aurait dégénéré chacune dans son coin. Or l'hypothèse darwinienne était que tout ce qui existe[dans le génome] sert à quelque chose; alors que tout ce qui ne servirait pas, ne donnerait pas d'avantage évolutif, serait éliminé [sélection naturelle]

La nature n'est pas parcimonieuse, mais toujours sous-estimée. Certaines bactéries comptent jusqu'à 40% de gènes qui [en apparence et dans l'instant] ne servent à rien. D'autres arrivent à intégrer 80% de leur génome à un ver, créant ainsi une nouvelle espèce
Contrairement à Darwin, supposant une création unique , dont de nouvelles espèces n'apparaissent uniquement que par adaptation graduelle des espèces préexistantes,.

Par ailleurs, l'existence de virus géants, contenant des gènes provenant à la fois d'animaux,, de plantes et de bactéries, bat en brèche la notion d'ancêtre commun

La nature ne se contente pas d'évoluer, elle continue d'inventer des espèces. et de nouveaux gènes apparaissent, tellement inédits qu'ils ne peuvent être rattachés à aucun gène ancestral.
[ 10 à 15% du génome humain]

Donc un processus de CREATION CONTINUE, jamais figé, contrairement aux mécanismes qu'affirmait Darwin, mais toujours aussi matérialiste et limitatif quant à la création de l'Homme , sa place et son pouvoir dans la nature.
Répondre