Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

28 juin 2021 : Macron avec Bertrand : Avec Bertrand, tension maximale, par David Doukhan.

 

Rencontre entre un croisement de roquet et de Bull-Terrier et un bel indifférent dont le talent réside en partie dans une indifférence que l’on prend pour du culot. (LS).

 

 

Soudain la température baisse de 10 degrés. Bertrand et Macron sont face à face. Le président de la République félicite celui qui vient d’être réélu dans les Hauts-de-France mais ne rêve que d’une chose, changer de bureau pour s’installer à l’Élysée. C’est à fleuret moucheté mais l’ambiance est irrespirable. Dialogue tendu : Macron veut défendre l’idée que quand l’État investit dans un territoire, le RN recule, Bertrand veut l’obliger à endosser la responsabilité de la gigantesque abstention. Bertrand interrompt, cherche la confrontation. Le regard de Macron se durcit.

 

Il doit encore s’imposer à sa famille politique et le voilà déjà qui se mesure au chef de l’État

Derrière les masques, aucun doute, personne ne sourit. L’accueil républicain s’est transformé en prélude au grand règlement de comptes, microclimat glacial sur le Nord de la France. On pressent la violence qui s’exprimera quand chacun finira par lâcher ses coups. En attendant, quel service rendu à Bertrand ! L’ancien ministre de Sarkozy doit encore s’imposer à sa famille politique. C’est très loin d’être fait et le voilà déjà en train de se mesurer au

chef de l’État. Était-ce une bonne idée d’aller dans les Hauts-de-France ? Pourquoi offrir à Bertrand cette opportunité ?
Emmanuel Macron, contrairement à ce que l’on dit souvent par facilité, n’est pas obsédé à l’idée de rejouer le duel de 2017 face à Marine Le Pen. Au contraire, il a envie d’un scénario alternatif, dans lequel il serait réélu sur son propre projet et non pas à la faveur d’un vote barrage à l’extrême droite. Alors Bertrand ou pas Bertrand, il a choisi d’aller ce lundi à Douai et peu importe si cela permet à un potentiel rival de prendre la lumière. Cette fois, l’échange se termine. Emmanuel Macron tape l’épaule de Bertrand et conclut par un sourire (froid) et un clin d’œil… présidentiel.

David Doukhan

 

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Ch.Etzol 29/06/2021 17:49

« Il n’y a pas de textes constitutionnels […] qui puissent faire qu’en France un chef de l’État en soit véritablement un s’il procède, non point de la confiance profonde de la nation, mais d’un arrangement momentané entre professionnels de l’astuce. »
Charles de Gaulle - Allocution du 17 Décembre 1965