Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Le racialisme (anti blanc) les rendra fous. Par Le Scrutateur.
Le racialisme (anti blanc) les rendra fous. Par Le Scrutateur.

J'écoute chaque matin de 06 heures à 08 heures : RCI. C'est l'heure de la matinale. Je précise d'emblée que j'apprécie en général cette émission menée rondement par une équipe dynamique, jeune, au moins par l'esprit, non dépourvue d'esprit, bien supérieure à cet égard aux élucubrations du sieur Cantelou, en panne d'inspiration évidente depuis longtemps.

Mais RCI est en liens juridiques avec Europe n° I ( en déclin sur le territoire métropolitain) et se réfère souvent à cette station parisienne.

Cela s'est traduit aujourd'hui par la retransmission d'un propos « racialiste » c'est à dire raciste, dirigée contre tout ce qui est occidental, et … blanc.

Le passage que j'incrimine a duré environ deux minutes.

Selon ses auteurs parmi les nombreux effets négatifs et monstrueux de l'action occidentale il y a, avant même qu'elle se soit acharnée à dépersonnaliser (« démouner », disent-ils) les habitants de nos contrées, il y eut l'action criminelle contre la flore et la faune. En particulier contre le monde animal indigène (On reconnait là l'écologisme radical venu des USA). C'est ainsi qu'en peu de siècles une foule de créatures sauvages (adjectif qui sonnent bien dans l'idéologie racailiste (pardon racialiste). Peu à peu toutes sortes d'animaux, ont été décrétés dangereux, et comme tels exterminés. C'est ainsi que contrairement à ce qui substiste en Afrique, nous n'avons pratiquement plus de scorpions indigènes ni de serpents (entre autres, à l'exception des serpents à visages haineux, et aux langues doublement fourchues).

Evidemment mieux vaut entendre et lire ces choses que d'être sourds et aveugles. Toute d'même, tout d'même, tout d'même !

Rappelons qu'il existe encore en Martinique, surtout dans le nord, des trigonocéphales, (

grand serpent venimeux à tête triangulaire, voisin des crotales,

pas très sympathiques (voir plus bas le lien après cet article), mais peu nombreux et qui servent surtout à faire saliver des touristes en quête d'aventures. Sauf ceux qui mordent les touristes, évidemment. Mais la science occidentale a découvert le vaccin adéquat pour les sauver, en se servant d'ailleurs du venin desdits serpents. Cela dit sans méchanceté et sans vouloir vexer personne.

En Guadeloupe nous n'en avons pas. Un mauvais plaisant (guadeloupéen) me disait avec un petit sourire en coin, (c'est nôtre humour des isles) qu'il était surprenant que des Martiniquais jaloux de nôtre chance n'aient pas tenté de transplanter des « trigos » sur nos terres. J'ai répondu, tout aussi souriant que le Guadeloupe avait été placée sous la protection de Nôtre Dame de Guadaloupe, la Mexitaine. Alors il remplaça son rictus par un sourire complice.

Ainsi vont les choses de ce monde, à l'ère du racialisme.

Pour ce dernier courant idéologique, les blancs pour achever leur travail criminel de destruction du milieu (indigène) ont introduit des espèces invasives dangereuses ….. les Chiens et les Chats. (SIC).

Madre de Dios ! Mieux vaut entendre ces sottises que d'être sourds.

Je serais tenté de rigoler et de dire que ces gens là n'ont aucune chance d'être entendu.

Car aujourd'hui grâce aux « crimes » de la colonisation, nous pouvons travailler dans nos champs, dans nos bananeraies, aller nous balader en forêt, etc, sans craindre à tout moment la morsure mortelle d'un scorpion ou d'un crotale.

Le comportement de ces hommes du peuple que l'on peut voir prouve (voir ci-dessous le lien) qu'ils demeurent sourds aux divagations racialistes.

Pour l'intant du moins. Car il ne faut pas rester insensible au pouvoir de la bêtise, dont Léon Daudet disait qu'elle était la seule réalité humaine à pouvoir donner une image de l'infini.

LeScrutateur.

 

https://www.bondamanjak.com/un-homme-capture-un-serpent-de-plus-de-2-m-en-martinique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Ch.Etzol 22/05/2021 03:14

Aie confiance, crois en moi
Que je puisse veiller sur toi ...
Fais un somme sans méfiance,
Je suis là à à à, aie confiance...

Kaa surpris, siffle quelques noms parmi ceux et non des moindres, qui se sont passionnés pour le milieu naturel et la biosphère de la Guadeloupe ou la Martinique:
les pères Labat, du Tertre, Duss , ou Pinchon;.

Henri Stehlé , édite le premier "essai d'écologie et géographie botanique" sur la Guadeloupe, à l'occasion du tricentenaire des Antilles françaises;(1935), en apportant la définition de cette discipline récente à l'époque
Guy Lasserre dans" la nature et les hommes", (Ier tome de sa thèse sur la Guadeloupe,)

Jacques Fournet, ingénieur agronome publie en 1978, la première "Flore illustrée des phanérogames de Guadeloupe et de Martinique". Plus de 1600 pages de descriptions et dessins, permettant au débutant comme au spécialiste d 'identifier les plantes de la Guadeloupe. Sa lecture montre que de très nombreuses espèces ne sont pas endémiques, mais introduites, pour la plus grande et réjouissante diversité végétale de l'île.

Au sein du règne animal, seules quelques espèces de reptiles et d'oiseaux ,voire de chauve-souris ,se sont éteintes, plutôt par méconnaissance des équilibres dans un écosystème, notion qui n'existait pas à l'époque.. D'autres aujourd'hui réduites et protégées, furent recherchées de tous pour leur qualité gustative : la pêche au lambi, à la tortue est encore surveillée ou interdite.

Jamais dans ces récriminations , n'est prise en compte la capacité de la nature à résister ou à s'adapter : la tourterelle à queue carrée tient bon face à la turque et, de moins en moins farouche, fait son nid sur les fenêtres ou les galeries. A l'inverse, l'étendue de l'Achatine, gros escargot d'Afrique parait de plus en plus restreinte.
Enfin la mangouste dont l'introduction aurait causé la disparition d'oiseaux et reptiles, serait aussi responsable de l'absence des serpents en Guadeloupe.?
.
Sans rire, les chiens et les chats risquent de poser problème car des antispécistes, aussi enflammés que les "bondamanjak", estiment que ces animaux de compagnie ont les compétences pour aller à l'école....
Peut-être leur apprendra-t-on la musique avec le "duo des chats".