Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Eric Masson.

Eric Masson.

Sans toujours partager ses avis, j'éprouve pour l'ancien haut magistrat Philippe Bilger de la sympathie et du respect. Respect pour son choix de la modération dans les jugements, même sur des sujets qui le mettent en colère. Ainsi en ce qui concerne l'assassinat du fonctionnaire de police Eric Masson froidement assassiné par un dealer de drogue. (Le Scrutateur).


 

(https://www.philippebilger.com/blog/2021/05/eric-masson-nest-pas-mort-%C3%A0-cause-de-la-drogue-.html ).


 

Comme l'a dit un syndicaliste policier qui a rectifié le ministre de l'Intérieur, le brigadier Eric Masson assassiné le 5 mai en plein centre-ville d'Avignon, n'est ni un soldat ni un héros mais un fonctionnaire de police.

Il n'est pas mort à cause de la drogue, même si la police est intervenue pour un "deal" et qu'apparemment le tireur ( sans doute) et trois complices ont été interpellés dans la soirée du 9 mai (Le Point) alors qu'ils fuyaient vers l'Espagne.

Gérald Darmanin a déclaré qu'"il n'y a pas de zones de non-droit en France, les policiers vont partout ; c'est une lutte permanente contre cette merde qu'est la drogue" (Morandini).

On sait que cette proclamation, pour volontariste qu'elle soit, ne correspond pas totalement à la réalité. La police ne va pas partout.

D'abord parce qu'elle n'est pas incitée à le faire sans discrimination.

Ensuite en raison du risque permanent que ses légitimes interventions suscitent dans des cités où une minorité prête à tout pour préserver ses trafics s'en prend à elle sans vergogne.

Enfin parce qu'une police républicaine aurait le devoir d'accomplir sa mission sur tout le territoire national mais encore faudrait-il qu'elle ne soit pas présumée coupable face aux voyous qui l'agressent - et trop mollement défendue par des autorités politiques qui préfèrent lui rendre hommage par le verbe plutôt que par une soutien constant et effectif...

Ce n'est pas le trafic de drogue qui a tué le brigadier Masson. Combien de deals, de livraisons, d'échanges et de turpitudes liés à la drogue, surabondants en France au quotidien, qui ne se sont jamais terminés par un meurtre ?

La terrifiante nouveauté est d'abord dans l'arrogance d'un trafic en plein centre-ville mais surtout dans le constat que les malfaiteurs d'aujourd'hui, à cause de la faiblesse de plus en plus délétère de ce pouvoir, n'hésitent pas à tirer sur un fonctionnaire de police, à le tuer comme s'il s'agissait, à cause d'un misérable trafic de drogue, de la chose la plus naturelle du monde.

Je comprends bien pourquoi Gérald Darmanin cherche à relier absolument l'assassinat du brigadier Masson à la drogue: cette explication entoure d'une horrible rationalité le fait criminel. Mais l'ignoble dépasse ce cadre, il est qu'un dealer, sans autre motivation que le désir de fuir, dans le rapport entre sa délinquance et le pire qu'il va commettre, choisisse ce dernier. Parce que la police n'est plus rien et que cet Etat ne fait plus peur.

Eric Masson n'est pas mort à cause de la drogue, de la même manière que le féminicide à Mérignac est d'abord la conséquence d'une honteuse exécution des peines. Derrière les apparences, il y a à chaque fois un désastre structurel et humain qui angoisse et indigne encore davantage.

Je ne me moque pas de l'offensive contre les 4 000 points de deals mais on sait bien que même si elle se poursuit, elle n'aboutira jamais à l'éradication de ce fléau, par l'usage puis par le trafic qu'il induit nécessairement, à une petite comme à une grande échelle.

Je n'ai pas besoin d'invoquer la drogue pour tenter de faire croire qu'une politique s'élabore et que miraculeusement la police sera sauve et que demain nous aurons enfin un monde pacifié.

J'ai le sentiment que nous ne sommes plus confrontés à une violence ordinaire, à une criminalité usuelle. Mais au déchaînement d'êtres qui s'ébattent dans l'espace national en méprisant les forces, police et Justice, qui devraient les intimider.

Pour nous consoler, comme à Mérignac on ordonnera une inspection des services judiciaires qui nous dira que tout a été normal, et qui ne servira à rien. Si exceptionnellement des fautes étaient relevées, comme elles ne seront pas sanctionnées ni les responsables fustigés, l'eau criminelle continuera à couler sous les ponts.

Si l'assassin d'Avignon est appréhendé, une information sera ouverte, le procès d'assises aura lieu mais dans combien de temps ? L'émotion se sera dissipée et on aura oublié qu'en plein centre-ville un homme a froidement abattu un brigadier de police.

J'en ai par-dessus la tête et le coeur des mots stériles du pouvoir. Je songe aux policiers qui sont blessés ou tués. Je refuse que la police doive se justifier comme si la légitime défense était du seul côté des voyous.

Eric Masson n'est pas mort à cause de la drogue. Mais parce qu'à force de ne plus être crainte, la force a changé de camp et est devenue impunité et arrogance chez les malfaiteurs.

On attend avec impatience les leçons des humanistes professionnels. Ils déplorent. Mais le brigadier Masson est mort.

Ni héros ni soldat. Brigadier de police.


 

Philippe Bilger.


 


 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

castets 12/05/2021 06:39

Merci Mr Boulogne pour ce partage, merci à Mr Bilger de bien préciser les attendus...
Attendu que l'Etat se cantonne dans le verbiage , il est de plus en plus nécessaire que de belle âmes remettent les pendules à l'heure, depuis que le métier de journaliste s'ingénie à éponger et atténuer les faits en utilisant des termes minorés ou inexacts.
A force de camoufler la Vérité, je crains pour les temps prochains qui ne s'annoncent pas très joyeux pour tous les Citoyens.
A force d'abstentionnisme, il est à craindre que nos responsables politiques ne reflètent plus comme c'est déjà le cas, la pensée et la volonté du peuple.
A force de timidité de confort, il est certain que demain les temps seront de plus en plus injustes et que le peuple finira par réagir violemment.
Il est urgent de se pencher sur le passé pour vérifier ce que le peuple en colère est capable de dispenser comme horreur et barbarie en réponse à la négation des problèmes.
J'attends comme tous une réaction intelligente, efficace et de bons sens pour calmer les ardeurs qui se profilent.
Bonne journée, cdlt Cjj