Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Attentat islamiste, le flagrant déni de réalité.
Attentat islamiste, le flagrant déni de réalité.

L'actualité d'hier, mais aussi celle d'aujourd'hui, et de demain si aucun changement radical ne s'opère dans l'esprit de ceux qui sont sensés gouverner la France, a été centrée sur le nouvel attentat perpétré contre une femme policière ;
Les divers tracas qu'a connu le Scrutateur depuis quelques semaines (et qui sont en train d'être évacués) ne m'ont pas permis de réagir à chaud. Et je ne reviendrai pas sur les détails et la chronologie des évènements dont tout le monde est maintenant au courant.
J'ai choisi de donner la parole au Figaro en la personne d'Yves Thréard, qui en quelques lignes va au fond du sujet. (Le Scrutateur)

 

 

Flagrant déni de réalité

 

( )https://www.lefigaro.fr/vox/societe/l-editorial-du-figaro-attentat-islamiste-le-flagrant-deni-de-realite-20210423?utm_source=CRM&utm_medium=email&utm_campaign=[20210424_NL_ACTUALITES]&een=c14975335b8bc0537b55cb39d83f3170&seen=6&m_i=y_jDpOHG2IKYdQGoWxbu6UEvVC69YuN8ib9gOKnzrDMwSoNN4mnEedtvD4QXq7K1pV4IefAaBrVJJcGB3w%2BC34VRraa%2BIQKwyc

 

 

Et si le temps perdu à gloser sur les faits et méfaits supposés de la police était consacré à mieux l’armer contre tous ceux qui veulent sa mort? Peut-on encore la laisser se faire offenser, humilier, piétiner par ces voix de gauche qui la traitent de fasciste, par ces bandes de délinquants qui la considèrent comme un clan ennemi, par ces terroristes qui en font le symbole d’un État à abattre? Le doute n’est pas permis, mais rien ne change. À chaque fois, ce sont les mêmes débats, les mêmes indignations, les mêmes promesses.

À lire aussi :Bernard Rougier: «L’idéologie djihadiste voit dans la police le symbole de l’autorité mécréante»

L’assassinat, vendredi, d’une fonctionnaire du commissariat de Rambouillet par un islamiste tunisien est l’énième épisode de la guerre qui est livrée à notre pays. En première ligne pour nous défendre, les forces de l’ordre en paient un lourd tribut. Et les cités de banlieue ne sont pas le seul théâtre d’action de leurs bourreaux. Avant Stéphanie, hier, dans cette coquette ville des Yvelines, il y eut Clarissa Jean-Philippe à Montrouge ainsi que Franck Brinsolaro et Ahmed Merabet en plein cœur de Paris, en 2015 ; Jean-Baptiste Salvaing et Jessica Schneider à Magnanville, en 2016 ; Xavier Jugelé sur les Champs-Élysées, en 2017 ; Arnaud Beltrame à Trèbes, en 2018 ; les quatre victimes de la préfecture de police de la capitale, en 2019.

La France est attaquée, mais ce ne sont pas quelques lois écrites à l’encre du «en même temps» qui la protégeront. Ni les discours de fermeté mille fois entendus qui peuvent faire illusion. Non plus que ces sempiternels appels à ne surtout pas faire d’amalgame entre islamisme, immigration incontrôlée, intégration ratée et délinquance. Le terrorisme sur notre sol, aujourd’hui, qu’il soit endogène ou exogène, trouve pourtant sa source dans ce mélange explosif. Les signaux de la haine ne sont pas faibles, ils sont manifestes, mais la France reste en flagrant déni de réalité.

«Nous ne céderons rien», a averti, hier, Emmanuel Macron. Certes, mais le ver est dans le fruit depuis des années. Une campagne ne suffira pas à l’en extirper…

 


 

  •  

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Ch.Etzol 24/04/2021 17:49

Un féminicide islamique de plus au nom de la haine des autres qui nourrit leur secte.
« … Tuez ceux qui associent d’autres divinités au seul Allah (les chrétiens) où que vous les trouviez. Capturez-les, assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade.", coran,(S9, V5)
:au moment où l'on bat le tambour des états généraux de la laïcité et qu'un Président écoute benoitement une femme voilée rendre les français responsables de la non mixité des quartiers.
sans se poser la question de ses propres us et coutumes

Que ce tunisien ait pu vivre 10 ans sur le territoire français sans être inquiété est significatif du laisser-faire concernant l'immigration ,et ses sources, en haut lieu.
Cette question sera essentielle dans le choix des électeurs lors des prochaines échéances