Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Une caricature contient toujours une polémique sous-jaçente. ces deux là publiées dans Guadeloupe 2000 sont plutôt bienveillantes.
Une caricature contient toujours une polémique sous-jaçente. ces deux là publiées dans Guadeloupe 2000 sont plutôt bienveillantes.

Une caricature contient toujours une polémique sous-jaçente. ces deux là publiées dans Guadeloupe 2000 sont plutôt bienveillantes.

J'apprends la mort aujourd'hui de Roland Thésauros qui fut un des leaders de la mouvance séparatiste en Guadeloupe (UPLG) surtout dans les années 1970 et 80.

Nous n'étions pas du même bord et nos échanges furent parfois rugueux.

MonsieurThésauros, au temps de la guerre d'Algérie s'était refusé à servir dans l'armée française et s'était réfugié dans un pays d'Europe centrale sous domination communiste. Après l'indépendance de l'Algérie, il ralia ce malheurux pays pour « le servir » disait-il. Thésauros, toutefois, quand le gouvernement français eut procédé à l'amnistie pour ceux qui avaient suivi la même voie que lui, revint en Guadeloupe et enseigna à l'université Antille-Guyane (alors), les finances publiques.

Il fut davantage connu pour son engagement très actif dans la mouvance séparatiste au sein de l'UPLG (union pour la libération de la Guadeloupe).

Je dirigeais à l'époque le magazine Guadeloupe 2000 qui s'opposait aux engagements du cher Roland. A la suite d'une mésaventure nocturne qui l'opposa à une patrouille de police, Guadeloupe 2000 publia un article satirique agrémenté d'une caricature réalisée par le conseiller régional Raymond Viviès. L'article déplut fortement au professeur Thésauros, qui s'en pris à moi en plein midi à Pointe-à-Pitre, allant jusqu'à me menacer de mort. Je portai plainte. Tout ceci se calma. Je n'avais jamais pris cette menace à la lettre connaissant le caractère « soupe au lait » de mon adversaire politique, et son côté « bon garçon ».

Et puis les années passant, l'homme sans se renier, se calma . Nos rapports devinrent même cordiaux lors de nos rencontres.

Il y a cinq ans, nous nous rencontrâmes, dans une librairie de Jarry. Son épouse venait de mourir. Sa santé se détériorait, il n'avait pas le moral. Nous parlâmes de choses qui nous intéressaient en évitant soigneusement le terrain politique.

Pour tous deux, la sagesse, avec l'âge était venue.

Si pour caractériser nos rapports je devais évoquer un couple célèbre, c'est celui de Don Camillo (moi) et Peponne.

RIP.

 

Le Scrutateur.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
gentillement dit, c'est la grandeur de l'âme. Lorsque la crue du cours d'eau ou de la rivière cesse comme il est agréable d'aller se désaltérer dans ses eaux limpides. La colère , la rancune sont mauvaises conseillères;
Répondre
C
Tous haïssant la France, mais tous émargeant au budget des finances publiques de l'état fwancé ,comme les Reinette bien que d'un autre mouvance
Répondre