Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Cet article a le mérite d'être court. Mais ce n'est pas celui que j'avais programmé pour être le premier article de ce 11 février. Celui-ci je l'avais écrit et il me paraissait important . De grosses difficultés d'ordre technique, que je n'ai pas encore réussi à résoudre, m'obligent à la reporter. Hélas ! Beaucoup de temps perdu.

Je le remplace par un autre qui donne la parole à un jeune profeseur, qui outre l'importance de son propos a le mérite de porter un nom fort sympathique, celui du grand évêque Jean-Baptiste Bénine BOSSUET. (LS).

 

"J'en ai marre qu'à chaque fois que je dénonce la montée de l'#islamisme, je me fais cataloguer à l'extrême droite. Je suis un républicain. Je n'accepte pas que l'on ne puisse pas enseigner la même chose à #Trappes que dans le 16e à Paris. Ce n'est pas ça la République !"

 

https://www.dailymotion.com/video/x7z78td?syndication=273844&playlist=x6k7yn

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Ch.Etzol 11/02/2021 19:43

Alain Mabanckou dénonce le discours victimaire qu'il perçoit chez bon nombre d'Africains.[et bon nombre de pleureur(ses) d'autres horizons :
« Un sanglot de plus en plus bruyant que je définirais comme la tendance poussant certains Africains à expliquer les malheurs du continent noir – tous ses malheurs – à travers le prisme de la rencontre avec l'Europe. Ces Africains en larmes alimentent sans relâche la haine envers le Blanc, comme si la vengeance pouvait résorber les ignominies de l'histoire et nous rendre la prétendue fierté que l'Europe aurait violée », écrit-il..
Il démonte l'illusion d'une Afrique précoloniale qui aurait vécu paisiblement jusqu'à l'arrivée du Blanc.

L'éducation Nationale n'a-t-elle pas, elle-même, fait écho à ce discours dans certaines disciplines, les gémissements se faisant accusateurs, dans la relation d'évènements historiques?
Ce qui se profile à l'horizon dans le recrutement des enseignants, laisse présager d'une aggravation de la dépendance ,avec la réforme du CAPES:
"L’introduction d’une épreuve d’entretien portant, selon son libellé officiel, sur « la motivation du candidat et son aptitude à se projeter dans le métier de professeur au sein du service public de l’éducation ». Cette épreuve a notamment pour objectif de permettre au jury « d’apprécier l’aptitude du candidat à s’approprier les valeurs de la République, dont la laïcité, et les exigences du service public (droits et obligations du fonctionnaire dont la neutralité, lutte contre les discriminations et stéréotypes, promotion de l’égalité, notamment entre les filles et les garçons, etc.) ».

Comment ne pas voir une tentative de formatage idéologique et pédagogique par l’État.? Derrière les formules, se dissimulent les lieux communs de la bien-pensance, susceptibles de devenir la doxa officielle. Avec tous les moyens d’asservir les professeurs à une conception idéologique, même irrationnelle.

Difficile, après avoir prêté serment sur la laïcité et les exigences du service public... de rester le plus fidèle possible à la vérité historique