Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

1) Le docteur Henri Joseph. 3) Madame Bafran-Troblo!
1) Le docteur Henri Joseph. 3) Madame Bafran-Troblo!
1) Le docteur Henri Joseph. 3) Madame Bafran-Troblo!

1) Le docteur Henri Joseph. 3) Madame Bafran-Troblo!

Les récents travaux du docteur Henri Joseph, tendant à contribuer à l'éradication du virus de la Covid, ont eu un incontestable retentissement dans les médias, tant au plan local qu'au plan international. J'avais été assez séduit par ses déclarations et celles de son jeune collaborateur. Juste un petit bémol, en ce qui me concerne, sur l'évocation « des ancêtres », qui ne s'imposaient pas absolument, donnant dans un certain pathos - qui ne facilite pas l'entente guadeloupéenne, - et trop utilisé par certains clans politiciens. Mais cela n'était pas bien grave compte tenu des enjeux sanitaires.

Evidemment sur un tel sujet il fallait s'attendre à débat, examen du contenu des travaux de M. Joseph.

Effectivement le débat permet de distinguer plusieurs tendances. Certaines semblent hostiles, inspirées par la jalousie et relevant d'une certaine habitude, très humaine (trop) celle du dénigrement systématique bien caractérisée par le psychologue Errol Nuissier : (https://www.facebook.com/watch/?v=400848207154873 ).

Dans cette catégorie on peut ranger l'article polémique de la sociologue guadeloupéenne Patricia Bafran-Troblo, bien connue pour son amabilité extrême, son objectivité,et sa grâce souriante.

Son article est le premier volet de notre dossier. Dans le même état d'esprit s'inscrivent les propos hostiles et même injurieux tenus hier en métropole sur une TV et dans une émission connue pour son intempérance. L'animateur, un pitre suprêmement vulgaire à évoqué le passage aux toilettes après toute consommation du produit guadeloupéen.

Passons sur cette émission habituellement diahrréique.

Le seuxième volet du dossier bien qu'émanant d'un site étranger est consacré aux travaux d'Henri Joseph sur un ton plus objectif tout en prônant, comme il se doit des analyses approfondie des travaux de nôtre compatriote.

Bonne lecture. (Le Scrutateur).

 

 

(I) Patricia Braflan-Trobo : « Le grand n’importe quoi d’Henry Joseph »


 

(https://www.bondamanjak.com/patricia-braflan-trobo-le-grand-nimporte-quoi-dhenry-joseph/ )

 

 

(La sociologue originaire de #Guadeloupe  Patricia Braflan-Trobo réagit à une déclaration  d’Henry Joseph, pharmacien et docteur en pharmacognosie. Antoine Crozat lui, s’interroge entre deux sourires…

Quand Henry Joseph dit dans une interview sur ETV « on ne travaille pas assez dans ce pays, on attend que la France nous mette la cuillère dans la bouche, qu’il y a 5000 personnes dans le mas maten et qu’il veut voir 5000 personnes dans les champs… » je me suis demandé si j’avais bien compris.

Bon dans un premier temps j’ai rigolé puis je me suis dit que là on est quand même dans un niveau de mépris que je ne comprends pas. Mais n’est-ce pas la grande mode, le mépris de ceux qui se croient éclairés à l’encontre du reste de la population ?

Donc allons-y gaiement cher Henry Joseph ! Qui ne travaille pas assez dans ce pays ?

Tous ces chefs d’entreprise et petits artisans qui travaillent plus de 70 heures par semaine en payant leurs salariés-ées et sans parfois pouvoir se verser un salaire à eux ?

Toutes ces marchandes et marchands de pistaches, de crêpes ou galettes de manioc postés au soleil dans la pollution pour se faire parfois à peine 20€ par jour ?

Toutes ces marchandes de sorbet qui triment pour vendre un sorbet ou un sinobol et qui parfois à la force de ce ti travay parviennent à développer une activité qui fait vivre plusieurs membres de la famille (j’en connais) ?

Tous ces gens, parfois à la retraite qui cumulent plusieurs jobs pour joindre les deux bouts ? A mon avis non. Pas de ce que je vois. Incontestablement, comme partout, il doit y avoir en Guadeloupe des gens qui ne travaillent pas assez. Assez pour qui ? Pour quoi ?

Le juge Henry Joseph nous le dira certainement. Il y aussi certainement des gens qui ne travaillent pas assez selon Henry Joseph mais qui pour autant n’attendent pas non plus que la France leur mette la cuillère dans la bouche.

Mais en même temps Henry Joseph c’est quoi le principe de la colonisation, de la colonie-départementalisée ? N’est-ce pas que la mère patrie par une politique féroce entrave toutes les initiatives qui pourraient mettre à mal ses productions et mettre la cuillère dans la bouche ?

Le combat acharné que les guadeloupéens ont du mener à vos côtés pour que les plantes de notre pharmacopée vous permettent avec Phytobòkaz de défier quelques-uns de leurs médicaments dans les pharmacies devrait vous le rappeler pourtant !

Vous voulez 5000 personnes dans les champs ? Avant ces 5000 aidez tous ces jeunes agriculteurs qui attendent depuis des années pour s’installer à avoir des champs pour travailler. Là ça ira plus vite que pour les 5000 qui vont dans le mas maten. Ma formation en économie me permet de vous rappeler que si ça se trouve vous bénéficiez aussi largement du mas maten car beaucoup de guadeloupéens prennent froid en période de mas et leur réflexe souvent c’est quoi ? Le Virapic produit par votre laboratoire et beaucoup aussi par militantisme, au lieu d’acheter du baume Vegebom achètent vos produits pour se masser les jambes après le mas ! En économie les acteurs sont interdépendants et si ça se trouve le mas maten (auquel je ne participe pas au passage) vous rapporte bien plus que vous ne le pensez. Sortir des phrases comme celle-là avec une telle facilité à la face des guadeloupéens c’est où vous ignorez le fonctionnement d’une économie coloniale comme celle de la Guadeloupe, ou les guadeloupéens vous ont déjà tellement enrichi que vous perdez le contact avec leur réalité, ou alors vous vous considérez comme « un premier de cordée » selon les principes de la macronie et que vous pouvez, sans filtre, laisser tout ce qui vous passe dans la tête vous sortir par la bouche. Je ne vous cache pas que l’adepte du Virapic que je suis ou que j’étais, je ne sais plus, n’accepte pas cette analyse pour moi méprisante et condescendante vis-à-vis des guadeloupéens. Je travaille et je n’ai strictement aucune envie d’aller dans les champs car ce n’est pas mon travail. Par contre la part de mon salaire consacrée à ceux dont c’est le travail d’aller dans les champs, les agriculteurs, en achetant leur production me rend parfaitement à l’aise pour vous envoyer balader avec votre histoire de tous dans les champs. Personnellement je n’ai pas de leçons à recevoir de vous et je pense que nous sommes de nombreux guadeloupéens comme ça.

Et comme vous le dites, si un jour le bateau ne rentre pas, je fais confiance à notre génie créateur guadeloupéen, comme tous les peuples en souffrance, pour faire face à la situation. Et ce ne sont pas vos petites phrases à analyses limitées qui feront émerger chez nous ce que beaucoup de guadeloupéens mettent déjà en œuvre au quotidien, le goumé, le pòté mannèv dans une économie coloniale hostile et vous le savez bien ! Maintenant en regardant vosproduits en pharmacie je ne pourrai m’empêcher d’avoir en tête ce discours tenu sur ETV.

Patricia Braflan-Trobo


 

(II) Covid-19 : et si cette plante endémique des Antilles permettait d’enrayer l’épidémie ?


 

« Notre laboratoire vient de faire une découverte mondiale », a-t-il déclaré au micro d'Eclair TV, suite à son intervention à la troisième édition du grand forum citoyen santé et qualité de vie qui se tenait le 11 février 2021 sur l'île. « Nous avons découvert dans l’une des plantes de notre pharmacopée, des molécules capables d’inhiber la réplication de tous les virus à ARN ». Il s’agit de l’herbe à pic, plus connue sous le nom de « zèb a pik » aux Antilles.

Elle peut, selon le laboratoire Phytobôkaz, fondé en 2005 par Henri Joseph, « bloquer la duplication du virus » dans l’organisme. En plus d’agir contre le Covid-19 et ses variants, ce remède serait aussi efficace sur tous les virus à ARN tels que la grippe, la dengue ou le Chikungunya.
Pour mener à bien ses travaux, le docteur en pharmacie a collaboré avec le chercheur en chimie Damien Bissesnar, également originaire de l’île, qui travaillait jusqu’ici pour la NASA.
Les deux chercheurs ont déposé un brevet le 10 février dernier pour protéger la molécule en question.


 

Lire la suite ICI : https://www.bioalaune.com/fr/actualite-bio/38925/herbe-a-pic-covid-19-enrayer-epidemie


 


 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
A la place du piment qui a aussi ses vertus, cette dame pourrait suivre le conseil du Lièvre de La Fontaine :
"Ma Commère, il vous faut purger
Avec quatre grains d'ellébore."

L'expression "purger avec l'ellébore" était proverbiale par allusion aux Anciens qui soignaient la folie par ce moyen ... Si on en est encore à l'économie coloniale en 2020, diable, 4 grains n'y suffiront pas !

La duplication de l'ARN reste énigmatique, car il doit pénétrer dans le noyau, se transformer en ADN, puis s'intégrer à l' ADN cellulaire. Celui-ci , par réplication, fait de même pour l'ADN viral
Souhaitons surtout que les recherches se poursuivent sur des lignées cellulaires adultes ou de cordon ombilical, qui offrent de nombreuses possibilités.
Répondre
L
Ne pas oublier qu'ils l'ont déjà fait avec le Professeur Raoult !
Répondre