Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

1) D C-B 2) L'alter ego de D C-B : Raymond Goupil. 3) Alain Finkielkraut.
1) D C-B 2) L'alter ego de D C-B : Raymond Goupil. 3) Alain Finkielkraut.
1) D C-B 2) L'alter ego de D C-B : Raymond Goupil. 3) Alain Finkielkraut.

1) D C-B 2) L'alter ego de D C-B : Raymond Goupil. 3) Alain Finkielkraut.

J'ai un peu plus que d'habitude ces jours derniers parlé ici de Donald Trump. Non que j'en ai été un ardent partisan, (trop brouillon, trop excessif) mais parce que face à Jo Bien, soutenu par une coalition hétéroclite où se mêlent des gens assimilables à nos« centristes » français, et une extrême gauche américaine extrêmement subversive dont j'ai donné récemment des exemples effarants qui exportent actuellemnt leurs « idées » en France et en Europe (un exemple : http://www.lescrutateur.com/2021/01/les-maitres-americains-des-racialistes-europeens-les-r.diallo-lilian-thuram-etc-le-devoilement-en-images-de-leurs-methodes.un-docume ).

Sur ce terrain là il faudra demeurer très vigilant, car avec le développement exponentiel des commuications, notamment sur internet, le monde s'est rapetissé, et certains en parlent comme d'un village planétaire.

Cependant, la guerre des idées demeure d'une importance capitale, et il faut rester au front sans relâche.

C'est en ce sens que je vous propose la lecture d'un article d'hier écrit par Philippe Bilger que j'approuve presqu'entièrement.

Si cet article vous plait, je vous suggère de le partager avec vos amis, ou sur le « réseau social » de vôtre choix.

J'insiste sur l'importance de ces partages qui permettent de participer à la guerre culturelle en cours.

Ce partage informatique est d'une simplicité enfantine. Or je constate que des amis qui me disent partager mes analyses ne pratiquent pas le partage. Soit par négligence, soit par peur de révéler par là leurs positions personnelles. S'il en est ainsi, ils se rangent sans y penser au nombre de ceux qui dans une bataille les officiers chargés de monter à l'assaut et d'entraîner leurs hommes, n'étaient pas suivis par « leurs hommes ». Alors, bonjour les dégâts !

S'il en avaient été ainsi à Verdun ! (Vôtre Scrutateur).

 

Trump n'est pas Hitler et Finkielkraut n'est pas Cohn-Bendit ! Par Philippe Bilger.


 

Alain Finkielkraut, Daniel Cohn-Bendit et LCI ont été réunis ces derniers jours d'une étrange manière.

Le premier, qui y était chroniqueur hebdomadaire, a été renvoyé dans des conditions précipitées et choquantes. Contestant cette décision, il a choisi, pour défendre sa cause, l'excellent avocat Michel Laval.

Le second y débat, chaque dimanche soir, face à Luc Ferry dans l'émission "En toute franchise" d'Amélie Carrouër.

Le 17 janvier, à plusieurs reprises, sans que Luc Ferry puisse l'interrompre, Daniel Cohn-Bendit (DCB) a assimilé Donald Trump à Hitler.

Cette absurdité - on ne va pas le renvoyer pour cela ! - est révélatrice d'un triple dévoiement d'autant plus insupportable qu'il est le fait d'une personnalité bien en cour depuis des années, ayant table ouverte médiatique et influence politique, au plus haut niveau paraît-il.

D'abord d'une dégradation du langage. Puis d'une indécente banalisation historique de la part de quelqu'un donnant beaucoup de leçons sur ce plan. Enfin d'une dénaturation de la pensée. Pour résumer, il s'agit du propos d'un homme incapable d'ajuster son esprit et son verbe à la réalité qu'il dénonce, la réduction à Hitler étant la manifestation éclatante de la pauvreté de l'analyse.

Si seulement ceci devait être reproché à DCB, on pourrait vite arrêter la discussion. Il n'est pas le seul à enfler les mots par paresse et facilité !

Mais depuis quelque temps, heureusement, l'indulgence n'est plus de mise.

Grâce au livre lucide et intelligent de Vanessa Springora sur la complaisance honteusement octroyée par le milieu médiatique et littéraire à Gabriel Matzneff. Christian Giudicelli, parfois son compagnon asiatique pour le pire, est par ailleurs toujours membre du jury Renaudot.

Grâce au livre de Camille Kouchner, porte-voix de la douleur de son frère "Victor"et de la sienne propre en raison de l'inceste reproché à Olivier Duhamel - qu'il a qualifié lui-même "d'affreux" au début de ce mois.

Même si la formule est ressassée, il y a une formidable libération de la parole.

Caractérisée notamment par l'afflux de témoignages après la création de #MetooIncest.

La conséquence de ce dévoilement nous confronte aux journaux intimes de Matzneff où il s'affiche très fier de ses turpitudes asiatiques, notamment avec son ami Christian Giudicelli toujours dans le jury Renaudot. Nous sommes également replongés dans ce passé éloigné qui jette plus que des ombres sur DCB et ses positions d'alors sur les jeunes enfants et la pédophilie.

J'éprouve une forme de nausée face à certains propos de DCB en 1975 et le 23 avril 1982 lors de l'émission Apostrophes où, sous les rires à la seule exception de Paul Guth autant moqué que l'avait été Denise Bombardier, il proclame que "la sexualité d'un gosse c'est absolument fantastique...entre 4 et 6 ans, on se fait des papouilles...quand une petite fille de cinq ans et demi commence à vous déshabiller, c’est fantastique, c'est un jeu absolument érotico-maniaque"...

En 1975, dans son livre "Le Grand Bazar", il écrit "Il m’était arrivé plusieurs fois que certains gosses ouvrent ma braguette et commencent à me chatouiller. Je réagissais de manière différente selon les circonstances, mais leur désir me posait un problème. Je leur demandais : 'Pourquoi ne jouez-vous pas ensemble, pourquoi m’avez-vous choisi, moi, et pas d'autres gosses ?' Mais s’ils insistaient, je les caressais quand même".

À chaque fois, des quotidiens - en particulier le Monde et Libération - minimisaient, évoquaient le contexte et soulignaient que DCB n'avait jamais commis d'actes de pédophilie.

Celui-ci, notamment en 2001, a admis que ce passé était honteux mais qu'il fallait tenir compte de l'époque.

Pour compléter ce tableau, on ne peut passer sous silence le communiqué de 1977 - DCB n'est pas signataire - qui a été signé avec "enthousiasme" par 77 personnalités, très peu dans cette mouvance ayant refusé, dont Marguerite Duras. Parmi les signataires, Jack Lang et Bernard Kouchner. Pour défendre judiciairement les auteurs d'atteintes sexuelles sur mineurs commis sur trois enfants de 13 à 14 ans, ce communiqué dénonçait au fond la criminalisation de la pédophilie.

C'est cette lassante apologie - toujours la même - que je voudrais discuter.

D'une part nous avons le droit aujourd'hui de nous ériger en juges parce que ces pulsions scandaleusement libertaires, sans considération de l'enfance, sont heureusement étrangères à une majorité d'humains, de tout temps et nous serions prêts par ailleurs à valider contritions et repentances si ces graves pécheurs ne continuaient pas à tenir le haut du pavé.

D'autre part, quand Jack Lang questionné avec pugnacité par Sonia Mabrouk - au point qu'il fait plus que s'énerver - se contente d'invoquer une "connerie" pour le communiqué de 1977, il montre bien le tour de passe-passe qui consiste à déguiser une défaillance morale en erreur intellectuelle (Europe 1).

Cette référence paresseuse à l'esprit soixante-huitard constitue en fait un réquisitoire impitoyable contre cette période. Alors qu'à l'évidence on aurait pu sauver, en elle, des avancées dont on peut encore ressentir les bienfaits de nos jours.

Je n'ai jamais compris cette argumentation qui pour DCB et sans doute d'autres croyait être convaincante quand elle renvoyait à un contexte, une atmosphère, un climat de laxisme, une vision de l'enfance qui aurait eu droit à une sexualité sans que l'adulte à son égard ait à radicalement s'abstenir.

Ressassement qui s'égare. Comme si, dans la vie de chacun, dans le passé comme aujourd'hui, quelles que soient les options philosophiques et politiques, il ne devait pas y avoir une frontière infranchissable préservant le caractère sacré de l'enfant et sa totale dépendance, donc son extrême faiblesse, face aux pulsions indignes d'adultes dévoyés. Le fait de savoir qu'il y a des êtres auxquels on ne touche pas ne dépend pas de la conjoncture mais d'une intangible et permanente éthique.

La tragédie d'alors, qui a des racines encore dans aujourd'hui malheureusement, est d'avoir laissé sombrer le caractère absolu de la morale dans le relativisme des moeurs.

DCB demeurera, malgré tout, à LCI, mais Alain Finkielkraut, avec lequel j'ai eu une seule divergence d'appréciation ciblée, voir mon billet "Alain Finkielkraut débat-il trop ?" en a été immédiatement chassé.

Cherchez l'erreur !


 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Amer 25/01/2021 10:53

Un mouvement qui a libéré les moeurs depuis 68, s'essouffle c'est normal, mais il y'a toujours des endurcis. DCB est pourtant symp et humaniste, je me souviens que devant une tribune de de lUE , il a defendu, de tous son soul le droit des Palestiniens à la dignité. Le reste...la morale, les clichés, les verts, c'est classique. Il faut du bon sens pour qu'un comportement qui nuit aus enfants doive cesser et ne pas s'affirmer au nom de la libérté, car un enfant agressé ou měme entrainé au 6 x depuis un âge d'enfant, ce sera un enfant dont la blessure est ouverte toute la vie, presque un être sans âme, il faut y réflechir 2 fois plus qu'une., y'a aucune excuse.

Ch.Etzol 22/01/2021 03:20

Autrefois comme aujourd'hui, seules certaines options philosophiques respectaient un caractère sacré de l'homme, en particulier chrétienne et les écrits comme les actes de Dany et de toute cette clique n'ont eu de cesse pour combattre et abattre la morale. C'étaient eux qui avaient le verbe haut et prêchaient , avec leurs amis et suiveurs politiques pour le relativisme des moeurs ...et le mettaient en pratique. Non seulement ils l'ont vécu mais ils y entrainaient les autres.

Vue la manière dont Mgr Barbarin a été trainé dans la boue parce qu'il n'aurait pas dénoncé des faits antérieurs à sa nomination, commis par un homme qui n'était même pas encore jugé, Il est bon que la vérité finisse par transparaître.
A quel degré de barbarie ( libératrice ?) ont-ils conduit la société, au point que les plus faibles soient abusés, avilis ou tués ?
Qu'ils en soient tenus pour responsables. Il faut toujours se battre aujourd'hui, car ils n' en ont jamais assez ces beaux parleurs; et pour longtemps encore contre ce mythe du progressisme qui continue de déstabiliser, détruire, qui s'acharne à éloigner puis couper l'Homme de son Dieu.

Pas de péchés...rien que des passions chez tous ce "convertis" de l'écologisme et du climat !