Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Qui sont les blacks-blocks ? Sont-ils manipulés par le gouvernement ? Par Xavier Rauffer.

Cette interview dure moins de six minutes. Elle n'en est pas moins très pédagogique, et complète sur l'essentiel, et pose aussi des questions troublantes.

https://www.youtube.com/watch?v=PMZzMKQKUx0

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Ch Etzol 11/12/2020 02:22

Déjà en 2009, Pierre-Henry Brandet, porte-parole du ministère de l'Intérieur français, constatait :

« Les black blocs forment, dans les manifestations, des groupes éphémères, dont l'objectif est de commettre des actions illégales, en formant une foule ANONYME non identifiable. C'est la raison pour laquelle ces individus portent des vêtements noirs ou très sombres, ce qui rend difficile le travail d'identification et d'interpellation. Ils s'habillent ainsi au dernier moment et changent immédiatement de tenue une fois les exactions terminées. »

C'est un commentaire simple qui correspond mieux au mode d'action de lâches énergumènes
auxquels les policiers font face, comme le montraient les images télévisées, pour permettre la dispersion dans le calme en fin de manifestation. On imagine mal des gauchistes la main dans la main, presqu'en supplétifs des CRS, tel que Libé l'aurait laissé entendre...

Enfin je crains actuellement moins le Corona virus, que la contagiosité extrême d'un mal qui se répand : L'accusation des blancs de toutes les infamies de la Terre.
Ils ne mourraient pas tous, mais tous étaient frappés !
M. Rauffer en est-il si proche qu'il puisse qualifier les black blocs de " fils de bourgeois, TOUS BLANCS, frustrés, aigris, ratés des beaux quartiers. Depuis l'anarchie version ancienne, la décolonisation puis l'invasion migratoire ont suffisamment changé la donne pour que la tenue de combat cache bien d'autres motifs, plus insidieux mais jamais dits, de haine et de destruction de notre société.
Cela me rappelle cette campagne publicitaire à la télé, contre les contraintes faites aux jeunes dont l'illustration était un père bourgeois et blanc [catho sous-entendu] contraignant sa fille à se marier. [Bizarre qu'on n'ait pas penser à ces jeunes filles voilées, expédiées au Maghreb pour mariage qui sont parfois obligées de se cacher afin d' y échapper.]

La crainte de la récupération systématique de tout incident ou de toute "affaire" causée par un policier peut retenir d'un affrontement direct en usant de stratégies plus "souples", par peur de la casse. Les circonstances de la mort de Malik Oussekine en 1986, lors d'une manifestation et ses conséquences ou la peur de la récupération (Adama Traoré, Théo, etc ), font reculer plus d'un, à l'époque des "droits" illimités de l'Homme et de l'antiracisme de camouflage.

Le risque est que le manque de fermeté des politiques conduise à l'enhardissement des enragés, que le sentiment d'impunité rend de plus en plus agressifs derrière leur anonymat.