Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

1) Nos dialogueurs sont un peu plus âgés que ces deux jeunes de l'image. Mais l'esprit du dialogue y est !

1) Nos dialogueurs sont un peu plus âgés que ces deux jeunes de l'image. Mais l'esprit du dialogue y est !

Cet article, a été envoyé d'abord en guise de commentaire à l'article récent de M. Jean-Mari NOL : Du catastrophisme contructif (http://www.lescrutateur.com/2020/11/la-destruction-de-l-economie-antillaise-est-desormais-a-l-ordre-du-jour.html ) J'ai trouvé sa tournure satisfaisante et son argumentation intéressante et constructive. J'ai donc décidé de le publier en article, car les commentaires (toujours en fin d'article) ne sont pas lus par tous nos lecteurs. (Le Scrutateur).

 

Du catastrophisme constructif


Monsieur Nol nous soumet une analyse factuelle très documentée et il faut l’en remercier.
Il en tire cependant des conclusion très pessimistes de nature à faire fuir ,en plus grand nombre encore les jeunes cerveaux dont nos iles ont grandement besoin.
En outre il ne propose pas réellement, même de façon esquissée , de solution aux crises à venir,
Peut-être une solution , sous-jacente, plutôt politique de changement de statut.
La France y est présentée comme l’étranger qui profite de l’économie numérique et n’assurera plus de transferts sociaux. C’est un peu réducteur.
Il met en avant une économie locale de remplacement.
Il n’analyse pas un certain nombre de facteurs locaux qui menacent notre économie .
Il semble méconnaître la faculté de l’homme à rebondir comme cela a été démontré par le passé.
Quelques exemples :
Il considère que le tourisme n’a pas d’avenir alors que c’est au contraire une grande chance pour nos îles et que cette industrie a démontré ses capacités à rebondir et à survivre à deux grandes crises pétrolières , à l’éruption de la Soufriére, à l’attaque des Twin Towers ou à des grèves de 44 jours, entre autres. Quand la crise du Covid sera derrière nous l’attractivité de nos destinations sera intacte.
Présenter le commerce numérique sous le seul angle de la menace contredit notre histoire : Chaque révolution technologique a effectivement amené la destruction d’économies archaïques , donc d’emplois mais elle a fait naître une économie de remplacement, plus moderne et créatrice d’emploi nouveaux. Il n’y aucune raison objective pour que cela ne continue pas.
Dans les années 60 nos bananes étaient chargées, à dos d’homme, sur des barges qui rejoignaient des cargos au large de Basse Terre , aujourd’hui le port moderne de Jarry permet de les charger en conteneurs. Le métier de docker n’a pas disparu mais s’est transformé.
Il conviendrait aussi de modérer l’impact du commerce en ligne qui se heurte à notre insularité : Il y a une multitude de marchands du web qui refusent de livrer chez nous, probablement parce que notre marché est trop petit et nos taxes différenciée en taux et en nature trop complexes.
Il aurait fallu également analyser en profondeur les raisons du choix du consommateur de choisir ce mode d’achat. La raison fondamentale est le prix . Il serait intéressant de démonter le mécanisme de formation des prix locaux sur les produits manufacturés pour voir pourquoi il existe un tel différentiel. L’impact du coût de transport et des taxes n’est pas pertinent car subi par les deux modes de commercialisation. Le surcout de stockage serait plus vrai. Mais il est un facteur qui n’est pas souvent mis en avant, c’est celui de la sur-rémunération de la fonction publique qui explique, en partie, le différentiel de prix.
En résumé M. Nol a raison d’attirer notre attention sur les changements qui nous attendent car cela nous permet de réfléchir aux solutions , mais il ne faudrait pas, par excès de pessimisme, décourager notre jeunesse.
Si il y a un danger c’est celui de la fuite de nos jeunes cerveaux vers d’autres horizons alors que leur talents nous manquent terriblement.
Eux seuls pourraient dépoussiérer nos très couteuses institutions, moderniser nos structures économiques et maximiser nos atouts, cela ne se fera pas sans grincements de dents et changements de mentalité mais cela se fera grâce à eux et grâce aux lanceurs d’alerte comme monsieur NOL.


 

Claude Houel.

 

Certains malentendus peuvent avoir des conséquences catastrophiques, comme dans le film célèbre : La grande vadrouille.

Certains malentendus peuvent avoir des conséquences catastrophiques, comme dans le film célèbre : La grande vadrouille.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article