Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

1) Samuel Paty, assassiné. 2) Facade du New York Time figure du soi-disant "progressisme. 3) Photo choquante pour les niais qui y verront la marque de "l'extrême droite" ! e
1) Samuel Paty, assassiné. 2) Facade du New York Time figure du soi-disant "progressisme. 3) Photo choquante pour les niais qui y verront la marque de "l'extrême droite" ! e
1) Samuel Paty, assassiné. 2) Facade du New York Time figure du soi-disant "progressisme. 3) Photo choquante pour les niais qui y verront la marque de "l'extrême droite" ! e

1) Samuel Paty, assassiné. 2) Facade du New York Time figure du soi-disant "progressisme. 3) Photo choquante pour les niais qui y verront la marque de "l'extrême droite" ! e

Abdoullakh A, l'assassin du Professeur Samuel Paty a été qualifié « d'homme abattu par la police française » par le « grand » quotidien New York Time, symbole des milieux « progressistes » américains, et ardent soutien à l'élection présidentielle de … Jo Biden.

Sans aucun doute les niais et le gogos qualifieront-ils Samuel Paty d'homme « d'extrême droite ». Paix aux imbéciles ? Je ne les hais pas, mais je les redoute. Dans les années 1930, c'est cette sorte d'hommes, qui constituèrent ce que l'on appelait « la cinquième colonne » qui s'apprêtait à collaborer avec les nazis.

Pour l'instant l'émotion en France est considérable . Mais il faut être réaliste le mal est profond, et la France  dans un profond malaise. Les enseignants, du moins ceux qui s'expriment sont révoltés. Mais beaucoup d'entre eux sont pénétrés de l'idéologie dite « humaniste » qui interdit de poser les vraies questions sur la nature de l'islam. En ce qui me concerne je n'ai aucun préjugé sur les individus de type ethnique arabe, même musulmans. J'en connais, certains sont mes amis, et parmi eux j'ai eu des élèves avec lesquels, et avec leurs familles, les rapports furent courtois.

Mais je crois que la religion musulmanne est « spéciale », qu'il faut apprendre à la connaître pour comprendre les difficultés d'intégration de ses membres à une société laïque (je n'ai pas dit laïciste) comme la nôtre (rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu).

Le corps enseignant français lui-même est contaminé par la religion dominante actuellement celle de l'individu-roi entièrement soumis aux impératifs de la consommation sans limite ni discernement.

En un sens l'islam n'a pas tort de résister au matérialisme absolu de l'idéologie dite progressiste. Mais il faut lire le Coran pour comprendre la difficulté de prendre cette religion pour modèle et la mettre sur le même plan que le christianisme, le boudhisme, etc.

Dans le Scrutateur, depuis des années nous nous efforçons, honnêtement et rigoureusement, par delà les articles de polémique qui s'imposent parfois dans l'actualité, (comme ces jours-ci) d'analyser, de réfléchir, Il suffit de chercher sur la rubrique « Recherche » tout en haut de la page d'accueil, pour nourrir un éventuel appêtit. Par exemple Qu'est-ce que l'islam ?

Ceux qui suivront le conseil ne seront peut-être pas nombreux, mais toute société a besoin d'une élite. (Le Scrutateur).

 

 

Le Scandaleux article du New York Time.

 

 

https://www.valeursactuelles.com/monde/la-police-francaise-abat-un-homme-tolle-apres-le-titre-dun-article-du-ny-times-124755

 

Le média américain a en quelques sortes qualifié l’assaillant de victime, en passant sous silence la nature terroriste de l’attaque.

Vendredi 16 octobre, un terroriste décapitait un enseignant à Conflans-Sainte-Honorine, parce que, selon lui, il avait « sali » l’image du prophète devant ses élèves. Une attaque qualifiée de terroriste par les autorités françaises mais pas pour le New York Times. Dans son article consacré à l’attaque, le média américain titre d’abord « French Police shoot and Kill Man after a fatal Knife attack on the Street », comprendre : « La Police Française abat un homme après une attaque mortelle au couteau dans la rue ». Une manière de réduire l’importance et la nature de l’attaque terroriste pour de nombreux observateurs et de faire passer l’assaillant pour une victime des tirs des policiers.

Sur les réseaux sociaux, bon nombre d’internautes se sont élevés contre ce titre, à commencer par l’homme politique anglais Peter Whittle. « C’est ainsi que le New York Times, toujours plus répugnant, a orchestré hier la décapitation d’un enseignant en France », dénonce-t-il. Pour la journaliste du Figaro, Eugénie Bastié, ce titre est « l’art du déni dans la presse multiculturaliste américaine : ‘La police française abat un homme après une attaque mortelle au couteau dans la rue’ », lance-t-elle.
 
L’Indien Kanchan Gupta, PDG de RRRLF, se pose des questions sur le traitement fait de cette affaire :
« Reste à savoir pourquoi le NY Times pense que la décapitation d’un être humain est une 'attaque mortelle au couteau'. » Globalement, les internautes dénoncent un titre « honteux », un « torchon » et un surtout un manque d’éthique journalistique.

Passé sous silence sur France Inter ?

Le traitement de cette information par la presse de gauche a également été dénoncé par Claude Posternak, soulignant qu’au bout de huit heures, France Inter n’avait toujours pas fait écho de l’attaque terroriste et de la décapitation de l’enseignant par un terroriste islamiste. « Ahurissant », a-t-il tweeté. De même, le journaliste et romancier, David Angevin a remarqué qu’à peine l’attaque perpétrée, un critique littéraire de France Inter « excluait le droit au blasphème du champ de la liberté d’expression ». Enfin certains ont relevé que franceinfo avait demandé à une enseignante si elle estimait que le professeur décapité avait eu raison de diffuser les caricatures du prophète Mahomet.


 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article