Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Il m'a été impossible de passer, pour illustrer cet article une autre image que celle de Mme Simone Weil (et il n'en manque pas). Coîncidence?

Il m'a été impossible de passer, pour illustrer cet article une autre image que celle de Mme Simone Weil (et il n'en manque pas). Coîncidence?

La crise en France est multi factorielle. Pas seulement liée à l'épidémie de Covid, à l'économie, mais surtout à une débacle intellectuelle et spirituelle. On a l'impression que les Français se détestent, détestent leur nation. Beaucoup de causes à cette crise notamment la complicité active des milieux médiatiques omniprésents depuis mai 68, et de la classe politique qui sont imprégnés de « pensée » de M. Cohn-Bendit.

Mais le peuple demeure encore hostile et de moins en moins indifférent à un contexte dont il souffre, matériellement et dans son vécu de peuple millénaire. Hier dans une émission de LCI, le politologue Thibault de Montbrial le soulignait en insistant sur des enquêtes soigneusement tenues secrètes : le temps approche d'une révolte violente contre la politique actuellement menée, notamment contre la généralisation du terrorisme physique et intellectuel ( notamment celle menée avec la complaisance du pouvoir par les « antiracistes » et les « décoloniaux ».

Par ailleurs certains, haut placés, tentent de justifier, la politique d'immigration par une démographie insuffisante.

Mais « en même temps » comme dirait l'autre on légifère pour justifier l'avortement.

Qui trompe, ment, triche ?

Lisez et écoutez. C'est court, 07 minutes. Mais c'est éloquent. (Le Scrutateur).

 

 

IVG, la fuite en avant : « À 14 semaines de grossesse, un bébé peut remuer les doigts, serrer son poing, sucer son pouce ! »

Reportage exclusif

 

À la suite de débats houleux, les députés ont voté, le jeudi 8 octobre, en première lecture par 102 voix contre 65, pour l’allongement du délai légal de 12 à 14 semaines de grossesse pour recourir à l’avortement. Le texte prévoit également de supprimer la double clause de conscience pour les médecins.

De nombreuses voix s’élèvent contre ce texte. Reportage.

 

https://www.bvoltaire.fr/ivg-la-fuite-en-avant-a-14-semaines-de-grossesse-un-bebe-peut-remuer-les-doigts-serrer-son-poing-sucer-son-pouce/?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=ivg-la-fuite-en-avant-a-14-semaines-de-grossesse-un-bebe-peut-remuer-les-doigts-serrer-son-poing-sucer-son-pouce&utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=6408c43ae3-MAILCHIMP_NL&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-6408c43ae3-22813017&mc_cid=6408c43ae3&mc_eid=10beefac19

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Ch ETZOL 11/10/2020 01:34

« La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui » (article4 de la DDHC de 1789)
Dans cette logique, l’embryon et le fœtus humain ne sont pas un « autrui » que d’aucuns considèrent comme un corps étranger dont il faut se protéger par un vaccin anticonceptionnel, la conception devenant ainsi une maladie.
La particularité est qu’aujourd’hui un plus grand nombre réalise peut-être qu’il n’y a pas de limite à la volonté destructrice des enragés et qu’ils exigeront toujours plus. Ainsi Michel Onfray, scandalisé par l’interruption médicamenteuse jusqu’au terme d’une grossesse, défend l’avortement selon les termes de la loi, en distinguant un stade où l’être se réduirait à du vivant, de celui où l’humain serait acquis.

Cette distinction entre une sorte de vivant indéterminé, et brusquement une étape de spécification en humain, parait bien relative et peu en accord avec les connaissances sur l’espèce humaine et son développement.
Un insecte ne serait – il pas un insecte parce qu’il a forme de nymphe ? Ou la grenouille est-elle moins grenouille et destinée à autre chose, quand elle est têtard ? Les changements d’apparence n’empêchent ni l’unité ni la continuité de l’existence.
Pour Claude Bernard l’unité se manifeste « dans un corps vivant par une harmonie réciproque telle, qu’il parait impossible de séparer une partie de l’organisme, sans amener immédiatement un trouble dans tout l’ensemble. »
Il s’avère nécessaire d’ajouter, aujourd’hui, que sa continuité ne peut être remise en cause, tant les connaissances ont permis de mettre à jour toutes les déterminations qui, dès l’instant de la conception, font que c’est un petit d’homme dont la vie commence.
Sauf dans les laboratoires des apprentis sorciers, nul gamète ne peut s’unir avec celui d’une autre espèce que la sienne.
Les 2 cellules sont douées de vie et l’union de leurs noyaux déclenche une succession de phénomènes dont il serait bien difficile de dire (en s’inspirant de Leibniz) « où chacun commence et où l’autre finit »
Les 23 chromosomes d’un parent qui se sont appariés aux 23 homologues, de l’autre parent, portent bien un programme, masculin ou féminin, spécifié jusque dans les gènes, placés aux mêmes endroits et commandant les mêmes caractères. Leur complémentarité est établie dans l’intimité même des molécules chimiques ainsi que les modalités de leur lecture puis de leur expression, HUMAINE, jusqu’à l’acquisition, par exemple, du soi et du non-soi immunitaire… Le reste n’est qu’affaire de temps, comme toute la vie, ce qui précisément est refusé à notre époque.

A-t-on le droit de dissocier l’existence humaine, de la matière qui la constitue (sa chair) mais s’élabore, s’enrichit et se spécialise progressivement, au prétexte que son avenir ne dépendrait pas de la réalisation de ce programme, mais de la décision d’autrui ?
Pouvons – nous imaginer précisément la conscience qui caractérise le fait d’être en vie par un autre être humain, qui nous est étranger ? A fortiori comment décider que c’est à ce moment et pas à un autre de son développement que cette conscience est acquise ? Que telle, elle n’aurait pas le droit de s’accomplir, d'établir des relations et que telle autre, plus tardive aurait ce droit. .. Maintenant c'est jusqu'à la naissance que ce droit est supprimé.

Les mêmes questions inquiétantes peuvent être alors posées sur tout instant de la vie humaine, tant pour le handicap (Vincent Lambert), que les maladies génétiques ou la vieillesse.
C’est le sens sacré de la vie humaine et son respect qui sont irrémédiablement remis en cause en 1974. Nous en voyons aujourd’hui des suites que nous n’aurions jamais cru possibles et nul doute que des députés proposeront de légaliser l'avortement à 16 semaines et ainsi de suite.
Le sacré a-t-il encore sens aujourd'hui ?