Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

La face cachée du multiculturalisme de Jérôme Blanchet-Gravel, Éditions du Cerf .

Il paraît qu'Emmanuel Macron va parler dans quelques jours du « séparatisme » qu'il dit menacer la France.C'est bien beau mais cela ne veut rien dire face au problème réel et concret qui se pose à la France, et d'ailleurs à la cicilisation occidentale tout entière. Dès qu'il est question de culture (kylti) beaucoup de gens qui se croient cultivés se pensent concernés frétillent, jactent, battent le tambour de leur vide intérieur. D'autres plus malins (au sens du Malin) voient le profit politique qu'ils peuvent en tirer pour l'accomplissement de leurs ambitions politiques dévorantes. Nou pa fwancés, nou cé Gwadloupeyins, etc.

Or le mot culture a plusieurs sens. Pour résumer, l'un d'entre eux évoque l'ensemble des coutumes (alimentaires, relationnelles qui existent entre les memebres d'une société, etc ; Le canibalisme a longtemps fait partie de la « culture de certaines peuplades », les rapports des hommees et des femmes entre eux, etc.

Un autre évoque une philosophie universelle de l'être humain. Ce qu'a longtemps promu ce que l'on appelle l'occident, qui est à la source de ce que l'on appelle les « droits de l'homme », mais qui est aujourd'hui mis en question par le relativisme des valeurs à la mode (tout se vaut), et qui à l'occasion des mouvements migratoires a commencé à détruire le travail plus de deux fois millénaires de philosophes, de juristes, de thélogiens, et d'artistes. Il en sort de façon de plus en plus évidente une sorte de mélange confus et n'éfaste qui confond tout, mélange tout et lentement détruit toute la civilisation. En fait il s'agit d'un sorte de migan (terme créole qui désigne dans le dictionnaire créole de M.Hector Poulet : « mélange, confusion, méli-mélo »).

(Voir aussi : http://www.lescrutateur.com/page-7639405.html )

Il est important pour ceux qui veulent comprendre ce qui est à l'origine des graves évènements qui menacent la cicilisation, ceux qui veulent comprendre et résister à la décadence de réfléchir sur le sens des mots.

C'est dans cette perspective que j'ai sélectionné pour être l'article de ce jour, le compte rendu du livre de Jérome Blanchet : La face cachée du multiculturalisme.

Le Scrutateur.


 

La face cachée du multiculturalisme.


 

https://www.bvoltaire.fr/la-face-cachee-du-multiculturalisme-de-jerome-blanchet-gravel-editions-du-cerf/?mc_cid=92778d3d84&mc_eid=10beefac19


 

Jérôme Blanchet-Gravel est un jeune essayiste québécois de 28 ans. En dehors de ce livre, il a déjà écrit trois ouvrages, dont deux sur le multiculturalisme. Ses prises de position lui ont valu une mésaventure désagréable : il a été exclu, en mai 2018, par le vigile d’un bar de Montréal car ses opinions n’étaient pas acceptables. Seuls, paraît-il, les progressistes avaient le droit de prendre un verre dans cet établissement : une censure qu’on croyait réservée à d’autres temps ! Il a, bien évidemment, porté plainte.

Dans La Face cachée du multiculturalisme, après une préface intéressante de Michel Maffesoli, l’auteur s’interroge sur cette idéologie qui a tendance à devenir dominante en Occident et qui semble, pour beaucoup, un progrès. Il lui trouve de nombreuses origines, en fait peu différentes : l’orientalisme du XIXe siècle qui était en vogue dans les milieux romantiques de l’époque, la fascination pour l’islam perçu comme une religion subversive et opposée au capitalisme, l’attrait pour les sociétés indigènes et, enfin, l’attirance romantique pour une écologie en partie fantasmée. Selon l’auteur, le multiculturalisme est, en fait, le résultat du déclin du libéralisme, du refus de la société de consommation et du réveil concomitant du religieux.

Mais Jérôme Blanchet-Gravel met en garde : le multiculturalisme a débouché sur le refus de l’appropriation culturelle. Au nom de ce principe étrange, on a interdit à des handicapés de pratiquer le yoga censé être réservé aux Orientaux, on empêche les Canadiens d’arborer des coiffures en plumes qui seraient l’apanage des Amérindiens et on a obligé Chanel à diffuser un communiqué pour s’excuser d’avoir mis en vente un boomerang qui appartient à la seule culture des Aborigènes australiens ! Le ridicule n’est jamais loin.

[amazon_link asins=’2204126284′ template=’ProductCarousel’ store=’bvoltaire-21′ marketplace=’FR’ link_id=’ff7ccaea-8bda-11e8-aae6-c1e977770bf3′]Plus grave : l’auteur souligne que ce concept fumeux d’appropriation culturelle débouche rapidement sur une forme de racisme anti-blanc et sur le retour à la ségrégation raciale. M. Blanchet-Gravel a eu le nez creux : il a annoncé dans son ouvrage, avant qu’elles ne se produisent, les polémiques qui secouent, en cet été 2018, nos cousins québécois. Dans la dernière en date, des « antiracistes » ont empêché physiquement de jouer un spectacle mis au point, pourtant, par d’autres « antiracistes » car des « Blancs » reprenaient des chants d’esclaves !

Jérôme Blanchet-Gravel fait un panorama complet des multiples penseurs qui se sont exprimés à ce sujet. Même quand il ne partage pas leurs thèses, il en rend compte avec objectivité. Son propos est de haute tenue, mais toujours accessible. Il décrit une situation propre à la société québécoise, où les dérives sont bien plus graves que chez nous, mais nous risquons bientôt, en France, de rencontrer ce type de problème, même s’il n’est pas pour l’instant aussi aigu.


 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article