Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

1) M. Aurélien Barrau. 2) Une représentation du prophète Isaïe.
1) M. Aurélien Barrau. 2) Une représentation du prophète Isaïe.

1) M. Aurélien Barrau. 2) Une représentation du prophète Isaïe.

Cet ami guadeloupéen et artiste, m'envoie de Paris cette conférence d'Aurélien Barrau qui ici me comble, là me titille, et parfois m'agace, au bord des transes.

N'exagérons rien, ni transes, ni titillements, mais de l'intérêt et de la curiosité, tellement rares en cette période d'intense ressassement des banalités les plus creuses, dans tous les domaines.

Barrau retient mon attention, par ce qu'il dit et à quoi je ne souscris pas toujours, par son look aussi, assez biblique il me semble, et ce choix de son apparence, et de son éloquence, paraît s'accorder à son discours, rigoureux comme  « il convient » à un prof d'université, mais aussi, désaccordé de la rigueur ce ton, qui nous éveille, quelque peu prophétique à l'imitation subconsciente d'un Jérémie, ou d'un Isaïe. Et le « look » aussi, qu'on peut croire inspiré par le soupçon de narcissisme qui convient à tout enfant d'ancien soixante-huitard. Aurélien Barraud énonce avec une verve sympathique nombre de « vérités » que nous avons oubliées dans la paresse d'un progressisme hérité du stupide XIXème siècle selon la formule de Léon Daudet. Il faut, là, le suivre attentivement, en ce à quoi nôtre devin pourrait se réclamer, même inconsciemment, mais sans malhonnêteté, du prophétisme judéo-chrétien.

Mais le propre de nombreux prophètes est de se laisser emporter par les forces obscures, - provenant du monde extérieur, mais aussi des tourbillons cachés à lui-même en son inconscient – et dès lors de tomber dans les errances des vaticinateurs.

L'écoutant attentivement, ici et là je suis tenté de lui trouver l'air de qui, n'étant pas Jésus au désert résistant aux trois propositions du Tentateur par excellence, s'expose à l'échec face à l'Adversaire, tant est vrai ce qu'écrivait le sociologue Gaston Bouthoul dans son Traité de sociologie : que « la prévision en politique exprime souvent soit un prophétisme déguisé, soit une forme indirecte de la suggestion et de la propagande ».

Alors, Aurélien prophète, ou vaticinateur ?

Peut-être, inconsciemment, un peu des deux, et aussi assez rationel et réfléchi, il faut être juste. Utile à nos consciences ? Certainement, du moins pour des consciences réfléchies, denrées qui se font rares.

Maniaquement, selon une vieille habitude de prof qui ne peut s'empêcher de « noter » je donnerais volontiers un 14/20 à notre astrophysicien.

On ne se refait pas. Et après tout ce n'est pas si mal.

Le Scrutateur.

 

https://www.youtube.com/watch?v=tp8t8G4NYCM

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

castets 17/09/2020 11:17

Bonjour Mr Boulogne,
Merci pour cette découverte échevelée mais disciplinée. Je suis tout prêt a admettre que l'avenir des philosophes se profile, dommage que le mode d'emploi pour la modération des neurones expansives ne soit pas acté. Je suis fan de Jancovici mais j'ai énormément de mal à imaginer le cheminement intellectuel et politique pour faire aller le Monde dans le sens de cette utopie raisonnable.
Comme pour toutes les civilisations passées et disparues, la formule salvatrice sera sans effets, même si je suis enclin à poser bientôt mon portable atteint de 5G pour conduire mon attelage de percherons , même en marche arrière...
Si je peux le faire, c'est que la huitième décennie s'approche à grands pas et que mes besoins se limitent chaque jour un peu plus.
Je doute fort que le sucre d'orge permanent offert aux jeunes générations et le mirage technologique n'attirent toujours, jusqu'à l' extinction ou la mutation de l'espèce toutes les générations à venir !
Bonne journée, Cdlt Cjj

Ch ETZOL 16/09/2020 16:24

Si la réflexion sur la véritable utilité de tous le gadgets de la course à "l'innovation technique", il n'en va pas de même du catastrophisme médiatisé (comme ce personnage de tintin ,se baladant avec un drap en écharpe pour annoncer la fin du monde) et qui plus est, dont l'homme serait entièrement responsable. Juste deux remarques :

- une sur la biodiversité actuelle :
Il y aurait 8,7 millions d’espèces sur Terre (pour certains même plus de 11 millions) et 86 % d’entre elles, demeurent inconnues. Même après des siècles d’efforts, 86 % des espèces de la planète sont encore à décrire ! De beaux jours pour des zoologistes curieux…

Une autre pour les "crise climatique" et l'occupation humaine:
vers la fin de la glaciation de Würm (-30.000 ans), l’homme colonise le continent Américain. Ce phénomène est rendu possible par la grande intensité des phénomènes glaciaires qui entraînent à cette époque des régressions marines, mettant à sec le détroit de Béring et réunissant ainsi les continents Américains et Eurasiatiques.

L'Afrique se rapprochant lentement, mais inexorablement (pour l'instant?) de l'Europe, il est prévisible que dans quelques millions ou milliards d'année, une chaine de montagne remplacerait la mer Méditerranée (Mare Nostrum), obstacle alors aux "grandes transhumances" ...
La dérive de l'Inde depuis le pôle sud l'a bien conduite à s'encastrer dans le continent asiatique et former la chaine de l'Himalaya. Pensez-vous que son climat n'ait pas varié,
alors que nul trace d'homme ne se voyait encore à l'horizon ?

Il semblerait plutôt que le climat influe sur l'homme et pas l'homme sur le climat
Wait and see ?