Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Un gendarme martiniquais dénonce le racisme des manifestants “antiracistes”
Un gendarme martiniquais dénonce le racisme des manifestants “antiracistes”

On voudra bien m'excuser de n'être pas plus long dans cette présentation, mais l'article est parfaitement clair et se suffit à lui-même. (LS).

 

 

(https://www.valeursactuelles.com/societe/un-gendarme-martiniquais-denonce-le-racisme-des-manifestants-antiracistes-121318#node-article-comment ).

 

 

Pris à partie lors d’une manifestation contre le racisme et les violences policières, le sous-officier s’interroge mais veut aller de l’avant.

Il est policier, jeune, a grandi en Seine-Saint-Denis et d’origine martiniquaise. Et pourtant, comme le relate nos confrères du Point, Florent, gendarme-mobile, a lui aussi été pris à parti le 6 juin dernier. Champs de Mars, manifestations contre le « racisme » et les « violences policières », les slogans fusent. Les insultes aussi. Pour les contestataires, la France « assassine » et les policiers sont traités de « violeurs ». Dans Le Point, il ne parvient toujours pas à comprendre comment il peut être assimilé à une personne raciste. « Je ne comprends pas qu’ils puissent s’offusquer de voir des Noirs dans nos rangs, qui ne sont pourtant que le reflet de la société. J’ai été pris à partie comme Noir dans une manifestation contre le racisme, On m’a fait ressentir mes origines alors que je ne me sens absolument pas différent de mes collègues », s’insurge-t-il, lui qui réitère l’essence même de son métier « représenter la loi ».
 
Le gendarme dénonce l’attitude des manifestants qui se prétendent pacifistes et antiracistes et qui perturbent voire
« déstabilisent » ce genre de mouvement. « On a entendu les insultes bien sûr. Certains collègues de mon escadron ont essuyé des projectiles, mais c’est malheureusement très fréquent », regrette-t-il. Le Point rappelle d’ailleurs que quelques jours plus tôt, un policier noir avait été traité de « vendu » lors d’une manifestation organisée devant le Palais de Justice de Paris. La femme pointée du doigt avait répondu à l’appel d’Assa Traoré.

« Terriblement choquant comme propos »

Aujourd’hui, l’officier de la Gendarmerie mobile réfute toute accusation de racisme au sein de sa profession. « Je n’ai jamais ressenti de racisme au sein de la gendarmerie, où je suis entré comme gendarme volontaire […] ‘Vendu’ ou ‘traitre’, c’est terriblement choquant comme propos », souligne-t-il. Il rapporte en outre que certains de ses collègues, issus d’autres communautés (Asiatiques, Maghrébins…) ont également été pris pour cible.
 
Ce métier, c’était pour lui un
« rêve de gosse », et parmi ses amis de Seine-Saint-Denis, il n’a jamais été remis en question. Après la manifestation, la vidéo où on le voit être traité de « vendu » a fait le tour du web, le directeur général de la gendarmerie, le général Christian Rodriguez l’avait d'ailleurs soutenu publiquement. Un « geste fort » selon lui, afin de combattre le racisme. Florent a finalement déposé plainte après mûre réflexion malgré être confronté à ce genre de situation « quasiment tous les jours ». À 26 ans, il est déjà très apprécié de sa hiérarchie et ne soucie pas de ce genre d’événements. « On remplit simplement notre mission : protéger les manifestants, y compris quand ils hurlent leur hostilité à notre égard. De même que nous protégeons le reste de la population en empêchant les débordements ».


 


 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Aux Etats-Unis, on en vient aux armes et aux victimes innocentes de la haine, soutenue par les 220 millions de dollars du multimilliardaire Georges SOROS, fier de financer "des efforts plus immédiats pour faire progresser la justice raciale ».
C'est un début de Terreur qu'on tente d'instaurer. Chez nous, les mêmes encagoulés s'attaquent aux forces de l'ordre
Répondre
J
Malheureusement l'histoire montre que ce qui se passe aux Etats Unis arrive en Europe dans les 10 ans qui suivent.