Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

1) Le nouveau maire du Gosier. 2) Réponse d'Ertic Jalton au maire du Gosier.
1) Le nouveau maire du Gosier. 2) Réponse d'Ertic Jalton au maire du Gosier.

1) Le nouveau maire du Gosier. 2) Réponse d'Ertic Jalton au maire du Gosier.

Ce n'est pas seulement par ouïe-dire que les Guadeloupéens connaissent l'épreuve du manque d'eau, ce sang de la terre et de la vie. Le phénomène dure depuis trente ans et plus et reflète en grande partie l'incurie, et parfois le manque d'honnêteté des administrateurs et des élus.

Ici encore nôtre ancien préfet a mis en émoi la fourmilière et bousculé les mauvaises habitudes.

Le problème est loin d'être réglé. Le nouveau jeune maire de la commune du Gosier, et président de la CARL, écrit à Eric Jalton, maire des Abymes, et président de Cap Excellence pour envisager une solution. C'est le résumé du débat, par le journaliste Thierry Fundere, que nous publions ci-dessous : d'abord la lettre d'entrée en matière de Cornet, puis (en photographie, la réponse d'Eric Jalton). (Le Scrutateur).

___________________________________________________________

La dissolution envisagée du SIAEAG entraînerait la faillite de la CARL. Cédric Cornet tente un rapprochement avec Eric Jalton pour éviter ce scénario catastrophe.

La semaine qui s’annonce sera sans doute déterminante dans le dossier de l’eau en Guadeloupe. Le spectre de la dissolution du SIAEAG se précise. Ses conséquences également. Avec cette disparition programmée, la CARL sera contrainte de prendre à son compte de 22 M€ de dettes financières et 28 M€ de dettes fournisseurs. La faillite assurée pour la communauté d’agglomération La Riviéra du Levant. Autant dire que le jeune président de la CARL et maire du Gosier, Cédric Cornet a la pression. Il propose donc une rencontre dans l’urgence au président de Cap Excellence, Eric Jalton, dès lundi après-midi. Pour fixer le cadre de cette séance de travail capitale, Cédric Cornet a adressé un courrier au président de Capex. Courrier daté du 17 juillet courant et dont nous avons pu obtenir copie.

Agir en responsabilité

Visiblement ce sont les termes de la proposition d’entente élaborée par les services du préfet qui posent problèmes. Elle dispose que dans la perspective de la dissolution du SIAEAG celle-ci soit réalisée entre trois entités. La CARL, Cap-Excellence et Eaux d’Excellence, la régie personnalisée de Capex.  Autre pierre d’achoppement, dixit le président de la CARL.

« Les obligations prévues au sein de la convention d’entente concernent les membres de l’entente eux-mêmes. Soit la CARL et CAPEX, et non des tiers. Dès lors, Capex ne pourrait pas s’engager à gérer des compétences eau et assainissement pour la CARL, avec sa régie ODEX. Car cette dernière constitue un établissement à part entière » peut-on lire.

Courrier-Capex-dissolution-SIAEAG-juillet-2020-1-1Télécharger

Et le maire du Gosier de poursuivre ainsi. « Au regard du principe de spécialité, il importe également de s’interroger sur la possibilité même pour Capex d’adhérer à une entente intercommunale portant sur les compétences eau et assainissement. Dans la mesure où elle dispose d’une régie personnalisée à laquelle elle a pu confier les compétences, objet de l’entente ».

L’urgence absolue

Pour le président de la CARL tout indique à ce stade combien la recherche d’une solution juste et équilibrée dans ce dossier, s’est révélée défavorable à la CARL. « Je vous sais défavorable à l’idée de création d’un syndicat mixte ouvert qui verrait le jour préalablement à la dissolution du SIAEAG. Pour autant, vous n’ignorez pas davantage que la dissolution annoncée du syndicat telle qu’envisagée, emporterait avec elle, de facto, la faillite de la CARL dans les mois suivants. Je n’entends absolument pas que cela se passe dans le silence de la capitulation. Eu égard à l’impact inique sur la situation des agents, l’avenir des services publics de l’eau et des usagers de mon territoire » écrit-il.

« Vous n’ignorez pas que la dissolution annoncée du syndicat telle qu’envisagée, emporterait avec elle, de facto, la faillite de la CARL dans les mois suivants. Je n’entends absolument pas que cela se passe dans le silence de la capitulation ».

« Au surplus vous n’êtes pas sans ignorer l’importance des créances dont le SIAEAG est titulaire envers votre EPCI. Et dont l’acquittement par vos soins contribuerait à améliorer très sensiblement la santé financière du syndicat » ajoute le maire du Gosier.  Rappelons que le volume de ces créances s’élève à près de 24 M€ selon nos informations. Dont 9 millions environ pour Capex et 8,5 millions pour la communauté d’agglo Grand Sud Caraïbes. Et pour au moins passer les trois prochains mois, le SIAEAG doit immédiatement disposer de 7,5 M€ pour assurer son fonctionnement. C’est dire combien la situation est tendue.

Rencontre de la dernière chance ?

C’est dans ce cadre que le président de la CARL propose à son homologue de Cap Excellence de le rencontrer à ce sujet, le lundi 20 juillet à 15h, dans ses locaux. Pour des échanges appelés à faire évoluer sa position. Il s’agit d’éviter une dissolution sèche et non maîtrisée du SIAEAG. Cela passerait par la création de la structure unique qui sur le papier est prête. Le président de la CARL s’emploie par conséquent à faire entendre raison à son collègue de Capex, Eric Jalton. Y parviendra-t-il ? On le saura très vite. Il serait intéressant également de connaitre la position du président de région Ary Chalus, par ailleurs 1er vice-président de Capex sur le sujet. Affaire à suivre.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article