Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Le grand Pasteur, inventeur, entre autres du vaccin contre la rage, suscita en son temps lui aussi les oppositions de la science installée.
Le grand Pasteur, inventeur, entre autres du vaccin contre la rage, suscita en son temps lui aussi les oppositions de la science installée.

Le grand Pasteur, inventeur, entre autres du vaccin contre la rage, suscita en son temps lui aussi les oppositions de la science installée.

Christian Martin m'adresse du Québec cette lettre intéressante. Des personnalités médicales de haut niveau, de plus en plus nombreuses, en France, et ailleurs, s'élèvent contre la tentative d'étouffement de la méthode du professeur marseillais. (LS).

 

Salut Edouard, avec mon amitié, Christian:

Je suis à la fois,

  • d'une part, depuis mon enfance un témoin de mon vécu  pour avoir reçu des piqures de quinine contre le paludisme et puis en 1957 traité à la Céquynil (comme tous mes copains de la Guadeloupe) contre la Grippe Asiatique et les grippes subséquentes pendant des années et,
  • d'autre part, je suis un convaincu du traitement, Chloroquine plus Azithromicine, du Dr Raoult et ce compte tenu aussi que j'ai été aussi témoin de l'utilisation par ma belle-mère, pendant plus de 10 ans du Plaquenil (avant son décès à 88 ans), sans effet secondaire.

 

Quel honte aujourd'hui de constater le mépris médiatisé contre les médecins généralistes ou spécialistes qui sont favorables au Cocktail du traitement du Dr Raoult,

  • Dé confinement, oui! Mais où se trouve le traitement du Dr Didier Raoult? Dans une voie de garage par décret des «critiqueux» suite à l'article de the Lancet de Mai, 22, 2020? cet article confirme,

Contexte:

«L'hydroxychloroquine ou la chloroquine, souvent en combinaison avec un macrolide de deuxième génération, sont largement utilisées pour le traitement du COVID-19, malgré aucune preuve concluante de leur bénéfice. Bien qu'ils soient généralement sûrs lorsqu'ils sont utilisés pour des indications approuvées telles que les maladies auto-immunes ou le paludisme, la sécurité et les avantages de ces schémas thérapeutiques sont mal évalués dans COVID-19.»


  2.  Qui croire dans ce dédale des « critiqueux » sans proposition alors que le taux de la mortalité est effrayant?

  • Le seul traitement préventif (dès les premiers symptômes) du Dr Raoult qui a déjà comptabilisé plus de quatre mille guérisons, est maintenant balayé par des scientifiques "critiqueux", jaloux qui ne proposent rien ou qui plus est, laissent les patients mourir sans tenter le cocktail préventif de médicaments du Dr Raoult. Cette attitude de refuser la Chloroquine qui a fait ses preuves depuis des décennies, d’émettre des décrets pour interdire son utilisation de traitement de courte durée contre le Covid19 pour cause de toxicité et par surcroît de sommer, les médecins généralistes et les pharmaciens de respecter ces décrets, est une atteinte à la liberté de la profession des médecins mais aussi une non-assistance de personne en danger, un acte définitivement criminel.

  • Là où le bât blesse !  C’est de prendre le citoyen pour un imbécile ! La Chloroquine/Plaquenil n’est pas toxique contre le Lupus, polyarthrite rhumatoïde traitement de longue durée qui peut continuer d’être prescrit par les médecins généralistes et ce sans hospitalisation.

 3. D'où venait l'espoir de la Chloroquine: Il est étonnant de se référer aux deux liens ci-dessous respectivement du 01 nov. 2003 de the Lancet, (d'eux-mêmes) et du Journal Virology du 22 août     2005 qui sont opposés à l'article de the Lancet du 22 Mai 2020.

https://www.thelancet.com/journals/laninf/article/PIIS1473-3099(03)00806-5/fulltext

THE LANCET,

INFECTIOUS DESEASES

Volume 3, ISSUE 11, P722-727, November 01, 2003

Effects of chloroquine on viral infections: an old drugagainst today's diseases

EXTRAITS:

SAFETY CONSIDERATIONS

«Safety considerationsThe studies reviewed here show that chloroquine/hydroxychloroquine has in-vitro antiviral effects and anti-inflammatory properties that may be of interest in those viralinfections associated with inflammation and/or immuneactivation. Before analysing the potential effects of a drug ona disease, safety criteria have to be met, to estimate therisk/benefit ratio.Chloroquine/hydroxychloroquine has a well-studiedtoxicity profile. The half-century-long use of this drug in thetherapy of malaria demonstrates the safety of acuteadministration of chloroquine to human beings. The use ofchloroquine/hydroxychloroquine in rheumatic diseases andfor antimalarial prophylaxis showed a low incidence ofadverse events during chronic administration of this drug forperiods of up to a few years. In these cases, the most serioustoxic effect is a macular retinopathy, which depends on thecumulative dose rather than on the daily dose, and permanentdamage may be prevented with regular visual monitoringduring treatment.27–29A recent study30provided encouragingresults on the safety of a high dosage of the drug (up to 500 mgof chloroquine base per day) even during pregnancy. We conclude that chloroquine/hydroxychloroquineadministration presents limited and well-preventable toxicityand may thus result in a low risk/benefit balance at least whenit is used in life-threatening conditions....»

Conclusions

«At present it is difficult to answer the question of whether oldchloroquine will be able to live a “second youth”. Due to itsmain effect—ie, raising endosomal pH—the drug has anexceptionally broad spectrum of antimicrobial activity thatcould be exploited in many infections. Results obtained in theprophylaxis of Q fever indicate that chloroquine/hydroxy-chloroquine can be successfully used in the clinicalmanagement of infections other than malaria.59As regardsviral diseases, what is clear is that the drug has antiviral andimmunomodulatory effects that warrant particularconsideration.... »

«Finally, we want to share with the scientific communitythe speculative hypothesis that chloroquine/hydroxy-chloroquine, due to its antiviral and anti-inflammatory properties, may have some effect on SARS. We emphasisethe need of testing in cell cultures infected with SARScoronavirus the effects of chloroquine, as well as those ofother substances possessing in-vitro activity againstmembers of the coronaviridae family. We should rememberthat the possibility of new outbreaks of SARS cannot beexcluded. In the absence of effective inhibitors of SARScoronavirus, the possibility of an inhibition, at least in vitro,of the replication of this virus would represent abreakthrough in the knowledge of SARS »

 

Traduction française

 

CONSIDÉRATIONS DE SÉCURITÉ
«Considérations relatives à la sécurité Les études examinées ici montrent que la chloroquine / hydroxychloroquine a des effets antiviraux in vitro et des propriétés anti-inflammatoires qui peuvent présenter un intérêt pour les infections virales associées à l'inflammation et / ou l'immuneaactivation. Avant d'analyser les effets potentiels d'un médicament sur une maladie, des critères de sécurité doivent être respectés pour estimer le rapport risque / bénéfice.
La chloroquine / hydroxychloroquine a un profil de toxicité bien étudié. L'utilisation d'un demi-siècle de ce médicament dans la thérapie du paludisme démontre l'innocuité de l'administration réelle de chloroquine à l'homme. L'utilisation de chloroquine / hydroxychloroquine dans les maladies rhumatismales et pour la prophylaxie antipaludique a montré une faible incidence d'événements indésirables lors de l'administration chronique de ce médicament pendant des périodes pouvant aller jusqu'à quelques années. Dans ces cas, l'effet toxique le plus grave est une rétinopathie maculaire, qui dépend de la dose cumulative plutôt que de la dose quotidienne, et des dommages permanents peuvent être évités grâce à une surveillance visuelle régulière pendant le traitement.27-29 Une étude récente30 a fourni des résultats encourageants sur l'innocuité d'une dose élevée de le médicament (jusqu'à 500 mg de chloroquine base par jour) même pendant la grossesse. Nous concluons que l'administration de chloroquine / hydroxychloroquine présente une toxicité limitée et bien évitable et peut donc entraîner un faible rapport bénéfice / risque au moins lorsqu'elle est utilisée dans des conditions mettant la vie en danger ... »
Conclusions
«Actuellement, il est difficile de répondre à la question de savoir si la vieille chloroquine pourra vivre une« seconde jeunesse ». En raison de son effet principal, c'est-à-dire l'augmentation du pH endosomal, le médicament possède un spectre exceptionnellement large d'activité antimicrobienne qui pourrait être exploité dans de nombreuses infections. Les résultats obtenus dans la prophylaxie de la fièvre Q indiquent que la chloroquine / hydroxy-chloroquine peut être utilisée avec succès dans la gestion clinique des infections autres que le paludisme.59 En ce qui concerne les maladies virales, il est clair que le médicament a des effets antiviraux et immunomodulateurs qui méritent une attention particulière ... »
«Enfin, nous voulons partager avec la communauté scientifique l'hypothèse spéculative selon laquelle la chloroquine / hydroxy-chloroquine, en raison de ses propriétés antivirales et anti-inflammatoires, pourrait avoir un certain effet sur le SRAS. Nous insistons sur la nécessité de tester dans des cultures cellulaires infectées par le SARScoronavirus les effets de la chloroquine, ainsi que ceux d'autres substances possédant une activité in vitro contre des membres de la famille des coronaviridae. Nous devons nous rappeler que la possibilité de nouvelles flambées de SRAS ne peut être exclue. En l'absence d'inhibiteurs efficaces du SARScoronavirus, la possibilité d'une inhibition, au moins in vitro, de la réplication de ce virus représenterait une percée dans la connaissance du SRAS »
Coronavirus (COVID-19)

 

Chloroquine is a potent inhibitor of SARS coronavirus infection and spread: Extrait du Virology Journal daté du 22 Août 2005:

La chloroquine est un puissant inhibiteur de l'infection et de la propagation du coronavirus du SRAS: Extrait du Virology Journal daté du 22 août 2005

https://virologyj.biomedcentral.com/articles/10.1186/1743-422X-2-69

 We have identified chloroquine as an effective antiviral agent for SARS-CoV in cell culture conditions, as evidenced by its inhibitory effect when the drug was added prior to infection or after the initiation and establishment of infection. The fact that chloroquine exerts an antiviral effect during pre- and post-infection conditions suggest that it is likely to have both prophylactic and therapeutic advantages. Recently, Keyaerts et al. [21] reported the antiviral properties of chloroquine and identified that the drug affects SARS-CoV replication in cell culture, as evidenced by quantitative RT-PCR. Taken together with the findings of Keyaerts et al. [21], our analysis provides further evidence that chloroquine is effective against SARS-CoV Frankfurt and Urbani strains. We have provided evidence that chloroquine is effective in preventing SARS-CoV infection in cell culture if the drug is added to the cells 24 h prior to infection. In addition, chloroquine was significantly effective even when the drug was added 3–5 h after infection, suggesting an antiviral effect even after the establishment of infection. Since similar results were obtained by NH4Cl treatment of Vero E6 cells, the underlying mechanism(s) of action of these drugs might be similar.

Traduction française

Nous avons identifié la chloroquine comme un agent antiviral efficace pour le SRAS-CoV dans des conditions de culture cellulaire, comme en témoigne son effet inhibiteur lorsque le médicament a été ajouté avant l'infection ou après l'initiation et l'établissement de l'infection. Le fait que la chloroquine exerce un effet antiviral pendant les conditions pré- et post-infectieuses suggère qu'elle est susceptible d'avoir des avantages à la fois prophylactiques et thérapeutiques. Récemment, Keyaerts et al. [21] ont rapporté les propriétés antivirales de la chloroquine et identifié que le médicament affecte la réplication du SRAS-CoV en culture cellulaire, comme en témoigne la RT-PCR quantitative. Pris ensemble avec les résultats de Keyaerts et al. [21], notre analyse fournit une preuve supplémentaire que la chloroquine est efficace contre les souches de SRAS-CoV de Francfort et d'Urbani. Nous avons fourni des preuves que la chloroquine est efficace pour prévenir l'infection par le SRAS-CoV en culture cellulaire si le médicament est ajouté aux cellules 24 h avant l'infection. De plus, la chloroquine a été significativement efficace même lorsque le médicament a été ajouté 3 à 5 h après l'infection, suggérant un effet antiviral même après l'établissement de l'infection. Étant donné que des résultats similaires ont été obtenus par le traitement au NH4Cl des cellules Vero E6, le ou les mécanismes d'action sous-jacents de ces médicaments pourraient être similaires.


 


 


 


 


 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article