Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Jean-Frédéric Poisson.

Jean-Frédéric Poisson.

Nous sommes confrontés en France, ailleurs aussi mais la situation en France est déjà assez grave, et assez confuse pour que nous nous hasardions à commenter, trancher de tout dans le monde. La France est en proie à cette pandémie qui s'incruste, malgré quelques signes d'essoufflement. Et telle qu'elle est en son stade et sa nature elle n'ouvre que des menaces sur l'avenir proche : menaces économiques et sociales, menaces sur l'avenir humain et spirituel de notre nation.

Beaucoup constatent les fautes du gouvernement et de la « majorité » (majorité politicienne, je n'ose écrire politique) symbolisée par Emmanuel Macron.

Pour être juste, il importe de ne pas faire porter le fardeau au seul locataire actuel de l'Elysée. Le quinquennat de François Hollande avait parfaitement miné le socle de la politique nationale par son insignifiance. Et pour être encore plus juste il faut bien admettre que le mal vient de plus loin encore, et je crois qu'il serait bien imprudent de fonder quelque espoir en un retour de quelques « professionnels » de la politique politicienne tel Nicolas Sarkozy qui avait si peu tenu les promesses qui lui avaient permis d'écarter Ségolène Royal du trône présidentiel.

A dire vrai il y a bien longtemps que la France, et tout ce qu'elle symbolise, sont menacés.

L'effondrement français de 1940 fut dû à l'anémie intellectuelle et SPIRITUELLE où avait plongé le personnel de la 3ème République. De Gaulle de 1940 à 1946, porta le fardeau d'une résistance qui permit les espoirs des vrais patriotes. En 1946 il dut se démettre pour ne pas être noyé par le retour des naufrageurs de la troisième République, les mêmes : Léon Blum, Ramadier, Edouard Herriot, etc.

Survinrent les spasmes de la 4ème : guerres coloniales : le drame de l'Algérie française, misérablement orchestrés par la petite musique crépusculaire interprétée par Mendès-France, Mitterrand et autres Guy Mollet.

Les plus âgés, (et les meilleurs élèves de l'éducation nationale qui n'ont pas toujours tout oublié) se souviennent de 1958 et du retour au pouvoir du général de Gaulle, qui, vieilli ayant perdu 13 années dans sa retraite de Colombey, redonna pourtant à la France une Constitution solide et un personnel politique fort, en partie issu du meilleur, ou du moins mauvais de la résistance.

Puis le « mal français » revint progressivement, en force. L'espérance revenue en 1958, a été progressivement mise à mal. Absence de vue spirituelle, perte du sens national français (la France ne peut être confondue avec une vague référence aux « droits de l'homme » expression vague du vide réel de l'esprit national façonné au fil des siècles, il faut bien le dire, par le catholicisme, infiltration de l'éducation nationale et des « élites » par un matérialisme de bas étage.

J'ai le regret de dire qu'Emmanuel Macron et ceux qui le soutiennent sont l'expression du mal que je décris à grands traits. « En même temps » dirai-je en plagiant ce petit maître, je me refuse à en faire un bouc émissaire et un petit Satan.

Macron n'est pas un petit con, comme de disent entre autres excès ses détracteurs. C'est un garçon brillant selon les critères en cours dans nôtre société sans horizon spirituel. Pour parler comme les Dupont/Dupond, « il a fait l'ENA, Sciences-Po » … etc bon, et alors! Il vit à l'Elysée, mais il ne sait pas ce qu'est un chef d'Etat. Je veux dire que ce que signifie l'expression il peut en disserter, en bon élève, mais il ne sait pas ce que c'est, il ne peut l'incarner. C'est d'un autre ordre auquel son éducation ne lui a rien apporté de concret. De même qu'il ne sait pas ce QU'EST la France qu'il confond en bon élève d'une école du vide, avec une start-up nation (lire cet article pour voir la différence qualitative de la France réelle avec une start-up : https://www.maddyness.com/2019/10/15/startup-nation-ambition-politique-caricaturale-arthur-de-grave/ ).

Mais, je le rappelle je me soucie moins de Macron que de la France et son avenir.

L'équipe au pouvoir semble se soucier bien peu de la France réelle.

Le drame c'est que dans les oppositions, dans le discours de ceux qui parlent on voit peu de ces hommes aptes comme jadis un de Gaulle de ramasser un pays tombé pour le remettre en selle.

Il y en a pourtant.

C'est l'un d'eux à qui le Scrutateur donne la parole ce soir, M Jean-Frédéric POISSON président du Parti Chrétien Démocrate.

Les Guadeloupéens le connaissent. Il était candidat à la présidence de la République. Il y fut invité à faire campagne par mon ami Sully Tacite, et c'est ainsi que je l'ai rencontré.

Homme remarquable.

Un de ses problèmes est le manque d'argent. Or, dirons-nous en parodiant Jean Racine « sans argent l'ambition n'est qu'une maladie ! ».

Mais quand un pays est frappé à mort par des brigands de sacs et de cordes, c'est l'heure des hommes d'honneur.

La video ci-dessous n'est pas d'un candidat (pas encore) au pouvoir suprême. C'est un appel aux hommes de tête et de courage, à faire face à de redoutables sujets de crainte qui assiègent (l'élite des gens conscients), pour en conjurer les risques mortels. (Le Scrutateur).

 

Jean-Frédéric Poisson dénonce la culture de mort et le recul des libertés menés par le Gouvernement !

 

Profitant de la crise sanitaire du Covid-19, le Gouvernement continue d'étendre la culture de mort et d'organiser le recul de nos libertés fondamentales.

 Cliquer sur le passage souligné ci-dessous en gras.

Dans une vidéo, Jean-Frédéric Poisson, Président du Parti Chrétien-Démocrate, alerte les Français et dénonce fermement la poursuite du projet d'Emmanuel Macron qui ne semble tirer aucun enseignement des échecs sévères et répétés de sa politique.

 

N'hésitez pas à partager cette vidéo autour de vous,

 

A bientôt,

L'équipe du PCD

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article