Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Cohn-Bendit, le pourriseur. 2) Squats pour migrants.
Cohn-Bendit, le pourriseur. 2) Squats pour migrants.

Cohn-Bendit, le pourriseur. 2) Squats pour migrants.

Il y a plus de cinquante ans que Daniel Cohn-Benditn dit Dany le Rouge, emmerde la France, et les Français. En compagnie d'une bande complice de pourrisseurs au premier rang desquels se trouvent Jack Lang ancien ministre de l'éducation, de la culture, des postes éminemment utiles à qui veut détruire l'âme d'une nation, d'une culture nationale. Comme il avait été nommé à ces postes par François Mitterrand, il faut bien admettre ce dernier dans les club des ordures nationales.

Sous Macron c'est la même chose. Et le cher Danny demeure à 75 ans un des invités les plus courus de nos chaînes télévisuelles nationales.

Dans le petit dossier suivant nous verrons (I) que selon l'ancien leader de mai 68, les migrants sont de vraies chances pour la France. Dans la deuxième partie du dossier nous verrons quelles sortes de petites misères peuvent frapper les Français de souche (quelles que soient la couleur de leur épiderme) ces vrais indigènes de la République. (Le Scrutateur).

 

(https://www.bvoltaire.fr/derniere-trouvaille-de-cohn-bendit-les-migrants-combattent-le-virus/?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=84e9ecc2e7-MAILCHIMP_NL&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-84e9ecc2e7-22813017&mc_cid=84e9ecc2e7&mc_eid=10beefac19 ).

 

  1. La vision de Cohn-Bendit.

    Comme un coucou régulier, Daniel Cohn-Bendit surgit de temps à autre de la pendule dans laquelle il s’est confiné à double tour. Sa dernière apparition furtive s’est produite lors de l’émission « C politique » de France 5 où un journaliste esseulé attendait avec impatience le cri mélodieux de l’ex-soixante-huitard reconverti en horloge parlante du macronisme. Les mécanismes résistent malgré les coups de boutoir opérés par la perspective d’un « monde d’après » un tantinet moins mondialiste que celui d’avant.

Effaré par ce cataclysme qui menace, le militant des causes impopulaires propose de sauver les meubles pendant qu’il en est encore temps. Entre autres urgences, la pandémie peut servir de prétexte idéal à régulariser les sans-papiers à tour de bras. Un tremblement de terre également, un incendie, un calme plat, une jaunisse… Les exemples d’occasion de régularisations massives ne manquent pas, mais on fait avec ce qu’on a sous la main.

L’appel est vibrant. Cohn-Bendit prend des accents gaulliens pour assener sa dernière trouvaille : « Comme on a régularisé tous les étrangers qui ont participé à la libération de la France, faisons la même chose pour les combattants de la France contre le virus. » (SIC!)

En toute impudeur, voilà les infirmières, aides-soignants, médecins et urgentistes mis sur le même plan que le Soudanais entré en toute illégalité sur le territoire français. Le concept avait été esquissé avec le coucou précédent au cours duquel le professeur Raoult avait été invité à « fermer sa gueule ». Assez de soignants et de chercheurs. Les seuls à combattre efficacement le virus sont les migrants. Arrivés en blouses blanches à Lampedusa, des cohortes de spécialistes ont rejoint notre pays pour nous tirer d’affaire. Le téléspectateur assiste, ébahi, à la démonstration qui, outre son obscénité, côtoie le surréalisme.

« Il y a eu une très belle tribune en France qui demande la régularisation d’environ 100.000 sans-papiers qui travaillent en ce moment… qui travaillent, heu… sur, heu… » À court d’exemples, Cohn-Bendit mouline avec ses bras. Entre ici, Jean Moulin… !

Enfin, bref, ils travaillent « sur différents petits boulots mais très importants, donc ce serait la moindre des choses d’accélérer leur régularisation ». Cueilleurs sous-payés, nettoyeurs exploités, par temps de contagion, le migrant présente l’intérêt supplémentaire d’attraper le coronavirus à notre place. L’occasion ne se représentera pas de sitôt.

En conclusion, le partisan d’un retour vers un esclavagisme raisonné cite le maître des pendules Macron-Clemenceau : « Ils font partie de la France pour libérer la France du coronavirus. »

Plutôt satisfait d’avoir réussi à placer autant d’inepties en si peu de temps, l’oiseau est ensuite rentré dans sa boîte. La date et l’heure du prochain coucou n’ont pas encore été dévoilées par la direction de France 5.


 

  1. Et les migrants dans la réalité quotidienne !!!

 

(https://www.valeursactuelles.com/faits-divers/confinee-chez-ses-parents-une-etudiante-retrouve-son-appartement-squatte-par-des-migrants-118574?fbclid=IwAR0ZfdGDGRJ4_xghyxo3ZtIJm88KNFkA_yg3PwTfSVsTWYxE_9ocj9BgTcY ).


Lundi 20 avril, une jeune rennaise s’est aperçue que son logement était occupé illégalement par des migrants.

Pour une étudiante rennaise, c’est la double peine : soumise au confinement, comme tout un chacun, elle est désormais sans logement, rapporte Ouest-France. Car depuis le week-end du samedi 18 et du dimanche 19 avril, son appartement est occupé illégalement par des migrants.

« Y avait des affiches sur toutes les portes »

La jeune femme se trouvait confinée chez ses parents, à Saint-Brieuc. « J’ai une amie qui habite près de mon appartement. Dimanche, elle est passée devant et elle a vu de la lumière à l’intérieur. Elle m’a alors appelé et m’a demandé si j’étais revenue à Rennes. » L’amie en question a alors constaté qu’il « y avait des affiches sur toutes les portes indiquant que les appartements étaient occupés par des migrants et que c’était dorénavant leur logement », poursuit la jeune femme, qui a ensuite découvert, sur les réseaux sociaux, des photos de l’habitation occupée par des migrants. « Tout mon mobilier et surtout mes cours et tous mes documents universitaires ! Tout a disparu », déplore-t-elle auprès de Ouest-France.

Sur le même sujet

Île-de-France : l’État forcé par la justice à “reprendre l'enregistrement des demandes d'asile”

Sur la porte d’entrée de l’appartement, des traces d’effraction sont visibles et la serrure a été changée. La locataire et sa mère ont donc contacté l’agence immobilière qui leur louait le logement depuis trois ans. « Nous nous sommes rendus sur place et nous avons effectivement constaté que l’immeuble était occupé par des migrants. Nous l’avons fait constater par un huissier et porté plainte », explique l’entreprise. L’étudiante a également porté plainte à la gendarmerie. Seulement, la loi stipule qu’au-delà de 48 heures après l’installation des nouveaux occupants, une procédure judiciaire est nécessaire pour les en déloger.

« 8 adultes et trois enfants »

D’après Ouest-France, l’ouverture de ce squat serait l’œuvre d’un Rennais ayant récemment fondé une association d’aide aux migrants. Contacté mercredi 22 avril par le journal, il affirme qu’il ignorait que le logement était toujours occupé. « Cette occupation permet aux migrants de se conformer au confinement et de retrouver un peu de dignité… Il y a 11 habitants, 8 adultes et trois enfants », plaide-t-il aussi, avant de changer de discours : « Je n’ai rien à voir dans cette ouverture. Je leur ai juste amené de l’alimentaire. »

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Ch. Etzol 29/04/2020 21:34

Pendant ce temps, les niais qui dirigent ferment les yeux et la Mission Immigration, Asile et Intégration sous-budgétise et, sous-évalue systématiquement le nombre de demandeurs d’asiles, tandis que dans certaines fonctions de l’Etat, l’heure n'est pas aux économies pour tout le monde :
« L’exécution de la Mission Immigration, Asile et Intégration est une nouvelle fois marquée en 2019 par la HAUSSE de la demande d’asile dont les conséquences sur le PREMIER poste de dépense de la Mission, le versement de l’allocation pour demandeur d’asile (ADA), conduisent à un DEPASSEMENT des crédits autorisés en LFI (Loi de finances initiales) », constate la Cour des comptes dans sa note du 28 avril.
Or Cette mission regroupe les programmes 104 (intégration et accès à la nationalité française) et 303 (immigration et asile) dont le total, en 2019, s’est élevé à 2 MILLIARDS d’euros en autorisation d’engagement.
Pour intégrer qui ? Des envahisseurs, méprisant nationalité, histoire et culture françaises mais attirés surtout par les trop nombreux avantages sociaux et autre allocations, aux frais du contribuable français, pour encore cracher sur la main qui les distribue ?

xam Cirederf 29/04/2020 17:30

Encore un virus qui pollue et en toutes saisons et sous toutes les latitudes. Comment le confiner ? Lorsque l'on aura "finer" tous les autres.....