Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

A la veille des municipales ça boufonne fort à la Martinique.
A la veille des municipales ça boufonne fort à la Martinique.
  1. Le bouffon 

     

    De la divinité à l’incarnation messianique, une véritable mécanique... plaquée sur du divan. C’est ce prophète, qui, un temps (avant qu’il ne gravisse un degré supplémentaire dans le messianisme cosmoplanétaire auquel le regretté Gilbert Bourdin avait su convertir Atlantes et Lémuriens), anima les attaques militantes contre les centres commerciaux de GBH.Comme on peut s’en apercevoir, la pensée de Césaire, pensée à fragmentation reposant essentiellement sur des considérations à la fois originales et universelles se fragmente sec...L’avenir sonne à la porte de l’hôpital qui ne veut pas s’ouvrir : toutes ses chandelles sont mortes et les Lumières illuminent le monde, alors pourquoi vouloir entrer ?

 

https://www.youtube.com/watch?v=8LmdEFpxiss

 

(II) Réponse aux irresponsables du sabotage économique de la Martinique, par Christophe Bermont.  :

 

https://www.facebook.com/edouard.boulogne

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Le contraste entre les deux articles illustre bien l'époque d'inversion qui est la notre:
- d'une part l'analyse pour démonter les mécanismes, et le courage pour témoigner de l'horreur que fut en union (forcée) soviétique, au Cambodge( mais est toujours en Chine, en Corée) le totalitarisme communiste dont les méthodes ont inspiré le nazisme. Le mépris de l'humain, le sang, les larmes, la mort : " ce n'est pas de votre travail que nous voulons, mais de votre SOUFFRANCE". La tragédie
Et à côté, la superficialité qui s'écoute, en lieu et place de l'analyse, la primauté de la dérision sur la réflexion, l'immédiateté et l'inutilité de la consommation, les mots vides et les phrases creuses au lieu d'une transmission des valeurs qui pourraient redresser l'Homme et s'opposer à cette décomposition. Même plus de la comédie...
Répondre