Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Le brexit et l'Europe, l'Europe, l'Europe !

https://www.nouvelobs.com/brexit/20191213.OBS22271/le-second-referendum-sur-le-brexit-a-eu-lieu.html

Les Anglais entretiennent avec L’Europe des rapports contrastés. L'Europe est certes leur civilisation, et de 1940 à 1942 cette civilisation leur doit la liberté et l'honneur. Mais à bien des égards ils ne s'en laissent pas compter par les tenants de l'Europe L’Europe-L’Europe. Cette Europe là leur apparaît comme une déplaisante plaisanterie Hélas il semble qu’à part  nos cousins britanniques aucun pays ne ferait pareille tentative de peur de devoir, comme de Gaulle en 1969, tirer les conséquences d’un référendum sans appel - à propos de cette Europe-L’Europe, leurre-hop qui détruit nations, mentalités et raison depuis quelques années maintenant.

L’Europe était une idée intéressante, mais non extensible dans son principe comme dans ses contours, et qu’il ne fallait surtout pas confondre avec un élastique étirable à l’infini. Faute d’avoir compris jusqu’où il ne fallait pas aller trop loin, L’Europe-L’Europe-L’Europe est devenue cette bête hypnotique et stupide provoquant les bonds de cabri et les bêlements qui vont avec que décrivait de Gaulle dans une véritable transe allégorique.

Aujourd’hui où la défaite de l’intelligence est la principale caractéristique des temps, la mode est à la fois au déni et à la surenchère - l’absurde étant la caractéristique de l’action - pour des quantités de raisons qui tiennent tant au péché originel qu’à une jurisprudence constante qui depuis des décennies donne la priorité à la communication sur l’essence de la question livrée en pâture au verbiage. C’est ainsi que, entrant à l’ère de la télé-réalité, la distance avec la réalité s’accroît de plus en plus, comme s’éloignent toute hiérarchie et toute intelligence au profit de conventions qui n’en sont pas.

Le monde verse avec enthousiasme dans l’inversion tandis que quelques lézardes dans le mur des cons apparaissent parfois, comme ce baroud de rigolade auquel se livrent les Anglais. Et s’il y a peu de chances pour que le mur des cons connaisse le sort du mur de Berlin, il est à peu près certain que « tout le monde » ne manquera pas de dire que les Anglais manquent de fair-play. Eh oui ! Quand les règles sont mauvaises, il n’est de bon joueur que le mauvais joueur, camarade Staline ! Mais avant de te faire dégager de ton mausolée (où la charogne de Lénine trône encore) tu conviendras qu’il a fallu que le temps s’y mette.

 

Il semble que les Anglais aient davantage médité le message de de Gaulle (qui pourtant ne les ménageaient pas), que bien des Français.

Ecoutons :

https://fresques.ina.fr/de-gaulle/parcours/0004/de-gaulle-et-l-europe.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article