Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

1 ) Scandaleuse violence. 2 ) Sur le sujet qui nous inquiète un film passionnant (disponible en DVD). 3 ) A gauche, le "bon" l'homme aux lunettes (cassées) à droite le "méchant"
1 ) Scandaleuse violence. 2 ) Sur le sujet qui nous inquiète un film passionnant (disponible en DVD). 3 ) A gauche, le "bon" l'homme aux lunettes (cassées) à droite le "méchant"
1 ) Scandaleuse violence. 2 ) Sur le sujet qui nous inquiète un film passionnant (disponible en DVD). 3 ) A gauche, le "bon" l'homme aux lunettes (cassées) à droite le "méchant"

1 ) Scandaleuse violence. 2 ) Sur le sujet qui nous inquiète un film passionnant (disponible en DVD). 3 ) A gauche, le "bon" l'homme aux lunettes (cassées) à droite le "méchant"

La Guadeloupe est secouée (bouleversée serait exagéré!) depuis quelques jours par un « incident » qui a vu l'acte de persécution publique d'un gamin de 7 ans, par plusieurs de ses camarades du même âge, à la sortie d'une école du Moule, en Grande Terre.

J'ai vu hier sur facebook des extraits de ce fait grave, et j'ai été frappé par les rires des assistants de la scène, d'une étonnante vulgarité, et d'une sauvagerie impressionnante. ( en voici un compte-rendu par France TV info) https://la1ere.francetvinfo.fr/guadeloupe/actes-violents-milieu-scolaire-video-suscite-emoi-reseaux-sociaux-provoque-reaction-ferme-du-recteur-775499.html

J'ai décidé de ne pas la joindre à cet article pour ne pas contribuer à la démoralisation ambiante (démoralisation au sens de « perte de tout sens moral »).

J'avais remarqué le refus de la jeune victime de se défendre, de (essayer de …) rendre coup pour coup. Enfant trop sensible ? Mépris et peur de la meute ? Lecteurs qu'auriez-vous fait au même âge. Certains, dans la meute, en profiteront pour ajouter aux coups de poings et de pieds, quelques mots, bien de leur niveau, mais laissant plus de marques que quelques écchymoses : missié cé on ti macoumè ! (un petit pédé en langage beauf).

Un jeune et talentueux éditorialiste sur RCI, Cédric Centime, ce matin a noté, après enquête que la victime était le meilleur élève de sa classe, et que cela agaçait ses condisciples. Jalousie, ressentiment quand vous nous tenez, cela peut être grave. Surtout à l'heure où l'ambition d'excellence est combattue jour et nuit, prétendûment contraire à l'exigence démocratique mal comprise. Nous sommes à l'ère de la foule, « quand le sanglier tombe et roule sur l'arène, allons, allons, les chiens sont rois »(Auguste Barbier).

Non, il ne s'agit nullement d'un fait divers quelconque, mais d'un fait de société, qui dépasse de beaucoup la Guadeloupe et même la France. Ici et là, je le répète l'exigence morale est considérée comme aliénante, l'école selon une certaine pédagogie dite progressiste, qu'elle doit « cesser d'être la reproduction d'un monde ancien, supposé aliénant », que la discipline en classe, à la maison et partout, doit être remplacée par la « spontanéité » supposée des jeunes pousses.

Si l'on pense comme moi que les persécuteurs du Moule doivent être punis, on est qualifié d'extrême droite et de réactionnaire. La vie quotidienne, et ce fait particulier parmi beaucoup d'autres nous rappelle que les faits sont têtus et résistent aux utopies démentes de nos « progressistes ».

L'homme n'est pas « bon par nature » comme l'a prétendu un illuminé génevois.

La civilisation, la nation, la famille sont des institutions précieuses, qui encadrent et qui façonnent les individualités informes des petits enfants. Les éduquer n'est pas une entreprise d'aliénation et de persécution. C'est plutôt le contraire.

Cette illusion de l'homme bon par nature est dangereuse et criminelle à terme.
Notre « fait-divers » m'a rappelé un livre de l'écrivain américain William Golding, Sa Majesté, des Mouches, dont on a tiré un film du même titre. Nous en avions parlé au cercle pour adulte, Gabriel Marcel que je tenais chez moi, il y a quelques années.

Voici la trame de ce film : durant la deuxième guerre mondiale, un avion britannique transportant des enfants (tous de la « meilleure société ») envoyés par leurs parents en Australie s 'écrase sur une île déserte. Seuls ceux-ci survivent, privés de l'autorité des adultes. Livrés à eux-même dans une nature sauvage et paradisiaque, ils tentent de s'organiser. Mais leur groupe vole en éclat et laisse place à une organisation tribale, sauvage, et violente, bâtie autour d'un chef charismatique.

Ce résumé ne rend pas compte de l'extrême intérêt, du livre autant que du film. (http://lesecransdeparis.fr/film/sa-majeste-des-mouches/78677/fiche )

Nous nous rengorgeons des progrès de la science, sans nous apercevoir que faute d'une armature solide et bonne (par exemple le christianisme) la science et son internet (pas le meilleur d'internet) ouvrent la voie à des millions de petits sauvages, Mouliens ou non. (LS).

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article