Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Michael Harpon, le meurtrier.

Michael Harpon, le meurtrier.

Il y a quelque chose d'étonnant à écouter les « responsables » français commenter l'actualité en France, y compris et surtout celle, dramatique, qui émane des ennemis les plus mortels de notre civilisation, au sens le plus strict du terme (terroristes, et/ou complices du terrorisme anti français et anti humain). L'assassinat des quatre policiers, hier, par exemple nous montre le ministre de l'intérieur éviter soigneusement tout commentaire qui pourrait donner à penser que l'assassin pourrait être membre de la mouvance islamiste. Ou encore, sur LCI, dans l'émission Spécial-Pujadas, l'animateur Pujadas lui-même, qui n'est pas un sot, mais qui tient à sa place sur la Grande chaine d'information, et qui dès lors coupe la paole à Mohamed Serfaoui d'origine musulmane (mais non islamiste) qui sait parler vrai.

Je crois que pour la France le plus grand danger n'est même pas l'islamisme, mais la lâcheté et la bétise des milieux dirigeants passablement émasculé.

A lire donc cet article qui me plait par sa clarté et hauteur de vue. (Le Scrutateur).

 

 

 

https://lincorrect.org/la-france-desequilibree/

 

Effroi glacial sur la préfecture de police de Paris. Comme à l’accoutumée depuis cinq ans en pareilles circonstances, nous avons tous guetté les informations qui nous parvenaient. Quatre morts, dont trois policiers et une fonctionnaire. L’auteur ? Un fonctionnaire administratif de catégorie C. Son profil ? Toujours mystérieux, mais tentons d’y voir plus clair et de prendre un peu de hauteur.

 

Martiniquais converti à l’islam depuis dix-huit mois souffrant de surdité, Mickaël Harpon était l’époux d’une femme musulmane d’origine maghrébine. Le ministère de l’Intérieur n’a pas encore avancé de thèse privilégiée parce que le profil de l’assassin, qui s’est servi d’un couteau en céramique pour commettre son forfait, ce qui témoigne d’une préméditation, ne rentre pas dans une de ces petites cases qu’ils affectionnent habituellement. En effet, sa conversion à l’islam ne prouve pas qu’il fut « radicalisé ». Du reste, une rapide consultation des réseaux sociaux de monsieur Harpon nous a permis de constater que ce dernier n’avait rien du profil terroriste classique, formé à sa religion et connecté à toute une nébuleuse de médias alternatifs sur internet. Bien au contraire, monsieur Harpon avait plus de l’amateur d’AJ + ému par des vidéos de motivation de régime et des demandes en mariage que du combattant de l’Etat islamique.

Néo-converti débile à une version débile de l’islam souffrant probablement de rancœur professionnelle pour passer à l’acte.

Tout au plus trouve-t-on chez lui la complainte pénible des damnés de la terre, biberonnés à la victimisation, un fond de tiers-mondisme gnangnan et un bagage islamique post-moderne à la limite de l’inculture alimentant des complexes semble-t-il profonds. Alors : terrorisme islamiste ou déséquilibré ? Ni l’un, ni l’autre. Néo-converti débile à une version débile de l’islam souffrant probablement de rancœur professionnelle pour passer à l’acte. Le profil de l’assaillant est donc plus inquiétant encore et aurait dû inquiéter en amont les professionnels des renseignements.

 

Lire aussi : La folie Zemmour s’empare du pays

 

Mais il y a une logique implacable que personne ne voudra admettre. S’il n’y avait pas eu de présence massive de l’islam en France, il n’y aurait pas eu d’islamisme sur notre sol. Pareillement, s’il n’y avait pas eu d‘islamisme, il n’y aurait pas eu conversion massive vers la psychose islamique qui sert de soin palliatif aux grandes névroses contemporaines. Mickaël Harpon était donc tout entier imprégné par le zeitgeist et une religion encore plus dangereuse sur les esprits faibles qu’elle ne peut l’être parfois sur les plus brillants.

Une seule constante, la dialectique de la souffrance prend le pas sur tout le reste.
 

Par leur nature même, les luttes « anti discrimination » génèrent des violences potentielles. Elles justifient l’exercice d’un mal nécessaire contre un mal plus grand incarné dans le système tout entier, dans la France et dans l’Occident. Le profil de Mickaël Harpon, qui exerçait une profession sensible dans un lieu sensible, aurait dû être mieux appréhendé. Malheureusement, le ver est dans le fruit et il est extrêmement difficile de l’éliminer avec l’arsenal traditionnel des renseignements. Ou, devrais-je dire, les vers sont dans le fruit. Notre société est traversée par des réseaux complexes qui s’alimentent les uns et les autres, sans être totalement dépendants. Une seule constante, la dialectique de la souffrance prend le pas sur tout le reste. Hier soir, très à propos, France 3 diffusait un reportage bienveillant intitulé « Tournés vers la Mecque »… traitant des conversions à l’islam aux Antilles.  Nous préparons des lendemains de plomb.

Gabriel Robin

 


 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

HOUEL 05/10/2019 16:41

De la distillation de l'information:
L'information c'est comme le rhum,il faut atteindre le fond de l'alambic pour en trouver la quintessence.
Dés la fin de l'attentat nos chers médias savaient :
Que le meurtrier était antillais,toujours ça pour détourner l'attention.
Qu'il était sourd muet, chercher la compassion?
Qu'il était fonctionnaire à la Préfecture de Paris,pour la notoriété.
Plusieurs heures après on apprend qu'il ne serrait plus la main de ses collègues féminines,là et seulement là,cela devient intéressant.
Qu'il était converti à l'islam mais que cela n'en faisait pas un terroriste.
Et enfin que le parquet anti-terroriste était saisi.
Nous avons eu raison d'attendre la fin de la distillation,même si on nous prend pour des pommes

C.Etzol 05/10/2019 02:19

Forcément dans une secte à visée mondiale, les manipulateurs sauront toujours "mettre l'ambiance" pour que des pseudo-psy mais vrais meurtriers servent leurs ambitions.
Là, aucune protestation, ni des LGBT, ni des Femen, ni des féministes à tous crins et de tous âges... Personne pour beugler à la discrimination ? Dommages collatéraux ? Cé nou minm ?

Mottet 04/10/2019 16:21

Il n'y a pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre ni plus aveugle que celui qui ne veut surtout pas voir. ce sont nos dirigeants.
Zemmour voit trop bien, entend trop bien et surtout alerte. Celui qui dit la vérité doit être doit être villepandé.