Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Rejet brutal de Jean-Luc Mélenchon dans l’opinion
Rejet brutal de Jean-Luc Mélenchon dans l’opinion

Ce sondage d'opinion peut paraître réconfortant, alors que l'opinion publique française est actuellement déconcertée par la propagande débilitante déversée à gros bouillons par une propagande sur les médias et répercutée par beaucoup de « médias sociaux », qui s'attaquent sans mesure à l'identité même de la France.

Mais fiévreuse, inquiète l'opinion porte encore en elle des éléments de résistance sur lesquels peuvent s'appuyer pour remonter le courant les leaders d'opinion qui ne perdent pas le nord.

Ainsi les contorsions de Mélenchon, ce gauchiste extrême, qui pense pouvoir s'appuyer sur les libertaires et l'islam radical ne trompent pas nos compatriotes dans leur majorité. (Le Scrutateur).

_____________________________________

 

Rejet brutal de Jean-Luc Mélenchon dans l’opinion

 

SONDAGE - Selon une étude Odoxa réalisée pour Le Figaro et FranceInfo, l’épisode des perquisitions a eu un effet désastreux sur l’image du leader de LFI. Celle-ci s’est fortement dégradée, y compris à gauche.

Les résultats sont aussi violents que l’ambiance autour des perquisitions de La France insoumise le 16 octobre dernier. Selon une étude Odoxa réalisée pour Le Figaro et FranceInfo, 72 % des Français interrogés ont une mauvaise ou très mauvaise opinion de Jean-Luc Mélenchon. En septembre 2017, 42 % avaient une bonne opinion du leader des Insoumis qui avait réuni près de 20 % des voix à la présidentielle, quelques mois plus tôt.

» VOIR AUSSI - Procès Mélenchon: deux poids deux mesures?

Si sa chute dans l’opinion ne date pas du seul épisode des perquisitions, ces dernières ont eu un effet désastreux. Le député de Marseille est ainsi jugé «agressif» par 73 % des sondés, mais aussi «pas sympathique» (72 %) et «pas honnête» (71 %). Deux tiers d’entre eux voient en lui quelqu’un qui «joue trop perso» et qui n’est ni «proche des gens» (62 %) ni «compétent» (68 %). Son image est toute aussi largement dégradée au sein de la gauche. Même chez les Insoumis - sachant que l’échantillon du sondage concerne 1005 Français -, 47 % le jugent «agressif» et 41 % «trop perso».

» LIRE AUSSI - La stratégie perdante de Jean-Luc Mélenchon avant son procès

Sa stratégie, en outre, n’est pas suivie. Les Français sondés sont 62 % à refuser de considérer avec lui qu’il s’agit d’un procès politique et que la justice ne serait pas indépendante. Ils sont encore 56 % chez les socialistes et les écologistes.

Un atout ou un handicap?

Cet isolement sévère est confirmé à la question de savoir si Jean-Luc Mélenchon est un atout ou un handicap pour les siens, et pour la gauche dans son ensemble. Les sondés sont ainsi 65 % à considérer que l’ex-candidat à la présidentielle est «plutôt un handicap» pour les Insoumis - il a perdu 17 points en trois ans - et 74 % «pour la gauche dans son ensemble». «Comme Nicolas Sarkozy ou François Fillon avant lui, lorsqu’ils ont eux aussi plongé dans l’opinion, Jean-Luc Mélenchon est de plus en plus soutenu par un noyau dur militant de plus en plus restreint», indique Gaël Sliman, le président d’Odoxa. «La part de Français se déclarant “Insoumis” a fondu d’un tiers en deux ans passant de 9 % de la population en septembre 2017 à 6 % aujourd’hui.»

«Sur les réseaux sociaux, indique en outre Véronique Reille Soult, à la tête de l’agence Dentsu Consulting, Jean-Luc Mélenchon suscite beaucoup plus de messages (122.700) que La France insoumise (35.500). Son image est désormais celle d’un homme solitaire, autoritaire et agressif. Seuls les militants sont dans une position de soutien, mais ils ne représentent qu’une petite partie des messages le concernant (1500).»

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Claude HOUEL 20/09/2019 10:16

De la qualification du rejet :
Mélanchon 28 % = Rejet brutal (mérité)
Macron 34 % = Forte remontée dans l'opinion (source le même Figaro)
Sauf erreur c'est aussi un rejet...un peu moins brutal,sans être doux.
Les journalistes du Figaro auraient-ils des qualificatifs à géométrie variable?