Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Une information confirmée par notre confrère du journal Le Parisien, Christophe Petit Tesson, qui a pris la photo : « La scène se déroule en petit comité et nous (le pool photo) arrivons à la seconde même où il (Boris Johnson) entame ce geste et il le stoppe net en voyant les journalistes arriver. Mais je confirme que cela se passait sur le ton de l'humour mais pas forcément prévu pour être public », explique-t-il dans son journal.

Une information confirmée par notre confrère du journal Le Parisien, Christophe Petit Tesson, qui a pris la photo : « La scène se déroule en petit comité et nous (le pool photo) arrivons à la seconde même où il (Boris Johnson) entame ce geste et il le stoppe net en voyant les journalistes arriver. Mais je confirme que cela se passait sur le ton de l'humour mais pas forcément prévu pour être public », explique-t-il dans son journal.

Une fois de plus la presse passe à côté de la substance des choses.. On a beau dire qu’en France on a pas de pétrole mais qu’on a de « l’essence »  - parce qu’on a eu Descartes d’abord, et parce qu’on a Total, ensuite - ( mille excuses, j'y tenais à celle-là) force est de constater qu’en France on ne comprend pas grand-chose, pas plus à l’Europe qu’aux images les plus anodines exposées dans la vitrine des jours. Comme si le plus trivial relevait aujourd’hui de l’ésotérisme.

Ces niais qui se croient en mesure d’interpréter ce qui s’étale sans la moindre retenue  et prétendent façonner jugements et opinions à partir de leur « vision » des signes visibles, sont aussi prompts à dégainer leurs orages qu’ils sont incapables de lire les indications de la moindre balance. Belliqueux, ils voient forcément l’insulte là où elle n’est pas puisque le poids des mots comme le choc des photos, chez eux, n’est jamais celui qu’ils disent. Que ce soit « balance ton porc » ou « balance ton plouc », soit ils passent à côté, soit ils mettent des décennies à reconnaître l’animal. N’est certes pas La Fontaine qui veut, mais de là à prétendre déclencher une nouvelle guerre de Cent ans parce « qu’un gros plouc mal peigné » ne sait pas se tenir, il y a de la marge. On ne va pas reboucher le tunnel sous la Manche pour autant.

À quoi cela sert-il de pensionner au-delà du supportable des ploucs qui ne savent même pas reconnaître un des leurs quand ils prend ses aises avec ses pieds comme eux avec leur plume ou leur micro ? Et à quoi sert-il de prendre des photos si c’est pour ne pas voir ce qui pourtant crève les yeux ?

Non, messieurs (mesdames et autres m’sieurs-dames) les journalistes, Boris Johnson n’insulte pas la France. Il insulte plutôt l’Angleterre et au-delà de l’Angleterre, de la France ou de l’Europe, ce sont les bonnes manières en général qu’il piétine, du moins dans l’association qu’on faisait autrefois du savoir-vivre et des bonnes manières. Il est vrai qu’il n’y a dans sa façon de faire rien de très original puisque c’est aujourd’hui la règle. Les ploucs sont passés par là, et depuis un moment déjà. Alors pourquoi s’en faire, puisqu’il y a visiblement consensus, et depuis si longtemps ? On en a d’ailleurs vu d’autres à l’Élysée. Le 21 juin 2018, la même presse aurait pu certifier que Macron insultait la France, elle ne l’a pas fait. Alors !

Nous ne sommes plus au temps où les tabloïds anglais, prêts à déclencher l’opération Overlord, titraient « Bas les pattes » parce que « ce plouc de Chirac », dans un abracadabrantesque élan de familiarité avait osé toucher le bras de sa majesté la Reine. À moins que, au contraire, Messieurs les Anglais ayant jadis tiré les premiers, Messieurs les Français (de ce qui reste de la France) aient voulu leur faire à leur tour un tour de cochon. Eh oui, ces cochons d’Anglais, faut leur apprendre ! En ce cas, évidemment, le temps aurait suspendu son vol. À condition, évidemment que les Français tirassent dans la bonne direction.

 

Les Académiciens, eux, auront toujours le loisir - lors des séances du dictionnaires - de s’interroger sur le sens caché de l’expression « poser le pied quelque part ».

https://www.ladepeche.fr/2019/08/23/boris-johnson-a-t-il-insulte-la-france-en-posant-le-pied-sur-la-table-a-lelysee,8372775.php

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article