Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Les Guadeloupéens de Cohésion Sociale et Libertés républicaine (C.S.L.R.) écrivent au président de la République.
Les Guadeloupéens de Cohésion Sociale et Libertés républicaine (C.S.L.R.) écrivent au président de la République.

Les Guadeloupéens de Cohésion Sociale et Libertés républicaine (C.S.L.R.)
Association loi 1901
161 Res Gontran Sablier
97110 Pointe-à-Pitre                               

 Pointe-à-Pitre le 07 juillet 2019

 

à Monsieur le Président de la République

 

Monsieur le Président de la République,

Réunis en Congrès des élus départementaux et régionaux les 26 et 27 juin 2019, les élus ont débattu sur la gouvernance locale de la Guadeloupe et ont, en fin de séance, à l’unanimité des présents, votés une résolution par laquelle ils se déclarent « favorables à une évolution de la gouvernance locale de la Guadeloupe en vue de permettre l’élaboration de normes à l’échelon locale par la mise en œuvre d’une plus grande différenciation territoriale, notamment pour ce qui concerne les politiques publiques de l’emploi, du développement économique et humain, de la fiscalité, de l’urbanisme et de l’organisation territoriale… »

Une telle réforme, si elle était adoptée, aurait de fait pour conséquence de sortir la Guadeloupe du droit commun institutionnel.

-         Que nos élus départementaux et régionaux n’ont jusqu’à ce jour, pas reçu mission de la population de modifier son cadre institutionnel

-         Que, chaque fois qu’elle a été interrogée, directement ou indirectement sur une telle évolution, la population de la Guadeloupe s’est prononcée contre à une très large majorité. C’est ainsi qu’en 2003, le non l’a emporté à plus de 75% des votants alors que les élus soutenaient cette démarche à la quasi unanimité. C’est ainsi encore qu’en 2004, la liste des régionales conduite par les tenants du Non à largement été plébiscitée.

C’est pourquoi Monsieur le Président de la République, même si nous vous savons attaché au respect, des institutions de la République, de la démocratie et notamment au droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, nous souhaitons rappeler que de telles modifications de notre statut institutionnel ne saurait se faire sans une consultation préalable de la population.

C’est ainsi seulement que cette population retrouvera confiance en sa démocratie républicaine et en sa représentation locale.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président de la République, nos très respectueuses salutations.

Amédée ADELAIDE
Président d’honneur du CSLR
Chef d’Entreprise
ancien Président de
La Société Immobilière de la Guadeloupe
de la CCI de Pointe-à-Pitre
du Port Autonome de la Guadeloupe

 

(Message envoyé au Président de la République le 07/07/2019 à17h10)

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
Boujour,

Belle initiative que je salue.

Certains se réveillent enfin et disent tout haut ce qu'ils pensent. Il n'est jamais trop tard. Mais c'est insuffisant, car nous avons quelques verrues qui gangrenent notre beau pays, dont deux : le copinage et la peur de pertes d'avantages non justifiés que certains élus et valets se sont octoyés. Ce qui fait qu'il a une absence de confiance en ceux qui sont intègres.

Oui à l'assemblée unique. Oui aussi à la réduction des agglos. Celle (s) retenue(s) devrait (ont) avoir une spécialité. Cette économie permettrait ainsi, de mieux équilibrer l'ensemble du territoire de la guadeloupe et de ne plus entendre "c'est le mien et pas le tien".

C'est la raison pour laquelle que je veux formaliser mon oui en tant que citoyen.

Par ailleurs, il faut absolument revenir aux fondamentaux plus de (proximité, solidarité, lien social, respect, écoute, confiance, courage, humilité) qui font de nous un peuple unique de 390 000 habitants avec une projection à la baisse dans un avenir proche.

Au nom de nos aïeux quelle ait été la couleur de leur peau. Faisons ensemble pour nous aujourd'hui et pour nos enfants demain, un pays où il fait bon vivre et de travailler sur l'ensemble du territoire.

A tous ces hommes et femmes de bonne volonté et de grande qualité, capables de faire avancer le pays et qui n'osent pas dire ou se montrer, mais préfèrent oeuvrer dans l'ombre, leur silence sert la cause des punaises qu'il faut éradiquer. Alors osez!

Ne l'oublions jamais ! Notre pays a en son sein de très belles merveilles humaines.

GS
Répondre
X
Bien entendu je partage sans réserve une telle démarche et même si les volontés de faire taire les guadeloupéens en de nombreuses circonstances existent, eh bien s'il agir comme celles et ceux qui avaient su agir contre certaines lois du temps de la précédente Présidence de la République ou encore comme celles qui se sont manifestées hier sur la Place de la République à PARIS, alors préparons nous à le faire aussi pour bien informer la population que c'est une démarche citoyenne que nous devons avoir en cette circonstance face à des Elus irresponsables.
Répondre