Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

La mort de Vincent Lambert, par le Scrutateur et d'autres.

 

A un ethnologue qui le questionnait sur les mœurs de sa civilisation, un Shaman (prêtre-sorcier de sociétés archaïques) répondait : « nous ne pensons pas, nous ne croyons pas, nous avons peur ». Il voulait dire qu'aux problèmes complexes, souvent redoutables qui se posaient à ces hommes, ceux-ci ne répondaient pas par des décisions pensées après un examen rationnel, mais par des actes ou rites d'inspiration magique destinés à conjurer le malheur, à diminuer la peur. Un peu comme le décrivait J-H Rosny dans son livre La guerre du feu (dont on a tiré un film), à propos d'une tribu archaïque : « Les Oulhamr fuyaient dans la nuit épouvantable. Fous de douleur et de fatigue, tout leur semblait vain devant la calamité suprême », car le feu était mort, ils avaient perdu le feu.

Depuis ces temps très anciens l'homme a appris à faire du feu, et bien d'autres choses encore, n'est-ce pas ?

La science que nous avons développée en occident et qui s'est répandue dans le monde entier, nous a délivré de l'ancienne peur archaïque. C'est du moins ce que l'on dit.

Car la science (« la », comme on disait « la » religion) a créée de nouvelles craintes et de nouveaux problèmes qui inquiètent l'homme contemporain. R. Aron parlait des « désillusions du progrès ».

Bref, les causes ne sont plus tout-à-fait les mêmes, mais plus que jamais nous avons peur. Et nous cherchons à conjurer cette peur en nous réfugiant, sans trop réfléchir sur les « prêtres » de la nouvelle religion, éminences télévisuelles, gourous de clubs laïcs, et ces prêtres de l'administration des choses auxquelles, sans nous en douter souvent nous avons tendance à nous assimiler, et à nous livrer.

J'ai peur aussi, lecteur, comme tout le monde. Non de savoir que je vais mourir, savoir abstrait. Mais de la façon dont je vais mourir. J'écoutais, ce midi, sur LCI un débat sur l'inévitable tragédie de Vincent Lambert. J'ai été frappé par le ton inhabituellement tendu des interlocuteurs, instruits et généralement polis et posés. Et même par l'agressivité de l'un d'eux à l'égard d'une jeune interlocutrice, catholique. Agressivité, oui. Pourquoi? parce que « ce sage » subitement avait peur, peur de l'agonie, à laquelle il voudrait absolument échapper.

Comme un Oulramr, il ne pensait plus, il avait peur. Et se révélait soudain, peut-être à son insu, comme un partisan inavoué de l'euthanasie.

Ces hommes-là ont renoncé au christianisme, qu'ils connaissent généralement fort mal, ou pas du tout (résultat de deux siècles et demi d'antichristianisme virulent, ou hypocrite) au nom de la science. Mais la science ne nourrit pas vraiment l'âme humaine. Elle est essentiellement pratique et utilitariste, du moins chez le citoyen moyen, et sa préoccupation est « à quoi ça sert » ?

A quoi cela aurait-il servi de « prolonger » Vincent ?

Les deux articles cités plus bas évoquent sa situation de personne qui ne souffrait pas vraiment dans l'état qui était le sien. Donc il ne souffrait plus vraiment.

Mais beaucoup se projettent en lui, se polarisent sur « l'agonie » fantasmée. Horreur, horreur, horreur !

Ceux-ci vont militer pour l'euthanasie de « ceux qui ne servent à rien », "qui ne sont rien" (croient-ils). A quoi ça sert, tous ces retraités qui ne produisent plus, mais coûtent à la collectivité (nos impôts!), et ces enfants qui naissent handicapés physiquement ou mentalement ?

Beaucoup ne veulent pas y penser, se réfugient dans leurs feuilleton du soir, en guise de Bible, et « comptent sur le gouvernement » pour régler ces problèmes. Or dans le monde désacralisé, déchristianisé, qui est le nôtre nos gouvernements sur ces questions ont des idées, que je dirai, excusez moi, pas toujours très catholiques.

Il y a eu l'euthanasie froide et criminelle du nazisme. J'en rappelle la formulation signée Adolph Hitler : « Le Reich-professeur Bühler et le docteur en médecine Brandt sont, sous leur responsabilité, chargés d'étendre et l'autorité de certains médecin, à distinguer personnellement, à l'effet d'accorder la délivrance ( souligné par LS) par la mort, les personnes qui, dans les limites du jugement humain et à la suite d'un examen médcal approfondi, auront été déclarés incurables »

Il ne faut pas se relâcher sur ces questions essentielles. Les difficultés de la vie, la souffrance, la nôtre, et celle des autres, ne doivent pas être évacuées sous peine de choisir un monde de bétise et d'irresponsabilité ( et de cruautés légales).

Il y a un usage positif de la souffrance, qui n'a rien à voir avec le dolorisme. Mais tout cela suppose une éducation qui devient de plus en plus rare, avec la crise de l'Eglise, celle aussi de la famille, qui subit actuellement des attaques profondes.

Nietzsche, qui n'était pas spécialement chrétien, a souligné cette positivité : « créer, voilà la grande délivrance de la souffrance ».

Tout n'est pas perdu cependant pour la civilisation humaine. Nous ne sommes pas tous encore décidés à répondre, passivement, aux questions des nouveaux prêtres de la soumission vile, qui, comme à la fin du roman de Georghiu, La vingt-cinquième heure, attendant sur le port de New York un grand rescapé des camps de concentration nazis, l'adjurent d'adopter pour les lecteurs des journaux la position conforme à leur yeux : « Keep smiling ! Keep smiling !

(Le Scrutateur)

 

 

  1. Dans la France Catholique.


 

En état pauci-relationnel depuis 2008, Vincent Lambert est décédé ce jeudi 11 juillet à 08H24. Neuf jours après l’arrêt de son alimentation et de son hydratation, décidé par le CHU de Reims.

C’est le neveu de Vincent Lambert, François, favorable à l’interruption des soins apportés à son oncle, qui annoncé son décès jeudi matin à France Télévisions. Le processus avait été enclenché le 2 juillet dernier, suite à une décision de la Cour de Cassation qui avait annulé une décision de la cour d’appel"de Paris, saisie par le gouvernement.

Une veillée de prière s’est tenue mercredi soir à Paris devant l’église Saint-Sulpice, alors que les parents de Vincent Lambert avaient annoncé que le décès de leur fils étaient devenu inexorable, faute de recours possible. Sur Twitter, le pape François avaient appelé à prier "pour les malades abandonnés et qu’on laisse mourir".

L’écrivain Michel Houellebecq a été l’un des premiers à réagir dans une tribune publiée sur le site du quotidien Le Monde, probablement rédigée avant l’annonce du décès. "Le CHU de Reims n’a pas relâché sa proie, ce qui peut surprendre. Vincent Lambert n’était nullement en proie à des souffrances insoutenables, il n’était en proie à aucune souffrance du tout. Il n’était même pas en fin de vie. Il vivait dans un état mental particulier, dont le plus honnête serait de dire qu’on ne connaît à peu près rien" y souligne l’auteur de La Carte et le Territoire

L’écrivain Michel Houellebecq a été l’un des premiers à réagir dans une tribune publiée sur le site du quotidien Le Monde, probablement rédigée avant l’annonce du décès. "Le CHU de Reims n’a pas relâché sa proie, ce qui peut surprendre. Vincent Lambert n’était nullement en proie à des souffrances insoutenables, il n’était en proie à aucune souffrance du tout. Il n’était même pas en fin de vie. Il vivait dans un état mental particulier, dont le plus honnête serait de dire qu’on ne connaît à peu près rien" y souligne l’auteur de La Carte et le Territoire.

 

II) Michel Houellebecq, écrivain, dans Le Monde.


 

Pour l’écrivain, rien ne justifiait l’arrêt des soins de l’ex-infirmier, mort jeudi après onze ans d’état végétatif. Vincent Lambert aurait été victime d’une surmédiatisation et d’une forme d’ingérence de l’Etat.

Publié aujourd’hui à 08h52, mis à jour à 14h49 Temps de Lecture 12 min.

 

[Cette tribune a été écrite avant le décès de Vincent Lambert, annoncé par sa famille jeudi 11 juillet]

A lire en contre-point de cette tribune : Jean Leonetti : « Vincent Lambert est devenu, malgré lui, le symbole de la fin de vie »

Ainsi, l’Etat français a réussi à faire ce à quoi s’acharnait, depuis des années, la plus grande partie de sa famille : tuer Vincent Lambert. J’avoue que lorsque la ministre « des solidarités et de la santé » (j’aime bien, en l’occurrence, les solidarités) s’est pourvue en cassation, j’en suis resté sidéré. J’étais persuadé que le gouvernement, dans cette affaire, resterait neutre. Après tout, Emmanuel Macron avait déclaré, peu de temps auparavant, qu’il ne souhaitait surtout pas s’en mêler ; je pensais, bêtement, que ses ministres seraient sur la même ligne.

J’aurais dû me méfier d’Agnès Buzyn. Je m’en méfiais un peu, à vrai dire, depuis que je l’avais entendu déclarer que la conclusion à tirer de ces tristes événements, c’est qu’il ne fallait pas oublier de rédiger ses directives anticipées (elle en parlait vraiment comme on rappelle un devoir à faire à ses enfants ; elle n’a même pas précisé dans quel sens devaient aller les directives, tant ça lui paraissait aller de soi).

Vincent Lambert n’avait rédigé aucune directive. Circonstance aggravante, il était infirmier. Il aurait dû savoir, mieux que tout autre, que l’hôpital public avait autre chose à foutre que de maintenir en vie des handicapés (aimablement requalifiés de « légumes »). L’hôpital public est sur-char-gé, s’il commence à y avoir trop de Vincent Lambert ça va coûter un pognon de dingue (on se demande pourquoi d’ailleurs : une sonde pour l’eau, une autre pour les aliments, ça ne paraît pas mettre en œuvre une technologie considérable, ça peut même se
faire à domicile, c’est ce qui se pratique le plus souvent, et c’est ce que demandaient, à cor et à cri, ses parents).

Vincent Lambert vivait dans un état mental particulier

Mais non, en l’occurrence, le CHU de Reims n’a pas relâché sa proie, ce qui peut surprendre. Vincent Lambert n’était nullement en proie à des souffrances insoutenables, il n’était en proie à aucune souffrance du tout. Il n’était même pas en fin de vie. Il vivait dans un état mental particulier, dont le plus honnête serait de dire qu’on ne connaît à peu près rien.
Il n’était pas en état de communiquer avec son entourage, ou très peu (ce qui n’a
rien de franchement original ; cela se produit, pour chacun d’entre nous, à peu
près toutes les nuits). Cet état (chose plus rare) semblait irréversible. J’écris « semblait » parce que j’ai rencontré pas mal de médecins, pour moi ou pour d’autres personnes (dont plusieurs agonisants) ; jamais, à aucun moment, un médecin ne m’a affirmé qu’il était certain, à 100 % certain, de ce qui allait se produire. Cela arrive peut-être ; il arrive peut-être aussi que tous les médecins consultés, sans exception, formulent un pronostic identique ; mais je n’ai jamais rencontré le cas.

La suite est réservée aux abonnés

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Jean-François MOREL 12/07/2019 23:25

Bonsoir Mr BOULOGNE
Une question que personne (ou peu) ne s'est posée; je me réjouissais en 1981 que la peine de mort ait été supprimée, après une intervention flamboyante de Robert Badinter. Cette suppression concernait les délinquants qui auraient pu être condamnés à mort. Pourquoi ne s'applique t elle pas au personnes dont le seul crime est d'être malade ou différentes, et qui n'ont strictement rien fait de répréhensible? La mise à mort de Vincent Lambert me fait craindre le pire pour les années à venir.

castets 12/07/2019 15:27

Bonjour Mr Boulogne,
Le sujet est tellement sensible qu'il serait très facile de déchaîner des passions jusqu'à la violence et pourquoi pas des morts innocents !

Je n'ai que des questions en matière d'euthanasie, mais pas de solutions généralistes, et je ne reconnais pas à la Politique le Droit de trancher à ma place.

Si la naissance est par essence le fruit du hasard, je considère que ma fin de vie est mon affaire ; c'est dans cet esprit que j'ai rédigé depuis longtemps des directives anticipées tant que mon esprit est valide et seul maître à bord.

Pour la Société se pose par contre le problème de la gestion des personnes devenues " récipiendaires de solutions terminales " .

Se pose alors la question du raisonnable, sans compter la gestion humaine et financière... Est-on capable d'en discuter sereinement, j'en doute ?

Est-il raisonnable de maintenir (vivants) des vies sans espoir de guérison, qui peut en décider ?

Est-il raisonnable d'affecter une part importante de personnels et de matériels pour cette survie devenue alors sans limites physiques... qui, à part une panne de machinerie pourrait décider de cette fin de vie.

Voici quelques pistes pour la suite du débat. J'ai volontairement omis de mêler à mon propos des pistes religieuses, je reste uniquement dans le domaine pratique, mettant hors concours tous sentiments émotionnels ou professionnels.

Bonne fin de journée et longue vie à tous en pleine forme , Cdlt Cjj

Livia 12/07/2019 14:56

J'avoue que je ne comprends pas les parents de ce pauvre Vincent Lambert, s'ils voulaient vraiment garder leur fils en vie, ils auraient pu le recueillir chez eux et continuer à le maintenir en vie, en tout cas c'est ce que moi j'aurai fais pour mon fils!

C Etzol 12/07/2019 14:07

Le mot justice a - t - il encore un sens aujourd'hui?

Selon le procureur :
" consacrer le droit à la vie comme une liberté à “valeur suprême” aurait aussi pour conséquence immédiate la remise en question de la loi dite Leonetti en faveur des malades et des personnes enfin de vie ou encore celle relative à l'interruption volontaire de grossesse ».
On appréciera le "en faveur de":.La loi Veil EN FAVEUR de l'enfant à naître ?.

La phrase est, au sens propre, renversante mais elle est explicite. Ce n'est plus l'avortement et l'euthanasie qui portent atteinte au respect de la vie humaine. C'EST LE RESPECT DE LA VIE HUMAINE QUI PORTE ATTEINTE A L'AVORTEMENT ET L'EUTHANASIE. Faire respecter la vie des personnes fragiles devient une exception au droit de les faire mourir qui devient la règle. Le droit n'est plus au service de la justice, mais la justice au service du droit.

Dans la plus grande ignominie, après que Mme Buzin, responsable de la santé des français, pourvoit en cassation au nom du gouvernement, comme Ponce-Pilate, la cour de cassation déclare la cour d'appel incompétente. Plus besoin de juger sur le fond, cette question : peut-on porter atteinte à la vie d'un homme?

L'état peut-il alors juger n'importe quel acte meurtrier, des bébés congelés au crime passionnel et à toute forme de violence que pourtant il prétend combattre, et qu'il a lu i- même commis ?
A QUOI SERT D'AVOIR UN MINISTERE DE LA JUSTICE EN FRANCE ?