Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Louis Dessout

Louis Dessout

Je livre ici mes impressions sur la première journée du Congrès des deux assemblées de la Guadeloupe sur l'avenir institutionnel de notre département-Région. Une partie de la journée seulement, suivie de 10h 45, à 13h30.

Une partie de mes prévisions s'est vérifiée. Si l'on peut difficilement assimiler ce spectacle à une messe basse (à cause du bruit des bouches augustes), l'on a quelquefois, mais rarement, - à défaut de grand-messe solemnelle, - été en présence d'orateurs vraiment dignes d'être écoutés.

Si madame Borel-Lincertin,présidente du Conseil Départemental, et puissance invitante, a correctement fait son travail, il est difficile de ne pas la féliciter pour ne s'être pas endormie au défilé d'un grand nombre des interventions, mornes : suite de lectures de « travaux » d'équipes peu visitées par « l'Esprit ».

Quelques exceptions toutefois, celle d'abord de monsieur Losbar, bien structurée à défaut de satisfaire aux normes de l'excellence sur le fond, telles que formulées par Le Scrutateur ; ou encore celle de M. Christophe Wachter, jugé selon les mêmes critères.

Plus discutable encore celle de M. Jacques Bangou, que ceux qui ne le connaissent pas ont dû trouver rétracté, et d'autres cynique dans son intervention pour le compte du PPDG. D'autres, comme le vieux Daniel Géniès, ont dû rester cloués sur leur fauteuil de retraité devant tant de culot. Car il en fallait pour oser proposer un programme d'avenir, dans la situation d'échec où il est en la ville de Pointe-à-Pitre (voir notre article d'hier : http://www.lescrutateur.com/2019/06/jacques-bangou-symbole-de-la-classe-politique-guadeloupeenne.html ).

Rares sont ceux qui méritent autre chose du peuple qu'un Tchiiip tonitruant  (Tchip : bruit émis par les lèvres et significatif de mépris, selon la définition donnée naguère par madame Taubira, une experte en la matière).

Je ferai une exception toutefois, car comme beaucoup j'ai été médusé par deux nullités d'exception.

La première incarnée par le représentant du CIPA, spécialiste du rabachement vide, mais dont un de ses « amis » m'affirme que personne ne le prend plus au sérieux. Après sa prestation on croyait avoir atteint le fond du tonneau. Mais il ne faut jamais désespérer de la médiocrité.

Plus bas que bas, donc, on devait trouver, et écouter, hélas ! Hélas ! Hélas ! René Beauchant, qui consacra presque dix minutes, dans un Congrès consacré à l'avenir, à des imprécations sur le thème des exactions du « colonialisme » qui ne cessa, selon lui, de persécuter notre île pendant quatre siècles d'esclavage. Comme la Guadeloupe est française depuis 1635, j'en ai déduit que nous vivions encore sous le règne de l'esclavage ! Fanatisme quand tu nous tiens !

Je ne l'écoutais pas sans une vraie tristesse, ayant gardé le souvenir de ma dernière rencontre avec son père Féfé, une  crème d'homme, qui, alors que nous parlions de choses et d'autres, rue de Nassau, à deux pas de la maison familiale, et alors que la conversation était tombée sur René, m'avoua sa détresse devant l'évolution de son garçon.

Passons !

 

Heureusement toutes les interventions ne se situèrent pas à ce niveau de vide abyssal. La représentante des LR, sut parler fermement, (mais on attend confirmation) en montrant qu'il n'y avait aucune raison de changer de statut, que nos problèmes ne relèvent pas d'une quelconque évolution institutionnelle.

Il y eut l'intervention de Luc Adémar, maire de Gourbeyre et fondateur d'un nouveau parti plaidant dans le même sens.

Et il y eut la prestation du jeune représentant Guadeloupéen du Rassemblement National M. Rody Tollassy.

Il signala d'emblée que son discours était improvisé, n'ayant été invité au derner moment … CE MATIN aux aurores. Il n'en fut pas moins brillant et percutant. Madame Borel-Lincertin « vieille » habituée, pourtant, des joutes électorales en resta médusée. Pendant cette juvénile harangue mais très habile s'adressant à un public POPULAIRE, j'observais les cadors de notre classe politique. Le visage de M. Lurel, exprimait le plus vif intérêt, de celui qui découvre le louveteau qui bientôt lui disputera la place au rocher du Conseil, et se demande comment l'étouffer pendant qu'il en est encore temps. Rudy Tollassy, soyez prudent, gardez vous à gauche (et même … à droite). Telle est la loi de la jungle. Ayez recourt aux vieux sages, les Baloo présent parfois dans les marigots!

 

Et puis il y eut l'intervention de mon camarade Louis Dessout. Impeccable dans son complet de bonne coupe, et dans son raisonnement rigoureux. Je n'en dirai pas plus, car j'ai pu me procurer le texte, et c'est lui que je vous donne à lire.

(Le Scrutateur).

 

 

Présentation de Louis DESSOUT, Président du MODEM GUADELOUPE au Congrès des 26-27 juin 2019

 

Remerciements invitation du MoDem

Madame la Présidente du Conseil Départemental,

Monsieur le Président du Conseil Régional, acceptez nos félicitations pour vos interventions économiques (adductions d'eau et travaux routiers, Pont des Marsouins, Arnouville, St-Claude, Morne à l'eau)

 

Le MODEM propose de situer le débat au centre des préoccupations mondiales où se joue l’avenir de tous. Qui que nous soyons.

 

La Guadeloupe est au centre d’enjeux mondiaux !

La Guadeloupe a, souvent, joué un rôle central dans le rayonnement de la France.

Elle a permis au Général de Gaulle et à la France de conquérir, face aux USA, son indépendance militaire par sa force de frappe nucléaire.

A titre d'exemple un hangar spécial militaire pour le stockage des matières fissiles fut construit à Petit Pérou, au bout de la piste de l’aéroport, face à la gendarmerie.

Les matières fissiles permettent la fabrication de l'arme nucléaire détenue par un club restreint d’états dont la France.

Ce hangar construit par une entreprise guadeloupéenne gagnerait à être transformé en un Mémorial de la contribution de la Guadeloupe à la Paix mondiale.

- 2 -

 

Aujourd’hui, avec l’enjeu planétaire du CLIMAT, la Guadeloupe permet, face au monde, au Président Emmanuel Macron et à la France de relayer leur influence grâce à la première Zone Climat Intelligente Mondiale (CLIMATE SMART ZONE) située dans la Caraïbe. Elle a été créée dans le cadre des Accords de Paris, Le 12 décembre 2017.

 

La GUADELOUPE POUR SON AVENIR DOIT CONSIDÉRER SON POSITIONNEMENT DANS CETTE STRATÉGIE INTERNATIONALE QUI LA PLACE AU CENTRE DES POLITIQUES DU MONDE.

 

Emmanuel Macron a été chargé par l’ONU réunie, à New-York, le 27 septembre 2018, en Assemblée Générale des Nations Unies et la Banque Mondiale de rassembler la finance publique et privée pour combattre les effets du climat sur les petits Etats insulaires.

Désormais, avec ce champion mondial du climat et de la finance mondiale, les Antilles-Guyane, grâce à leur situation géographique ont l’opportunité de solutionner avec des finances et des méthodes nouvelles leur mal développement local.

 

Ces propos liminaires très importants posés, mon intervention s’articule autour de 4 axes : 1. Le volet Institutionnel, 2. La dette de nos collectivités 3. Notre appréciation comparative de la situation politique et économique de la Guadeloupe par rapport à celle de la Martinique, la Guyane, la Réunion 4. Notre proposition de changement de méthodes de gestion et d’organisation territoriale et de ressources humaines

 

1- AUCUNE RÉFORME INSTITUTIONNELLE ne sera, une baguette magique capable de garantir le développement économique.

Si c'était avéré il n'y aurait pas de pays sous-développés.

- 3 -

 

Aucun développement économique, a fortiori sur une île, n’est possible sans la maîtrise du fret et des transports assurant la liberté de circulation des biens et des personnes.

 

2- La Guadeloupe, la Guyane, la Martinique, La Réunion

La Guadeloupe, comme La Réunion bénéficie, de deux dotations globales de fonctionnement (DGF) en vertu de son statut départemental (400.000 hab.) et de son statut régional (400.000 hab.) pour 800.00 hab.

La Réunion a deux dotations globales de fonctionnement (860.000 x 2=1,720 .000 hab.)

Nos voisins Martiniquais et Guyanais ont choisi une collectivité unique, donc un DGF unique.

Ils supportent, désormais, l'ensemble des charges des effectifs des personnels de leurs anciennes collectivités.

En passant à une collectivité unique, l'Etat (Bercy) peut en profiter pour réduire les doubles dotations sur un même territoire. C'est son intérêt, bien compris.

Une entité unique ne garantit pas une dotation pour les collèges et une dotation pour les lycées.

 

3- La DETTE PUBLIQUE des collectivités locales

L'Etat, en France et Navarre, assure une avance de trésorerie de l'ensemble de l’administration et notamment des collectivités locales par le biais du douzième, qui est l'anticipation mensuelle des rentrées fiscales.

Les collectivités locales sont débitrices de l'Etat jusqu'à la perception des rentrées fiscales.

Comme elles tardent, systématiquement, chez nous, nos collectivités demeurent, toutes, débitrices de l’Etat jusqu’à leur perception.

Les arriérés s’accumulent. Ils remontent, parfois, à 1985.

La dette est un poison.

- 4 -

 

On ne peut pas vivre, constamment, au-dessus de ses moyens.

Sauf à plomber les générations futures.

Cela vaut, également, pour le climat et l'environnement.

Nos élus et gestionnaires doivent réapprendre les règles élémentaires de la comptabilité publique et de la gestion pour le plus grand bien des citoyens qui les ont élus.

Planifier et gérer les dépenses, en fonction des recettes réelles.

C'est ce que nous ont appris nos aînés et nos ancêtres.

 

4- NOS PROPOSITIONS de CHANGEMENT de MÉTHODES de GESTION, d’ORGANISATION TERRITORIALE et de RESSOURCES HUMAINES

Changer de méthodes c’est envisager les moyens du changement pour la Guadeloupe.

Quels sont les outils à actionner pour établir le changement que nous souhaitons ?

Ils sont d’ordre financier, organisationnel, de perception des taxes, et de stratégie diplomatique et de coopération.

Sur notre petit territoire, il convient d’engager et de poursuivre une politique micro-économique, avec des effets macro-économiques.

C’est une question d’ingénierie financière et économique.

 

4-1 PROPOSITION D’INGENIERIE FINANCIERE ET ECONOMIQUE

Face aux conséquences de la précarité de notre endettement national et local et aux charges du personnel territorial, La Réunion s'est adossée à une fiduciaire régionale d'ingénierie financière, afin de poursuivre son équipement, à partir de ses financements européens.

Cette technique financière et économique, avec l’assistance de la Banque Européenne d’Investissement (BEI) et du Fonds Européen d’Investissements Stratégiques (FEIS), lui permet de refinancer et de planifier ses engagements

- 5 -

 

financiers et budgétaires, afin d’éviter les pièges de la spirale de la cavalerie financière.

Cette méthode de travail exige le concours de cabinets projets européens spécialisés et une expertise confirmée de nos ressources humaines orientées vers la réduction de l’endettement.

 

4-2 PROPOSITION pour les DSP

Une autre méthode de gestion de nos délégations de services publics (DSP) est aussi prioritaire.

Mais il faut avoir le courage de se remettre en cause.

Il convient de connaître la réalité du problème posé et de savoir qui en assume la responsabilité.

Car ce sont les Guadeloupéens qui sont les responsables uniques de la distribution de l’eau.

Cette activité relève de la compétence ou de l’incompétence de nos responsables politiques ou techniques.

La police de l'eau et des déchets, c'est le maire dans chaque commune.

On délègue des compétences mais pas le pouvoir.

Champions du monde de la dépense publique, nous sommes incapables d’assurer nous-mêmes, les recettes permettant le financement et l’entretien de nos équipements.

Au lieu de créer des barrages routiers et attroupements, la connaissance des documents contractuels (DSP) aiderait à trouver la solution financière pour la réparation et l'entretien des réseaux.

Car les documents contractuels (les cahiers des charges des DSP), régissent les relations contractuelles avec le délégataire d’un service public.

Il permet soit de le poursuivre soit de remplacer les incompétents responsables des dysfonctionnements constatés.

- 6 -

 

Il en est de même pour le transport des personnes et aussi une meilleure collecte des déchets.

 

4-3 La perception des droits de ports

Des courants de pensées proposent de conserver, localement, les droits de douane sur les importations. Ils ont peut-être raison. Cette proposition serait plus efficace si, à l’exemple des grands ports européens, elle était complétée par leur perception, directement, par les services informatisés portuaires.

L'administration des douanes outremer impose aux ports d'outre-mer un taux de perception pour ses services, inéquitable et injuste, comparativement à celui, en vigueur dans les ports de l'hexagone.

 

4-4 En conclusion Un Accord de Voisinage Euro Caraïbe entre les Collectivités Françaises d’Amérique (CFA), Saint-Martin, Saint-Barthélemy, La Guyane, La Martinique et la Guadeloupe, et l'Union Européenne et les Caraïbes permettra d’intégrer l’ambition mondiale du Climat.

 

 

Louis DESSOUT, Président MoDem Guadeloupe (06.90.73.40.17) ldessout@hotmail.com 37 Rue Peynier BP 78, 97110 Pointe-à-Pitre

 

Antony BERNARD, Délégué Départemental MoDem Guadeloupe (06.90.93.97.95) antony@bernard.pro

 

Mouvement Démocrate Guadeloupe 39 Résidence Les Hauts de Saint-Jean, Fonds Saint-Jean, 97170 Petit-Bourg

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article