Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Marché des migrants en Lybie : Un Sénégalais coûte 150 000 F Cfa. Qu'en dit Taubira ?
Marché des migrants en Lybie : Un Sénégalais coûte 150 000 F Cfa. Qu'en dit Taubira ?

En mai 2001 la loi française votée par le parlement sous le consulat de Jaques Chirac instaurait l'esclavage comme crime contre l'humanité. L'article I de cette loi était ainsi rédigée : "Article 1 : La République française reconnait que la traite négrière transatlantique ainsi que la traite dans l’océan indien d’une part et l’esclavage d’autre part,  perpétrés à partir du 15è siècle aux Amériques et aux Caraïbes, dans l’océan Indien et en Europe contre les populations africaines, amérindiennes, malgaches et indiennes constituent un crime contre l’humanité".

Cette limitation posa d'emblée quelques problèmes à des hommes libres et des courants de pensée rebelles dont ne s'exclut pas le Scrutateur.

Pourquoi une telle limitation dans l'espace et dans le temps à l'égard d'une d'une pratique aussi vieille que l'histoire de l'humanité et qui subsiste encore en 2019, notamment en Afrique (à l'égard d'autres Africains ? ).

A leurs questions la « dame de Cayenne » répondit qu'elle n'avait pas voulu mettre dans l'embarras les actuelles générations de jeunes maghébins musulmans dont les ancêtres, mais aussi contemporains jouèrent (et jouent envore) un rôle si actifs dans l'exploitation esclavagiste des noirs d'Afrique.

Ah bon ? Et les jeunes blancs dont les ancêtres eurent aussi un rôle si contestable dans les traites qu'ils déplorent tous ? Pourquoi les exonérer de toute indulgence ?

Ceux qui se demandent si madame Taubira ne serait pas un tantinet raciste dans ses déclarations faussement « humanistes » auraient-ils tort de poser ces questions ? Et pourtant la considétaion du visage de cette grasse bourgeoise (« On appelle bourgeois, tout ce qui pense bassement », disait Flaubert dans une phrse certes exagérément polémique, mais qui donne à penser).

La bourgeoise de Cayenne protégée de Hollande, et aujourd'hui de Macron est tout sauf une Française de cœur, et ce n'est pas cette séparatiste guyannaise qui me démentira.

M'a ramené à Taubira l'article ci dessous d'un site africain :

(I) Marché des migrants en Lybie : Un Sénégalais coûte 150 000 F Cfa

https://www.senegal7.com/marche-des-migrants-en-lybie-un-senegalais-coute-150-000-f-cfa/?fbclid=IwAR0emPKj0sQrw7uMGILmrJqoi3HODBlo4Rdylis8Lor3w1tTgVS0qu4Ike0

 

Incroyable. Mais vrai ! Pour 150 000 FCFA, vous pourrez vous payez un Sénégalais pour au moins 3 mois. Au marché des migrants en Lybie, les noirs sont vendus comme des bêtes de somme. Les victimes : les candidats à l’émigration clandestine en Lybie et sur la route d’Agadir. Une vidéo diffusée montrant l’horreur a fait le tour du monde.

Dakar Times reprend le témoignage d’un jeune Sénégalais retenu dans un cachot libyen pour 200 000 FCFA. « Je supplie ma famille de payer pour moi. Cela fait plus de deux semaines que je suis retenu dans un garage. Les gardiens me battent chaque jour, matin, midi et soir. Ils me demandent de payer pour être libéré. Comme je n’ai plus rien à leur offrir, ils me demandent d’appeler ma famille restée au Sénégal pour qu’elle m’envoie de l’argent. S’il vous plait aidez-moi avant qu’ils ne me tuent ». L’enregistrement a été diffusé lors d’une émission télévisée.

 

Le deuxième article de ce dossier est la plume d'F-X G dans France-Antilles. Il démontre ce que nous disons constamment sur le Scrutateur, à savoir que ceux qui dirigent la France actuellement ne sont sont plus des dirigeants nationaux, mais des membres de la bourgeoisie d'affaire(s) internationale, dont l'objectif majeur n'est pas le Bien Commun de nos sociétés nationales ou régionales, mais des conservateurs de leurs seuls intérêts d'hommes (et de femmes) de sacs et de cordes ! (LS).

(II) Macron réitère ses annonces pour la mémoire de l'esclavage

 

« Le président de la République a encore affirmé que la fondation pour la mémoire de l'esclavage serait installée « dans les tout prochains mois », à l'hôtel de la Marine.  (… ) »

 Enfin, les mécènes et fondateurs comme le budget de la Fondation pour les trois ans à venir sont désormais connus : CDC Habitat, Quartus Solidaire, Groupe Bernard Hayot, Fondation Trace TV, Corine et Pierre Sainte-Luce, Groupe Action Logement, SNCF et Iedom, ainsi que des collectivités (Basse-Terre, Bordeaux, Brest, Fort-de-France, Houille, La Rochelle, Lorient, Montceau-les-Mines, Nantes, Paris, Pointe-à-Pitre, Saint-Denis de la Réunion, Saint-Pierre de la Martinique, Le Havre, les départements de la Réunion et de la Guadeloupe, les régions Guadeloupe et Île-de-France et les collectivités territoriales de Guyane et de Mayotte). Ensemble, ils ont rassemblé 1,6 million d'euros de capital et 2 millions de budget annuel (dont 50 % abondé par l'État).

Taubira, présidente du comité de soutien

Si son président sera l'actuel président de la mission de préfiguration de ladite fondation, l'ancien Premier ministre Jean-Marc Ayrault, elle aura un comité de soutien présidé par Christiane Taubira qui saura mettre à son service, selon le président de la République, « sa verve, sa force, son aura ». Aux côtés de l'ancienne garde des Sceaux, des personnalités comme Patrick Chamoiseau, Maryse Condé, Myriam Cottias, Doudou Diène, Daniel Maximin, Simone et Jacques Schwarz-Bart ou François Vergès... 

« Cette fondation, a ajouté Emmanuel Macron, renforcera la cohésion nationale en transmettant l'histoire mondiale de la France. » Enfin, Emmanuel Macron a réaffirmé encore le renforcement du Mémorial ACTe en Guadeloupe. Après avoir rendu hommage à son créateur, Victorin Lurel, qu'il a fait applaudir, le président de la République a confirmé l'engagement financier de l'État aux côtés des collectivités locales pour ce musée de l'esclavage au statut désormais d'établissement public de coopération culturelle.

Le président de la République a conclu son allocution en évoquant l'esclavage, « terrible réalité contemporaine » et ses 20 000 victimes actuelles. « Nous avons un devoir d'action », a-t-il déclaré en évoquant Daesh et Boko Haram avant de rendre hommage à l'invitée de marque de ce 10 mai, Nadia Murad, prix Nobel de la paix, militante des droits de l'Homme, irakienne d’origine kurde et issue de la communauté yézidie.

F.-X.G., à Paris

Pour lire la totalité de l'article voir le lien  :

:

(https://www.guadeloupe.franceantilles.fr/actualite/politique/macron-reitere-ses-annonces-pour-la-memoire-de-l-esclavage-536464.php )

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

JF Morel 30/05/2019 22:16

Ousmane SEMBENE avait dit à des étudiants Afro-américains (je vous parle de la traite parce que mes ancêtres ont vendu les vôtres et il ne faut pas que çà se reproduise). Force est de reconnaître que l'Afrique n'a pas été très diserte sur le sujet.

Ch.Etzol 14/05/2019 14:15

Les arabes d'aujourd'hui ne sont nullement traumatisés par l'héritage de leurs ancêtres et auraient plutôt tendance à le perpétuer, en commettant les mêmes exactions et les mêmes forfaits, les mêmes rapts de familles et d'enfants, particulièrement lorsqu'ils sont chrétiens (Soudan) et des ONG sont obligées de payer des rançons pour tenter de les faire libérer…

La France est pourtant membre permanent u conseil de sécurité de l'ONU, mais n'a jamais entrepris la moindre démarche pour une intervention des "hautes instances" à ce sujet au nom de l'humanité.

Pas de réparation pour ceux-là ! C'est plus facile de cracher sur les tombes de nos ancêtres
que d'être efficace et de condamner ce qui se passe à nos portes, dans le temps présent.