Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

L'université française pourrie par l'extrême gauche. Islamo-gauchisme, décolonialisme, théorie du genre... Le grand noyautage des universités  (Les preuves).

C'est par la tête que le poisson pourrit dit un proverbe dont la véracité saute aux yeux du lecteur attentif. Puissent ces lecteurs détecter les preuves de ce mal galopant à ravers ses symptômes universitaires et médiatiques ? Et ici même en Guadeloupe et en Martinque. (LS).


 

Extrême gauche Islamo-gauchisme, décolonialisme, théorie du genre... Le grand noyautage des universités

 

ENQUÊTE - Infiltrées par les syndicats d’étudiants, noyautées par des groupuscules «indigénistes», paralysées par la lâcheté de la hiérarchie de l’enseignement supérieur, les facultés et certaines grandes écoles sont aujourd’hui le théâtre d’un bras de fer idéologique. Les pressions et menaces y sont fréquentes et tous les coups semblent permis.

Voie royale vers les grandes écoles, le cycle pluridisciplinaire d’études supérieures (CPES) se targue d’offrir à l’élite des bacheliers «le meilleur de l’université et de la classe préparatoire» depuis sa création, en 2012. On y entre sur dossier, en général après avoir décroché une mention «très bien» au bac. C’est ce qu’a fait Abel*, 18 ans, qui se destine à Normale sup. Il s’est inscrit dans la filière Humanités. La première année du CPES se déroule à Henri-IV, dont les prépas se classent parmi les meilleures de France. Et qu’apprend-on dans ce temple du savoir, au gré des cours d’«histoire globale» ou de «sociologie des inégalités»?

«Qu’il existe un racisme d’Etat, qu’il faut déblanco-centrer et déseuropéano-centrer l’histoire, que la statuaire grecque est essentiellement phallocratique ou, encore, que les tableaux de la Renaissance italienne sont marqués d’un genrisme patent», raconte Abel, qui n’en est toujours pas revenu. La machine à laver les cerveaux tourne à plein régime, tant et si bien que les élèves crient spontanément à l’«appropriation culturelle» quand un prof tente de leur expliquer comment Picasso et Braque se sont inspirés des arts premiers - qu’il est politiquement incorrect d’appeler arts «primitifs».

 

Lire la suite ICI : http://premium.lefigaro.fr/actualite-france/enseignement-superieur-le-grand-laboratoire-de-la-deconstruction-20190510

 

 

L'université française pourrie par l'extrême gauche. Islamo-gauchisme, décolonialisme, théorie du genre... Le grand noyautage des universités  (Les preuves).
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article