Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Nicolas Hulot, un insignifiant, doublé d'un paresseux.

Que Nicolas Hulot ait été, et qu'il demeure encore peut-être un chou chou des Français cela suffit peut-être à expliquer bien des choses sur l'état malheureux de notre pays. Ce fut aussi sans doute la raison qu'eut Emmanuel Macron d'en faire un « ministre d'Etat ».

Le président snobinard avait été mal inspiré, et n'avait pas su deviner sous la chevelure adolescente du présentateur d'Ushuaïa, l'insignifiant qu'ont vite percé à blanc ses collaborateurs les plus proche du ministère des forêts et des petits oiseaux. Lesquels, aujourd'hui l'accablent de peur sans doute de le voir revenir comme il en aurait le désir. (Le Scrutateur).

 

“Le poids de la fonction l'emmerdait” : Nicolas Hulot étrillé !

 

(Dans une enquête relayée par Le Parisien, d’anciens collaborateurs de Nicolas Hulot ont sévèrement critiqué son passage au ministère de la Transition écologique et solidaire.

Le 28 août 2018, à la surprise générale, Nicolas Hulot annonçait sur France Inter qu’il quittait sa fonction de ministre de la Transition écologique et solidaire. « Je ne veux plus me mentir… », avait-il alors lancé avec émotion. A de nombreuses reprises, l’ancien présentateur TV d’Ushuaïa avait fait part de sa frustration face à certaines décisions du gouvernement. Dans un livre d’Olivier Beaumont, « Les péchés capitaux de la politique », dont le Parisien relaye les bonnes feuilles, Nicolas Hulot est la cible de violentes critiques. « Il est arrivé en pensant que sa seule présence allait tout changer. Mais il a sous-estimé le travail, il n’a pas mis à fond les mains dans le cambouis », explique un conseiller ministériel dans des propos rapportés par Le Parisien.

« Voir les parlementaires, ça le gonflait, donc il ne les voyait jamais »

Sur le même sujet

Nicolas Hulot souhaite revenir pour être “utile”

Souvent impuissant dans son action politique, Nicolas Hulot n’a visiblement pas laissé un souvenir ému au sein de son ministère. « C’est très simple, le poids de la fonction l’emmerdait, glisse une collaboratrice. Voir les parlementaires, ça le gonflait, donc il ne les voyait jamais. Se taper les séances de nuit à l’Assemblée ou au Sénat, pareil. […] Bref, ici au ministère, il a dilapidé son capital prestige à une vitesse incroyable. On a tous été déçus. » Nicolas Hulot a assuré qu’il en avait terminé avec les ambitions politiques tout en balayant une possible candidature aux élections européennes en 2019.

 

(https://www.valeursactuelles.com/politique/le-poids-de-la-fonction-lemmerdait-nicolas-hulot-etrille-104843 )

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article