Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Buveur de whisky, amateur de cigares. Et saint ?
Buveur de whisky, amateur de cigares. Et saint ?
Buveur de whisky, amateur de cigares. Et saint ?
Buveur de whisky, amateur de cigares. Et saint ?

Pourquoi aimé-je C.K Chesterton, et depuis si longtemps ? Je me suis longtemps posé la question. Maintenant je sais. Du moins je crois savoir, sans être désabusé. Du moins pour le whisky et les cigares. Car pour la sainteté, il reste encore du travail. Et, je vous l'avoue, lecteurs, pour la sainteté de Chesterton, je me demande si Michel Janva avant d'écrire son article n'avait pas, un peu, poussé sur le Scotch. (Le Scrutateur).

 

(https://www.lesalonbeige.fr/buveur-de-whisky-amateur-de-cigares-et-saint/ ).

 

Un écrivain favorable à la canonisation du célèbre écrivain G.K. Chesterton a publié un livre qui plaide en faveur de la sainteté de cet auteur. Dale Ahlquist, président de l’American Chesterton Society et de la Société de Gilbert Keith Chesterton, évangélique converti au catholicisme, a publié en décembre 2018 Knight of the Holy Ghost, qui explore la vie et les écrits de Chesterton et répond aux arguments de ceux qui disent qu’il fumait et buvait trop et entretenait des sentiments antisémites. Dans ses commentaires, Ahlquist a déclaré que lorsque les gens pensent à Chesterton, ils se demandent souvent:

«Comment se fait-il qu’un journaliste londonien fumant des cigares et pesant 300 livres puisse être un saint? Il ne correspond pas à l’image d’un saint, à cause de sa taille incroyable et de cette auréole de fumée autour de sa tête. “

Cependant, bien que le célèbre auteur puisse ne pas correspondre à l’image des saints pieux du passé qui priaient pour aller au paradis, il a fait preuve d’une humilité héroïque, a déclaré Ahlquist. Selon lui, Chesterton était

un grand génie qui avait vraiment la capacité d’annihiler ses adversaires s’il le voulait, mais il les traitait toujours avec charité.
Il a toujours donné à chacun le bénéfice du doute. Il n’a jamais vanté son grand génie, mais il a toujours fait en sorte que tout le monde se sente mieux.

Gilbert Keith Chesterton, l’un des écrivains les plus connus du XXe siècle, est né le 9 mai 1874 et est décédé le 14 juin 1936. Converti au catholicisme, il était largement considéré comme l’un des écrivains les plus influents de son époque. Un blog en langue française lui est consacré.

Tandis qu’aux États-Unis, il est surtout connu pour son livre Orthodoxie, en défense du christianisme, Chesterton est surtout connu dans son pays pour sa série Father Brown, un recueil de nouvelles sur un prêtre détective plus voué à convertir les criminels qu’à les incarcérer.

En 2013, Mgr Peter Doyle, évêque de Northampton, a ordonné l’ouverture d’une enquête sur la possibilité de la sainteté de Chesterton et a engagé le chanoine John Udris à cette tâche. Udris a achevé son enquête préliminaire à l’été 2018 et a déposé son rapport final auprès de Mgr Doyle. Selon Ahlquist, la prochaine étape serait que Mgr Doyle s’adresse à la Congrégation pour les Causes des Saints pour un nihil obstat, ce qui signifie une déclaration selon laquelle rien n’empêche d’examiner la cause.

Une fois que cela sera réalisé, il faudra nommer un postulateur chargé de faire avancer la cause.

Les principales pierres d’achoppement, selon Ahlquist, sont des accusations d’antisémitisme et son manque de tempérance, car Chesterton était un homme imposant qui fumait et buvait beaucoup, décédé après que le parti nazi se soit présenté au pouvoir en Allemagne. L’antisémitisme de Chesterton est «une représentation très tragique, parce que ce n’est tout simplement pas vrai», a déclaré Ahlquist, insistant sur le fait que malgré sa taille, il n’était pas un glouton. La plupart des récits de la vie de Chesterton suggèrent qu’il mangeait peu, ce qui signifie qu’il souffrait probablement d’une affection glandulaire qui l’avait amené à prendre du poids.

Quant à sa consommation d’alcool, tout était très convivial, il n’était pas un buveur solitaire, mais il s’est défendu de boire au moment de la prohibition”.

Selon Ahlquist, Chesterton était «prophétique» dans ses écrits, évoquant une crise moderne de la politique, de l’éducation, de l’économie et des relations parfois troublées entre la famille et l’État, bien qu’il soit décédé il ya près de 100 ans.

«Il maîtrisait vraiment une interprétation catholique du monde moderne. L’autre chose est qu’il représente vraiment un chrétien joyeux. Il a vraiment un esprit et une joie qu’il apporte à la foi ».

Michel Janva.

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Ch.Etzol 28/02/2019 09:13

En tout cas, une vision poétique, mais prophétique de nos modernes barbares, dans
"La Ballade du Cheval blanc, 1911.

Le jardin de la mère de Dieu ,
Je sais que la mauvaise herbe y croîtra plus vite que l’homme ne peut la brûler ;
Un jour lointain triste et lent, j’en ai la vision et je le sais, les barbares reviendront.

Ils ne viendront pas sur des vaisseaux de guerre, ils ne brandiront pas de tisons,
Mais ils se nourriront de livres et auront de l’encre sur les mains.

Sans la colère des chasseurs ou les talents sauvages de la guerre,
Mais ordonnant toutes choses avec des paroles mortes ,
Ils feront des cordes de toute bête ou oiseau, et des roues du vent et de l’étoile.

Bien qu’ils arrivent avec parchemin et plume, graves comme des clercs tonsurés,
Par ce signe vous les reconnaîtrez : ils ruinent et rendent obscur.
Par la pensée, ruine croulante. Par la vie, fange mouvante,
Par un cœur brisé dans la poitrine du monde, et la fin du désir du monde.

Par Dieu et l’homme déshonoré, par la mort et la vie rendues vaines,
Reconnais l’ancien barbare. le barbare qui est de retour.
Lorsqu’il est question de mode et de vague, de la sagesse et du destin,
Salue ce barbare éternel qui est plus triste que la mer.

Comment les hommes sages le châtieront - ils ?
Par la Croix dressée de nouveau, ou par charité ou par chevalerie,
Ma vision ne le dit pas ; et je ne vois rien de plus ;
mais je chevauche plein de doute
Vers la bataille de la plaine…

Gilbert-Keith Chesterton