Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Extraordinaire de lucidité réfléchie cette Interview de Xavier Raufer, sur la crise en cours. A écouter AVANT la prise de parole de M . Macron ce soir.

Je ne serai pas plus long que le titre de cet article qui dit l'essentiel. Je me bornerai à constater que l'analyse de M. Raufer recoupe très largement la ligne de votre blog depuis des mois, sinon des années. Ce qui nous vaut d'être qualifié d'extrême droitisme par le peuple des niais. (Le Scrutateur).

 

https://www.youtube.com/watch?v=ARj6KKTI9e4&feature=youtu.be

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

JG 10/12/2018 23:24

C est dit et bien dit.Enregistré la veille du 4ème samedi.

Ch. Etzol 10/12/2018 20:04

Pour "enfoncer le clou", un extrait (prophétique ?) du livre de Philippe de Villiers en 2015, estimant alors le moment venu de dire ce qu'il avait vécu, en "politique" :

"Tout craque. L'horizon se charge, les nuages s'épaississent.
Le désastre ne peut plus être maquillé, il est trop visible, trop spectaculaire; il touche la vie
des plus simples. Partout monte, chez les Français, le sentiment de DEPOSSESSION.
Nous sommes entrés dans le temps où l'IMPOSTURE n'a plus ni ressource, ni réserve.

La classe politique va connaître le chaos. Elle a déclassé la France, elle l'a précipitée dans
une impasse alors qu'elle avait mandat de la rétablir en sa grandeur.
Et le peuple s'en est aperçu.

Mais les politiques ne sont pas les seuls responsables. Ils ont pu s'appuyer sur des alliés
utiles dans le monde économique, médiatique, associatif, etc , parmi toutes ces élites en
révolte contre le peuple."

Les gilets jaunes semblent parvenus au point de non retour.
Celui où " Il n'y a plus ni précaution à prendre, ni personne à ménager."

Pourtant ce n'est pas faute que d'autres voix, nombreuses, se soient élevées pour des mises en garde réitérées. Mais quand on est certain de détenir LA vérité, technocratique et "énarchique", que la Première image d'un clip élyséen en vue des élections européennes est celle de "malheureux boat people" (mondialisme?), débarquant en flots continus, de partout et de nulle part, comment s'étonner que les plus simples se sentent bafoués, méprisés, rejetés
hors de chez eux, hors de leur histoire, hors de leur avenir ?

André Derviche 10/12/2018 18:09

Il paraît qu’on ne dit plus tomber de Charibde en Sylla, mais de Hollande à Macron. En allant plus loin, Macron pourrait bien être une tête d’épingle coiffée d’un haut de forme, autrement dit un tout petit rien étouffé par le tout : Jupiter au rabais est passé sous le rouleau compresseur de la réalité. Les technocrates contre les fondamentaux, ça ne peut pas durer très longtemps. L’ennui, c’est que sous tous ses prédécesseurs perçait déjà Macron, après la lente destruction de la France engagée par Giscard d’Estaing puis Chirac, Sarkozy et Hollande. Évitons d’évoquer François-le-Fécal, car c’est probablement le seul qui ait opéré sciemment, en parfaite connaissance de cause. Hollande, lui, a seulement cherché à s’amuser - un peu comme le Fécal - mais plus par puérilité que par pure malice, ce qui différencie nos deux socialos présidentiels. Toujours est-il que la France est un pays politiquement exsangue. La classe politique est à la poubelle et le malheureux Macron n’a pas été fichu de trouver la moindre trace de compétence dans un gouvernement - dont il croyait par ailleurs pouvoir se dispenser. Comme quoi son professeur de théâtre ne lui a finalement rien appris, et l’ÉNA non plus. Mais à qui l’ÉNA a-t-elle jamais appris quoi que ce soit qui fût utile à la France ? Xavier Rauffer nous rappelle deux choses : la première, c’est que nos gouvernants français ignorent les fondamentaux français, et la deuxième, c’est que les gouvernants français ignorent où sont les gouvernes. Autrement dit, nous v’là bien !